Navigation – Plan du site

Grands corpus dialectaux ou la phonologie indiscrète

Jean-Philippe Dalbera et Marie-José Dalbera-Stefanaggi

Résumés

L’article se propose, à partir de l’expérience de la construction et de l’exploitation des bases de données dialectales de la BDLC (corse) et du THESOC (occitan), de cerner ce qu’un grand corpus est susceptible d’apporter à la phonologie. La réponse, appuyée sur quelques cas d’espèces, fait intervenir trois niveaux : celui de l’établissement des faits à soumettre à l’analyse, celui de la validation des hypothèses émises, celui de la valeur heuristique des données prises en compte. Les faits aléatoirement rassemblés dans un grand corpus et donc non nécessairement pris en compte dans l’analyse initiale sont en effet de nature à transformer la vision de la clôture du corpus, à confirmer (ou infirmer ce qui, in fine, est aussi important) les hypothèses avancées, à suggérer d’autres solutions aux problèmes rencontrés que celles initialement envisagées. Un des points saillants, en outre, est, au plan théorique, la mise en discussion de la notion d’entité discrète, tant en matière d’unités phonologiques (de type phonème) que d’unités systémiques (de type idiome localisé) tant il est vrai qu’en matière de langue il n’existe qu’un continuum.  L’idiolecte est déjà composite, l’idiome local n’est qu’un chaînon dans le continuum aréal. Les unités discrètes constituent donc l’instrument d’analyse incontournable du fait linguistique, une réalité dans la représentation qu’un locuteur a de son système ; mais l’observable est un continuum, un ensemble de cellules perméables les unes aux autres, si c’est bien dans la conscience collective que se trouve (déposée) la langue, conformément au dire saussurien.

Haut de page

Texte intégral

1Consulter en annexe l’intégralité de l’article au format PDF

21. Introduction

32. La fonction d’établissement des faits 

43. La fonction de validation des hypothèses

54. La fonction heuristique

  • 4.1. Corpus et description : la lénition corse

  • 4.2. Les révélations du corpus

65. L’impact sur la modélisation : langue et unités discrètes

  • 5.1. Des phonèmes non-discrets?

  • 5.2. Des degrés de phonématisation ?

76. Conclusion : la langue en tant que continuum de systèmes communicants ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Dalbera et Marie-José Dalbera-Stefanaggi, « Grands corpus dialectaux ou la phonologie indiscrète », Corpus [En ligne], 3 | 2004, mis en ligne le 02 décembre 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://corpus.revues.org/269

Haut de page

Auteurs

Jean-Philippe Dalbera

« Bases, Corpus et Langage », UMR 6039, Université de Nice

Articles du même auteur

Marie-José Dalbera-Stefanaggi

« Bases, Corpus et Langage », UMR 6039, Université de Corse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org