Navigation – Plan du site

Déplacement stylistique à gauche de verbes non conjugués en ancien et en moyen français

Marie Labelle et Paul Hirschbühler
p. 191-219

Résumés

L’antéposition d’un verbe non conjugué (participe passé, infinitif) en ancien et en moyen français a été assimilée à l’antéposition stylistique de l’islandais. Nous montrons que dans le cas du français, ces antépositions illustrent trois constructions différentes, toutes distinctes de l’antéposition stylistique de l’islandais. Dans la construction la plus fréquente, étiquetée déplacement stylistique à gauche, l’expression antéposée s’insère dans une position interne à la proposition plutôt que dans la périphérie gauche, à la droite immédiate de la position canonique du sujet, qui peut y être réalisé, contrairement à ce que l’on observe en islandais. La même analyse est étendue aux cas où le sujet est nul ou déplacé plus à gauche. Les deux autres cas sont ceux où 1) l’expression antéposée est l’élément initial d’une construction V2, une situation rare, ou 2) il y a mise en relief du verbe non fini à la gauche immédiate de la position canonique du sujet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, nous étudions l’antéposition d’un verbe non conjugué (participe passé ou infinitif) en ancien et en moyen français.

  • 1 Pour les exemples tirés du corpus MCVF, des indications comme ‘48.1634’ correspondent à l’adresse d (...)

(1) Certes, fet il, ma dolce amie, [morir n’i voldroie je mie]
‘Certes, fait-il, ma douce amie, je ne voudrais pas y mourir.’
(YVAIN 48.1634)1

(2) car demuret i unt trop.
‘car ils ont trop tardé’,
(ROLAND 136.1832 ; CXXXVI 1806)

  • 2 Le terme stylistique reflète le fait que la construction est facultative, qu’il est généralement co (...)

2Plusieurs chercheurs ont proposé d’assimiler cette construction à l’antéposition stylistique (Stylistic fronting) de l’islandais (Dupuis 1989 ; Cardinaletti & Roberts 2003 ; Roberts 1993 ; Mathieu 2006, 2009, 2013). L’étiquette Stylistic fronting désigne une construction de l’islandais dans laquelle, lorsque la position sujet préverbale n’est pas occupée par celui-ci, cette position peut facultativement être occupée par un autre élément de la phrase (verbe non conjugué – participe passé et infinitif –, adverbe, SP, etc. ; cf. Maling 1980/1990 ; Holmberg 2006 ; Hrafnbjargarson 2004)2. Bien que, autant en ancien et moyen français qu’en islandais, divers types d’éléments puissent être antéposés, dans ce travail, nous nous limitons aux cas d’antéposition de verbes non conjugués. Nous montrons que la construction française n’a pas les propriétés de l’antéposition stylistique de l’islandais, et pour éviter toute confusion, nous parlerons de déplacement stylistique dans le cas du français. Nous montrons également qu’en français, l’élément antéposé peut jouer une variété de rôles informationnels, et nous démontrerons qu’il est nécessaire de distinguer au moins trois constructions : une construction V2 (rare), une construction avec mise en relief du verbe non fini à gauche du sujet, et une construction de déplacement stylistique interne à la proposition.

1. Données

3Les données proviennent des 32 textes du xe au xvie siècle annotés syntaxiquement dont les références sont données à la fin de cet article (corpus MCVF, Martineau et al. 2010 ; Kroch & Santorini 2012). Nous avons analysé les 2 063 exemples d’antéposition de participes et d’infinitifs à gauche du verbe conjugué du corpus. Parmi ces exemples, 1 193 se trouvent en subordonnée.

4La Figure 1 montre que l’antéposition est en général plus importante dans les textes en vers que dans les textes en prose, ce qui reflète probablement l’exploitation plus grande des possibilités de la langue pour les besoins de la versification, un aspect dont nous reportons l’étude à une autre occasion. Il y a plus d’infinitifs antéposés (par rapport au nombre de propositions contenant un infinitif antéposable) que de participes antéposés (par rapport au nombre de propositions contenant un participe antéposable). Bien que les taux d’antéposition soient relativement faibles au milieu du xve siècle, les nombres ne sont pas négligeables : il y a 67 exemples de participes antéposés dans les Cent Nouvelles Nouvelles (1450). La construction disparaît à la fin du xve siècle.

Figure 1. Taux d’antéposition de verbes non conjugués en vers et en prose

Figure 1. Taux d’antéposition de verbes non conjugués en vers et en prose

5La Figure 2 présente les taux d’antéposition en distinguant les principales et les subordonnées. Pour les participes, le pourcentage d’antéposition est généralement similaire dans les deux types de propositions, soit en moyenne 4.7 % dans les principales contre 4.4 % dans les subordonnées. Pour les infinitifs, il tend à être plus important dans les subordonnées (principales 4.4 % vs subordonnées 6.1 %).

Figure 2. Taux d'antéposition de verbes non conjugués (principales/subordonnées)

Figure 2. Taux d'antéposition de verbes non conjugués (principales/subordonnées)

6Enfin, on voit au Tableau 1 que, parmi les différents types d’éléments antéposés, les verbes non conjugués (VNC) forment une petite minorité d’exemples dans les principales, mais atteignent un pourcentage supérieur à 10 % dans les subordonnées.

Tableau 1. Distribution des constituants initiaux distincts du sujet dans les propositions XV

Principales

Adv, PP

Adj, Q

NP argument

CP

VNC

Avant 1250

66,8

5,9

19,7

4,3

3,2

100

Après 1250

80,2

3,4

10,9

3,9

1,6

100

Subordonnées

Adv, PP

Adj, Prd, Q

NP argument

VNC

Avant 1250

51,7

12,7

23,4

12,2

100

Après 1250

64,3

10,9

14,3

10,5

100

7Nous abordons maintenant l’analyse de ces constructions.

2. Cadre théorique

8Les dernières années ont vu l’émergence en grammaire générative d’un intérêt grandissant pour la relation entre la structure informationnelle de la phrase et l’ordre des mots. Dans ce contexte, l’approche cartographique de la phrase (p. ex. Cinque 2002, 2006 ; Cinque & Rizzi 2008 ; Rizzi 1997, 2004) a mis en évidence le fait que des positions spécifiques de la périphérie gauche semblent réservées aux topiques et aux focus. Dans ce cadre, le modèle de Benincà & Poletto (2004) sert de référence. Ces auteurs soutiennent que la périphérie gauche comporte un ensemble de domaines ordonnés comme en (3).

(3) Force Cadre Top(ique)emph Foc(us)intf/emph Fin(ite) […]

9Force domine la majorité des complémenteurs et des relatifs. Les adverbiaux cadratiques (scéniques – ajouts de temps et de lieu – ou établissant un cadre discursif – p.ex. linguistiquement) occupent une position de Cadre (Frame) (des éléments cadratifs peuvent également précéder Force). Les éléments disloqués à gauche et autres topiques emphatiques se trouvent dans le domaine Topique. Les interrogatifs et les focus emphatiques ou contrastifs occupent une position de Focus. La position la plus basse de la périphérie gauche, Fin, reçoit les éléments qui ont un lien avec la flexion verbale (p.ex. certains complémenteurs ; cf. Rizzi 1997, p. 283-284). Les Cadres et les Topiques sont généralement analysés comme générés directement dans la position où ils apparaissent, et il peut y en avoir plusieurs dans une même phrase alors que les éléments en position Focus se comportent comme des éléments déplacés.

10Comme il existe plusieurs types de topiques et de focus et plusieurs définitions de ces termes il est important de bien distinguer ces notions (voir Prévost 2003 ; Büring 1997, 2013 pour une discussion plus approfondie). En ce qui concerne la notion de topique, il nous faut distinguer au moins trois types d’éléments.

11A) Selon la définition de Krifka (2008), le topique informationnel ou discursif est une entité discursive normalement connue sous laquelle l’information donnée par le reste de la phrase doit être emmagasinée. Cela correspond essentiellement au thème, par opposition au rhème.

12B) La position Topique dans la périphérie gauche de la phrase, celle indiquée en (3), correspond, non pas à celle du thème non marqué de la phrase, mais à celle d’un topique mis en évidence, en relief, comme dans les dislocations à gauche. On peut parler de topique emphatique.

13C) La position Cadre en (3) est réservée aux adverbiaux cadratiques, des types de topiques qui ont une fonction discursive différente des topiques informationnels (cf. Andréasson 2007 ; Nikolaeva 2001).

14De même, nous devons distinguer différents types de focus.

15A) Selon le principe pragmatique de progression (Charolles 1978), pour qu’une phrase soit informative, elle doit contenir du matériel nouveau. Ce matériel nouveau est le focus informationnel, qui correspond au rhème propre, et se distingue du propos, qui peut également contenir du matériel déjà connu (arrière-plan).

16B) Par opposition au focus informationnel, non emphatique, le focus contrastif ou emphatique est le matériel que le locuteur veut mettre en évidence, généralement pour établir un contraste avec d’autres entités (Gundel & Fretheim 2004). La position Focus de la périphérie gauche de la phrase est celle réservée aux interrogatifs et aux focus emphatiques, qui tous deux activent des alternatives discursives.

17Le cadre illustré en (3) est utilisé pour rendre compte des langues à verbe second (V2), comme l’allemand ou l’ancien français où, dans la majorité des propositions principales, le verbe occupe la seconde position de la phrase, précédé d’un élément qui n’est pas nécessairement le sujet, ni toujours un topique discursif. La dérivation non marquée de l’ordre V2 dans ce cadre est illustrée en (4) (où les déplacements sont indiqués en barrant la position-source de l’élément déplacé). Le verbe conjugué se déplace dans la tête la plus basse de la périphérie gauche (Fin0) et un autre élément vient occuper la position de spécificateur de cette tête, position qui correspond à la place du fondement de Skårup (1975) ou au Vorfeld allemand (Adams 1987, 1988 ; Platzack 1995 ; Roberts 1993 ; Vance 1995).

(4) [FinP messe e matines [Fin ad [IP li reis ad escultet messe e matines]]]
‘Le roi a écouté messe et matines.’
(ROLAND 11 ;139 ; XI,164)

18L’élément initial de la construction V2 peut être un topique informationnel, un focus informationnel (comme en (4)), ou un élément qui n’est ni topique ni focus (p. ex. un adverbe comme si, puis, alors, après, qui permet de lier l’énoncé au discours précédent, ou l’explétif ‘il’ (Prévost 2003, 2009 ; Labelle & Hirschbühler 2011)). Selon Frey (2004, 2006), une manière alternative de dériver l’ordre V2 est de déplacer un interrogatif ou un focus emphatique dans le domaine de Focus. Il appelle ce mouvement True A-bar movement ; selon cet auteur, seuls les éléments déplacés par True A-bar movement peuvent se déplacer à longue distance.

19Dans ce cadre, Benincà & Poletto (2004) et Holmberg (2012), entre autres, observent que les éléments à gauche du Focus – donc en position de Cadre ou de Topique – ne comptent pas pour le calcul de V2 dans des langues comme l’allemand ou les langues romanes médiévales. Dans les termes de Skårup (1975), ils sont hors phrase. La différence entre une langue V2 stricte comme l’allemand et non stricte comme l’ancien français s’expliquerait par la plus grande utilisation des positions hors phrase dans les langues romanes médiévales, non seulement pour les dislocations à gauche (qui existent de manière restreinte en allemand et en hollandais : Peter, ich werde ihn Morgen sehen ‘Pierre, je le verrai demain’ ; Die man, die ken ik niet ‘Cet homme, je ne le connais pas’ ; exemples (27) et (28) de Holmberg 2011), mais également pour les adverbiaux cadratifs, qui tendent à être placés, dans les langues V2, dans la position non marquée Spec,Fin, mais qui, dans les langues romanes médiévales, apparaissent souvent dans une position de Cadre.

20Certains auteurs (notamment Poletto 2006, Mathieu 2013) ont proposé que les zones de la périphérie gauche pouvaient être exploitées dans les subordonnées. Ce serait le cas dans une construction comme en (5), où un participe est antéposé dans une relative :

(5) Einsint vint à .I. parlement a Soissons qui nomez fu, …
‘Ainsi il vint à une assemblée à Soissons qui fut convoquée, …’
(CONSTANTINOPLE p. 60)

21Il a été proposé que cette construction correspond à la construction d’antéposition stylistique (Stylistic Fronting) de l’islandais illustrée en (6) (Cardinaletti & Roberts 2003 ; Dupuis 1989 ; Mathieu 2006, 2009, 2013 ; Molnár 2010 ; Roberts 1993 ; Salvesen 2011, 2013). Une analyse en termes d’antéposition stylistique a aussi été proposée pour d’autres langues romanes contemporaines ou médiévales (Benincà 2006 ; Cardinaletti 2003 ; Egerland 2011 ; Fischer à paraître ; Fischer et Alexiadou 2001 ; Fontana 1993 ; Franco 2009, 2012 ; Martins 2005, 2011).

(6) Hver heldur þú að stolið hafi hjólinu ? (Holmberg 2006, ex. 10b)
Qui penses tu que volé a bicyclette-défini
‘Qui crois-tu qui a volé la bicyclette ?’

22Notre but dans le présent travail est d’étudier l’antéposition du participe et de l’infinitif tant en principale qu’en subordonnée. Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, nous comparerons ses propriétés à celles de l’antéposition stylistique illustrée en (6) et montrerons que les propriétés de la construction de l’ancien français se distinguent de celles de l’islandais. Par la suite, nous étudierons les caractéristiques informationnelles des phrases avec antéposition de verbe non conjugué et montrerons qu’il faut distinguer au moins trois constructions.

3. Déplacement stylistique à gauche vs antéposition stylistique

23Il existe au moins trois grandes différences entre l’antéposition stylistique de l’islandais et le déplacement stylistique à gauche des verbes non conjugués en ancien et moyen français qui nous amènent à conclure qu’il s’agit de constructions différentes.

3.1 Pas de hiérarchie d’accessibilité

24Maling (1980/1990) observe qu’en islandais, lorsque plusieurs éléments sont des cibles potentielles pour l’antéposition stylistique, seul le plus haut dans la structure peut être antéposé. Ainsi, la présence d’un adverbe sujet à l’antéposition stylistique, comme l’adverbe négatif ekki ou un adverbe de niveau équivalent, bloque l’antéposition stylistique du participe. En ancien français, alors qu’un adverbe négatif comme pas/point/mie peut être antéposé, sa présence dans la phrase ne bloque pas l’antéposition du verbe non conjugué.

(7) que desreer ne se vost pas as premiers cos, ne angoissier.
‘Car il ne veut pas se laisser emporter aux premiers coups, ni se presser imprudemment’
(YVAIN 136.4744)

(8) Certes, fet il, ma dolce amie, morir n’i voldroie je mie
‘Certes, fait-il, ma douce amie, je ne voudrais pas y mourir’
(YVAIN 48.1634)

25La négation non n’interfère également pas avec l’antéposition d’un verbe non conjugué dans les autres langues romanes médiévales, comme on le voit dans l’exemple suivant de l’ancien espagnol. Des exemples similaires existent en italien, en catalan et en portugais.

(9) E pues yo gradescer non vos lo puedo.
‘Et ainsi je ne peux pas vous remercier pour cela.’ (Rivero 1992 : 265, Libro del Caballero Zifar, ed. J. Gonzálz Muela, Madrid, Castalia, 1982, l.362).

26De manière générale, il ne semble pas qu’en ancien français, l’antéposition d’un verbe non conjugué soit bloquée par un adverbe.

(10) car recuvré sunt veirement
‘car ils sont certainement retrouvés’
(QUATRELIVRE 18.590)

(11) car demuret i unt trop.
‘car ils ont trop tardé’
(ROLAND 136.1832)

3.2 La condition du sujet

27En islandais, l’antéposition stylistique requiert que la position canonique du sujet soit vide (le sujet doit être extrait, nul ou postverbal). On voit qu’en (13)-(14) (Holmberg 2006, ex. 10b, 11b, 11c), le participe stolið ne peut pas précéder ou suivre immédiatement le sujet préverbal hann. Pour cette raison, l’analyse initiale de la construction déplaçait l’élément antéposé dans la position canonique du sujet.

(12) Hver heldur þú að stolið hafi hjólinu ?
Qui penses tu que volé a la.bicyclette
‘Qui penses-tu qui a volé la bicyclette ?’

(13) *Hvaða hjóli heldur þú að stolið hann hafi ?
quelle bicyclette penses tu que volé il a
‘Quelle bicyclette penses-tu qu’il a volé ?’

(14) *…að hann stolið hafi ?
…que il volé a

28En ancien et moyen français, bien que l’antéposition se fasse le plus souvent lorsque le sujet n’est pas dans sa position canonique, on trouve le participe ou l’infinitif antéposé en présence d’un sujet préverbal dans des proportions qui ne sont pas négligeables (entre 8 % et 16 %, comme on le voit au tableau 2).

Tableau 2. Distribution des verbes non conjugués (VNC) antéposés

Principales

VNC V Ø

VNC V S

VNC S V

S VNC V

VNCSV+
SVNCV

Infinitifs

274

23

8

43

15 %

Participes

340

117

1

37

8 %

Subordonnées

VNC V Ø

VNC V S

VNC S V

S VNC V

VNCSV+
SVNCV

Infinitifs

437

6

10

72

16 %

Participes

537

42

18

71

13 %

29On trouve en (15) et (16) des exemples des ordres SVNCV et VNCSV :

(15) … car il dist ha / Qu’au tierz jour resuscitera ;
‘car il a dit qu’il ressuscitera au troisième jour’
(BORON 17.269)

(16) Et les clés avec li enporte,/ Pour ce qu’entrer on n’y peüst
‘et il emporte les clés avec lui, pour qu’on ne puisse y en-
trer, …’
(PRISE 2738)

30En ancien français, en présence d’un sujet préverbal, la construction où l’expression antéposée précède ce sujet représente 97 % des cas, alors qu’en moyen français elle ne représente plus que 46 % des cas (voir Tableau 3, section 5.3).

3.3 Mouvement de tête vs mouvement de constituant

31En islandais, lorsqu’un participe est antéposé, ses compléments restent dans le groupe verbal (Holmberg 2006, ex. (35a) ; Ott 2009 ex. (22a)) :

(17) a. þeir sem búið hafa í Ósló segja að . . .
ceux qui vécu ont à Olso disent que …
‘ceux qui ont vécu à Oslo disent que …’

b. *þeir sem [vPbúið í Ósló]i hafa ti segja að . . .
ceux qui [vP vécu à Oslo]i ont ti disent que …
‘ceux qui ont vécu à Oslo disent que …’

32En français, bien que les compléments n’accompagnent généralement pas le verbe antéposé, des constituants plus larges que des têtes verbales peuvent être antéposés (Labelle & Hirschbühler 2012 ; Salvesen 2011, 2013) :

(18) e lunges vait / Ainz que trovét nule rien ait.
‘et ce n’est qu’au bout d’une longue distance qu’il trouve quelque chose’
(BRENDAN 70.1085)

(19) Vos savez bien que desguarni / De touz avoirs sonmes ichi
‘vous savez bien que nous sommes ici dépouillés de tous biens.’
(EUSTACE-PETERSEN 27.366)

33On en conclut que le déplacement stylistique du verbe non conjugué observé en ancien et en moyen français a des propriétés différentes de l’antéposition stylistique de l’islandais et qu’il ne s’agit pas de la même construction.

4. Le rôle informationnel de l’élément antéposé

34Dans l’analyse initiale de l’antéposition stylistique en islandais, l’élément antéposé était considéré comme occupant la position canonique du sujet, mais pour l’ancien français, cela n’est pas compatible avec le fait que le verbe non conjugué peut se retrouver à gauche ou à droite du sujet préverbal. Plus récemment, plusieurs auteurs ont proposé que l’antéposition cible la périphérie gauche de la proposition, mais sans s’accorder sur la position exacte qui est ciblée. Toutefois, en général, une seule position est postulée. Certains placent l’élément considéré comme antéposé stylistiquement sous FocP (Benincà 2006 ; Hrafnbjargarson 2004 ; Fischer à paraître) ou sous une projection recevant des éléments mis en évidence (Fischer & Alexiadou 2001), d’autres sous FinP (Franco 2009, 2012 ; Salvesen 2011, 2013), et enfin, Mathieu (2006, 2009, 2013) le place sous une catégorie spéciale de topique, TopP+, à la droite immédiate de TopP, considéré par cet auteur comme la première position des phrases V2 (TopP est donc pour lui une catégorie différente de celle de Benincà & Poletto 2004, ou Holmberg 2012).

35Dans le cadre théorique illustré en (3), la position de l’élément devrait refléter son rôle informationnel. Si l’élément est dans le domaine Focus, il devrait être focalisé et emphatique ou contrastif, s’il occupe le domaine Topique, il devrait s’agir d’un topique emphatique, et s’il occupe Spec,FinP, il ne devrait pas avoir de rôle informationnel particulier, il pourrait s’agir d’un topique informationnel (thème), d’un focus informationnel (rhème) ou d’un élément qui n’est ni topique ni focus.

36Dans nos données, le participe antéposé peut correspondre à un focus informationnel non emphatique, à l’information nouvelle apportée par la proposition ou à une partie de celle-ci :

(20) Se uns escapet, morz ies e cunfunduz.
‘si un seul en échappe, tu es mort et anéanti’
(ROLAND 288,3955)

(21) Guenes chevalchet suz une olive halte, / Asemblet s’est as sarrazins messages ;
‘Ganelon chevauche sous ue haute oliveraie, il s’est joint aux messagers sarrazins’
(ROLAND 28.347)

37Il peut également s’agir d’une information d’arrière-plan, déjà connue et non thématique :

(22) é distrent entre sei : ‘Mened únt l’arche jesque á nus pur nus ocire…’
‘et ils dirent entre eux : “Ils ont mené l’arche jusqu’à nous pour nous tuer”’
(QUATRELIVRE 13.372)

(23) Si cururent par quinze jurs/ Desque li venz tuz lur fud gurz / Dunc s’esmaient tuit li frere / Pur le vent qui falit ere.
‘Ils progressent ainsi pendant quinze jours jusqu’au moment où le vent tomba. Alors tous les moines furent consternés par la chute du vent.’
(BRENDAN 36.125, v. 219-222)

38On trouve aussi des cas où le verbe non conjugué est un focus contrastif, comme en (24) et (25), ou anaphorique (Anaphoric anteposition focus), comme en (26) :

(24) Se fuït s’en est Marsilies, / Remés i est sis uncles Marganices,
‘Si Marsile s’est enfui, son oncle Marganice est resté’
(ROLAND 143.1937, v. 1913-1914)

(25) Vous m’avez mort sans recouvrier, /mais vaincu ne m’ avez vous mie.
‘Vous m’avez blessé à mort mais vous ne m’avez pas vaincu’
(Merlin en prose, ii. p. 52 ; dans Rickard 1962 : 19)

(26) car par le conseil Joseph avoit il recovree sa terre que Tholomers li toloit, et tolue li eust il se …
‘car, grâce aux conseils de Joseph, il avait récupéré sa terre que Tholomers lui prenait, et il la lui aurait prise si…’
(QUESTE 113.2974)

39En général un verbe ne constitue pas un bon topique (un verbe n’est pas une entité dont on prédique une information). Mais dans l’exemple suivant, le VP antéposé précède un constituant interrogatif sous FocusP et il contient un élément qui établit un lien avec le discours précédent, ‘de ce’. En ce sens il pourrait s’agir d’un type de topique.

(27) Se mes sires riens demander / M’en vouloit ne achoisonner, / [Respondre de ce] que pourroie ?
‘si mon seigneur voulait m’en demander quoi que ce soit, ou m’accuser, que pourrais-je répondre à cela ? ’
(BORON,46.700)

40Bref, du point de vue informatif, le verbe non conjugué peut avoir plusieurs fonctions. Dans certains cas, il est non marqué, dans d’autres, emphatique. Cela suggère que l’antéposition ne cible pas une seule position dans la phrase, mais peut correspondre à une variété de positions permises par la grammaire. Cette conclusion est confirmée par une analyse plus précise des positions occupées par le verbe non conjugué.

5. Analyse

41Notre objectif dans cette section est de montrer qu’il existe au moins trois constructions différentes d’antéposition d’un verbe non conjugué.

5.1 Déplacement stylistique

42En (28)-(30), le verbe non conjugué (ou une suite plus large) suit immédiatement le sujet. Ce type de construction se trouve autant en principale qu’en subordonnée, pour les principales, en violation de l’ordre V2 habituel. (On voit dans la première proposition de (28), une principale, que la position n’est pas limitée aux verbes non conjugués). Notons que dans ces exemples le verbe non conjugué antéposé fait partie du rhème et ne constitue pas un rhème secondaire, contrairement aux exemples discutés dans Combettes (2006, 2012). De plus, cette construction est fréquente en ancien français alors que la construction discutée par Combettes est une caractéristique du moyen français.

(28) Eüstaces mot n’en savoit De ço que Dex sauvé avoit ses effanz…
‘Eustache ne savait pas que Dieu avait sauvé ses enfants’
(EUSTACE-FISHER 31.370)

(29) …car il dist ha / Qu’au tierz jour resuscitera ;
‘car il a dit qu’il ressuscitera au troisième jour’
(BORON 17.269)

(30) …s’il bien creü unt / Dieu le Pere de tout le munt …
…s’ils ont bien cru en Dieu le Père de tout le monde…’
(BORON 88.1396)

43Dans cette construction, le sujet occupe sa position canonique, suivi du verbe non conjugué (ou de l’expression l’incluant), qui est alors déplacé à la gauche immédiate du verbe conjugué dans une position qui pourrait être celle d’une projection fonctionnelle insérée entre le verbe sous T et le sujet sous Spec,Subj(ect)P (catégorie proposée par Rizzi et Shlonsky 2007).

(31) [SubjP sujet [FP VNC [TP [T verbe fléchi] [VP … ]]]]].

44Comme cette construction est fréquente en ancien français et qu’elle ne se distingue de celle en (32) que par le fait que dans ce dernier cas le sujet est antéposé par relativisation, et de celle en (33) par le fait que le sujet n’est pas exprimé, nous proposons que le participe occupe la même position dans les subordonnées à sujet extrait ou nul.

(32) Einsint vint à .I. parlement a Soissons qui nomez fu, …
‘Ainsi il vint à une assemblée à Soissons qui fut convoquée.’
(CONSTANTINOPLE p. 60)

(33) La nuvele vait par païs Que venuz est de paraïs.
‘La nouvelle que Brendan est revenu du Paradis se répand par tout le pays.’
(BRENDAN 78.1316)

45L’hypothèse que le constituant antéposé n’est pas dans la périphérie gauche dans ces propositions est appuyée par le fait qu’il suit le relatif qui (voir (32) ci-dessus), analysé par certains comme occupant la position Fin0 (Rizzi 1997) ou dont le morphème –i est analysé comme occupant Fin0 (Rizzi & Shlonsky 2007) ou la position sujet (Taraldsen 2001). De plus, le constituant antéposé n’interfère pas avec le mouvement WH à courte distance (34) ou à longue distance (35) (ce à quoi on s’attendrait s’il s’agissait d’un déplacement dans la périphérie gauche).

(34) Il ha enquis Se c’estoit voirs que dist avoit Dou prophete…
‘Il s’est enquis si c’était vrai ce qu’il avait dit du prophète’
(BORON 59.912)

(35) en sarraguce sai ben [qu’aler m’estoet]
‘je sais bien que je dois aller à Sarragoce’
(ROLAND,23.283)

46Dans le troisième vers de l’exemple suivant, on voit très clairement l’ordre des mots : Interrogatif Sujet Vnc V. (Il n’y a pas de raison de penser que cette proposition est de manière sous-jacente à verbe final, puisque le vers qui précède présente l’ordre V Vnc.)

(36) Ainz qu’il murget voldreit vetheir / Quel séd li bon devrunt aveir, / Quel lu li mal aveir devrunt
‘Avant de mourir, il voudrait aller voir le séjour que mériteront les justes, l’endroit qui sera réservé aux impies’
(BRENDAN 31.26)

47Ainsi, cette construction de déplacement stylistique à gauche, qui constitue la majorité de nos exemples, n’implique pas la périphérie gauche, contrairement à ce qu’on trouve dans certaines propositions récentes. Par contre, les deux autres constructions que nous allons discuter, l’antéposition V2 du verbe non conjugué et l’antéposition emphatique du verbe non conjugué, mettent en jeu la périphérie gauche.

5.2 Construction V2

48En (37), l’antéposition du verbe non conjugué est corrélée à la postposition du sujet pronominal, une caractéristique de la construction V2. Ce n’est en effet que dans la construction V2 (et la construction V1) que les sujets pronominaux sont postverbaux. Si le participe initial n’est pas un focus emphatique dans cette construction, il se trouve sous Spec,FinP, la position non marquée du premier constituant d’une phrase V2, dont la dérivation a été illustrée en (4). Comme le montre la traduction, cette construction, avec inversion du sujet, a survécu comme construction figée en français moderne.

(37) E cume il vit Samuel, erranment li dist : ‘Beneit seies tu de nostre Seignur Deu…’

Et lorsqu’il vit Samuel, il lui dit aussitôt : ‘Béni sois-tu par notre Seigneur Dieu…’
(QUATRELIVRE 29.1034)

49On trouve la même inversion du sujet pronominal en (38), où le verbe qui introduit la subordonnée fait partie d’un ensemble de verbes qui, typiquement, peuvent introduire une subordonnée V2 en ancien français ainsi que dans des langues germaniques qui ne permettent généralement pas V2 en subordonnée (langues V2 asymétriques ; cf. Adams 1988 ; Featherston 2005 ; Wiklund et al. 2009 ; Julien 2010). En l’absence d’effet de focalisation emphatique dans cet exemple, nous supposons que la position du participe est Spec,FinP, de même qu’en (39), parallèle à (37).

(38) Et sache ma suer totevoie/ qu’avoir porroit ele del mien/ …
‘Et que ma soeur sache toutefois qu’elle pourrait avoir de mon bien …’
(YVAIN 145.5065)

(39) et il me dist tot maintenant plus de set foiz en un tenant, que beneoite fust la voie par ou leanz entrez estoie.
‘et il me dit sur-le-champ, plus de sept fois d’une traite, que la voie par laquelle j’étais arrivé devait être bénie’
(YVAIN 7.203)

50Par ailleurs, en (40), où il y a également inversion du sujet pronominal, le participe vaincu contraste avec le participe mort de la première proposition, et on peut supposer, si l’on suit l’analyse de Frey, que le participe est un focus contrastif qui se trouve sous FocusP (de même dans les exemples (24) à (26)). Il est difficile de trouver des exemples permettant de distinguer formellement ces deux positions. Selon Frey, seule la position de Spec,FocusP permet le déplacement à longue distance, mais nous n’avons relevé aucun exemple pertinent.

(40) Vous m’avez mort sans recouvrier, mais vaincu ne m’avez vous mie.
‘Vous m’avez blessé à mort mais vous ne m’avez pas vaincu’
(Merlin en prose, ii. p. 52 ; dans Rickard 1962 : 19)

51Ce qui importe pour l’instant est que dans tous ces exemples on a affaire à une construction V2 où le verbe conjugué est déplacé par-dessus le sujet dans la périphérie gauche. Le verbe non conjugué à sa gauche se trouve donc également dans la périphérie gauche de la phrase.

5.3 Construction d’emphase sur le verbe non fini

52La troisième construction observée est celle où le verbe non fini précède immédiatement le sujet, plutôt que de le suivre, comme en 5.1, ou de déclencher sa postposition, comme en 5.2. Cette construction, rare en ancien français, se répand en moyen français, comme on le voit au tableau 3.

Tableau 3. Evolution de l’ordre SVNCV et VNCSV dans le corpus

Principales

Subordonnées

SVNCV

VNCSV

SVNCV

VNCSV

<1150

6

1

21

0

1150-1199

55

1

23

1

1200-1249

10

0

14

0

1250-1299

14

1

6

0

1300-1349

0

0

0

0

1350-1399

11

12

27

32

1400-1449

0

1

0

0

1450-1499

10

7

5

6

16e s.

0

1

0

3

Totaux

106

23

96

39

53Dans les exemples suivants, le verbe antéposé paraît clairement emphatique. Dans les principales en (41) et (42), il y a violation de l’ordre V2, ce qui suggère que le constituant emphatique est plus haut que FocusP. En (43), il y a exploitation de la périphérie gauche de la phrase en subordonnée.

(41) Mes departir nuls nes poeit
‘mais personne ne pouvait les distinguer’
(MARIE-DE-FRANCE 145.2934)

(42) Retenez vus ! / Prendre si tost jo vus defent / D’ici que avum parlé od gent.
‘Retenez-vous ! Je vous défend de prendre [de cette eau] pour le moment, avant que nous ayons parlé avec les habitants du pays.’
(BRENDAN 647)

(43) Et les clés avec li enporte,/ Pour ce qu’entrer on n’y peüst,/ N’issir, se bien ne li pleüst.
‘et il emporte les clés avec lui, pour qu’on ne puisse y entrer, ni en sortir, à moins qu’il ne le veuille’
(PRISE 2738)

54Dans le cas suivant, le groupe infinitif mis en évidence est repris par le pronom le, ce qui suggère qu’il s’agit d’un type de dislocation à gauche, avec le constituant initial dans une position de Topique.

(44) qui Dex aïdier weult, De riens grever nus ne le puet,
‘celui que Dieu veut aider, de lui nuire d’aucune façon, nul ne le peut’
(EUSTACE-PETERSEN 56.762)

55Par ailleurs, dans certains exemples de la fin du xive siècle, il n’est pas clair qu’il y ait effet d’emphase.

(45) Et vendoient les villes que pris avoient as honmes dou pais et a ceuls meismes lesquels boutés hors il en avoient
‘et ils vendaient les villes qu’ils avaient prises aux hommes du pays et à ceux-là mêmes qu’ils en avaient chassés’
(FROISSART 858.18847)

(46) et furent les nefs recargiés de tout ce que il veoient que point mener il n’en pooient.
‘et les bateaux furent rechargés de tout ce qu’ils voyaient qu’ils ne pouvaient emmener’
(FROISSART 75.791)

(47) Il feïrent une ordenance / Qu’esleüs xij. homes seroient / Qui le païs gouverneroient
‘ils prirent la decision que douze hommes seraient élus pour gouverner le pays.’
(PRISE 4632)

56Il se pourrait que, dans ces exemples, le participe ait subi un déplacement stylistique à la gauche immédiate du sujet (mais à droite de Fin0) plutôt qu’un déplacement dans la périphérie gauche proprement dite, délimitée par Fin0. Ce positionnement a pour effet que le sujet et le verbe conjugué ne sont pas séparés (contrairement à la construction discutée en 5.1).

(48) [FP VNC [SubjP sujet [TP [T verbe fléchi] [VP … ]]]]].

57Au milieu du xve siècle, à une période où la construction V2 et le déplacement stylistique sont en train de disparaitre, on trouve des exemples plus complexes d’antéposition à la gauche du sujet :

(49) mais nexun d’eulx point veu je n’ay
‘mais je n’ai vu aucun d’eux’
(ROI-RENE p. 149 – Dans Godefroy, p. 490, sous nesun)

(50) et bref nul bien sans elle avoir il ne povoit, tant estoit il a vif feru de l’amour d’elle.
‘et bref, il ne pouvait avoir aucun bien sans elle, tant il était frappé à vif d’amour pour elle.’
(CNNA 73.1601)

58Dans ces exemples, l’objet et le verbe non conjugué pourraient avoir été déplacés séparément : nexun d’eulx + point veu ; nul bien + sans elle + avoir. Alternativement un groupe infinitival aurait pu être déplacé, avec une réorganisation interne des éléments dans le groupe.

6. Conclusion

59Dans cet article, nous avons examiné des antépositions de verbes non conjugués, un sujet relativement peu discuté dans la littérature sur l’ancien français, mais qui a récemment retenu l’attention du fait qu’il rappelle le phénomène de Stylistic Fronting, largement discuté dans le cas de l’islandais. Nous avons montré que trois constructions superficielles doivent être distinguées : (1) S VNC V ; (2) VNC V S ; (3) VNC S V. Les différences qui existent entre les antépositions observées dans ces trois constructions et l’antéposition stylistique de l’islandais permettent de dire qu’il s’agit de phénomènes distincts.

60Nous avons proposé une première analyse des constructions observées et noté quelques changements entre l’ancien et le moyen français. Il serait bien sûr important de pousser plus loin l’analyse, tant des caractéristiques informationnelles des éléments déplacés que de l’évolution de ces constructions.

Haut de page

Bibliographie

Références des textes du corpus français analysé

AGNES (c. 1200). Taylor R., éd. 1969. Sermon anonyme sur sainte Agnès, texte du xiiie siècle, Travaux de linguistique et de littérature de l’Université de Strasbourg 7 : 241-253.

ALEXIS (c. 1090). Storey Ch., éd. 1968. La vie de Saint Alexis. Genève : Droz.

AUCASSIN (c. 1200). Roques M., éd. 1936. Aucassin et Nicolette : Chantefable du xiiie siècle. Paris : Champion.

BAYART (1527). Jacques de Mailles. Histoire du Seigneur de Bayart, le chevalier sans paour et sans reprouche. Transcription de l’édition parisienne de 1527. Paris : Droz, 1927.

BORON (c. 1190). Nitze, W. A., éd. 1927. Le roman de l’estoire dou Graal. Paris : Champion.

BORON (1210). Cerquiglini B., éd. 1981. Le Roman du Graal. Paris : U.G.E., 10/18, 1981 (édition de la trilogie du manuscrit de Modène).

BRENDAN (c.1120). Short, I. & B. Merrilees, éds. 1979. The Anglo-Norman voyage of St Brendan. Manchester : Manchester University Press.

CASSIDORUS (1267). Palermo J., éd. 1964. Le roman de Cassidorus. Paris : Editions Picard.

CHIEVRES (1194). Arnould, M.A. éd. « Le plus ancien acte en langue d’oïl : la charte de Chièvres (1194) ». in Hommage au professeur Paul Bonenfant (1899-1965). Etudes d’histoire médiévale dédiées à sa mémoire par les anciens élèves de son séminaire à l’Université libre de Bruxelles. Bruxelles : Université Libre, 1965, pp. 85-118

CLARI (c. 1205). Lauer P., éd. 1924. La conquête de Constantinople. Paris : Champion.

CNNA (c. 1450). Sweetser, F. P., éd. 1966. Les cent nouvelles nouvelles. Texte littéraire français 127. Genève : Droz.

COMMYNES (1498). Calmette, J., éd.1964. Philippe de Commynes. Mémoires. Tome Ier (1464-1474). Deuxième tirage. Paris : Les Belles Lettres.

CONSTANTINOPLE (c. 1212). Dufournet, J., éd. 2004. Geoffroy de Villehardouin, La conquête de Constantinople. Paris : GF Flammarion.

EUSTACE-FISHER (c. 1212). Fisher, J. R., éd. 1927. La vie de Saint Eustache par Pierre Beauvais. Doctoral dissertation, Columbia University.

EUSTACE-MURRAY (c. 1250). Murray J., éd. 1929. La vie de Saint Eustace. Version en prose française du xiiie siècle. Paris : Honoré Champion.

EUSTACE-PETERSEN (xiiie s.). Petersen, H., éd. 1928. La vie de Saint Eustache. Poème français du xiiie siècle. Paris : Champion.

FROISSART (1373). Diller, G. T., éd. 1972. Chroniques. Dernière rédaction du premier livre. Genève : Droz.

JOINVILLE (1309). Wailly N. de. 1868. Histoire de Saint Louis. Paris : Renouard.

LEGER (c. 980). Linskill J., éd.1937. Saint Léger. Etude de la langue du manuscrit de Clermont-Ferrand, suivie d’une édition critique du texte avec commentaire et glossaire. Paris : Droz.

MARIE-DE-FRANCE (c. 1160). Rychner, J., éd. 1973. Les lais de Marie de France. Paris : Champion.

NEW-TESTAMENT (1523). Lefèvre d’Etaples, Le Nouveau Testament. Fac-simile de la première édition Simon de Colines, 1523. Réédition 1970. Paris-La Haye : Editions Mouton & Co.

PERCEFOREST (c. 1330-1350). Taylor J.H.M., éd. 1979. Le roman de Perceforest. Première partie. Genève : Droz.

PRISE (c. 1370). Mas Latrie, M. L. de, éd. 1877. La prise d’Alexandrie, ou Chronique du roi Pierre Ier de Lusignan. Genève : Fick.

PSEUDOTURPIN (c.1220). Auracher T., éd. 1877. Der sogenannte poitevinische Pseudo-Turpin. Nach den Handschriften mitgetheilt. (Extrait). Zeitschrift fur romanische Philologie 1 : 262-272.

QUATRELIVRE (c. 1170). Curtius, E. R., éd. 1911. Li quatre livre des reis. Gesellschaft für romanische Literatur, no. 9. Dresden, Halle : Max Niemeyer.

QUESTE (c. 1225). Marchello-Nizia, Ch., éd. Edition électronique basée sur Pauphilet, A., éd. 1923. La Queste del Saint Graal. Paris : Champion.

ROISIN (1283). Monier, R. éd. Le livre Roisin, coutumier lillois de la fin du xiiie siècle. 1932. Paris / Lille : Emile Raoust - Domat-Montchrestien.

ROLAND (c. 1100). Moignet, G., éd. 1972. La chanson de Roland. Paris : Bordas.

SOMME-ROYAL (c. 1269). Tysor, Ann Brooks, éd. 1949. Somme des vices et des vertus. M.A. thesis, University of North Carolina. 1-85.

VALOIS (1569-1614). Viennot. E., éd. 1998. Marguerite de Valois. Correspondance 1569-1614. Paris : Champion.

WILLELME (1230). Matzke, John E., éd. 1899. Lois de Guillaume le conquérant en français et en latin. Textes et étude critique, préface historique par Gh. Bémont. Paris : Picard et fils.

XV-JOIES (1450). Rychner, J., éd. 1963. Les XV joyes du mariage. Genève : Droz.

YVAIN (c. 1170). Roques, M., éd. 1960. Les romans de Chrétien de Troyes, édités d’après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794). Paris : Champion.

Autre texte cité

ROI-RENE (c. 1454). Comte de Quatrebarbes, éd. 1844. « Regnault et Jehanneton ou les amours du bergier et de la bergeronne » in Oeuvres complètes du roi René ; t. 2, Angers : Cosnier et Lachèse.

Références linguistiques

Adams M. (1987). Old French, null subjects, and verb second phenomena. Thèse de Ph.D., U. of California, Los Angeles.

Adams M. (1988). « Les effets du verbe second en ancien et moyen français », Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée 7.3 : 13-39.

Andréasson M. (2007). « The Architecture of I-Structure », in M. Butt & T. H. King (éd.), Proceedings of LFG07. Stanford : CSLI Publications, 26-43.

Benincà P. (2006). « A Detailed Map of the Left Periphery of Medieval Romance », in R. Zanuttini, H. Campos, E. Herburger & P. Portner (éd.), Crosslinguistic Research in Syntax and Semantics. Negation, Tense and Clausal Architecture. Washington : Georgetown University Press, 53-86.

Benincà P. & Poletto C. (2004). « Topic, Focus and V2 : Defining the CP sublayers », in L. Rizzi (éd.), The structure of CP and IP : the cartography of syntactic structures, vol. 2. Oxford : Oxford University Press, 52-75.

Büring D. (1997). The Meaning of Topic and Focus -- The 59th Street Bridge Accent. London : Routledge.

Büring D. (2013). « Syntax and Prosody, Syntax and Meaning », in M. den Dikken (éd.), The Cambridge Handbook of Generative Syntax. Cambridge : Cambridge University Press, 860-896.

Cardinaletti A. (2003). « Stylistic Fronting in Italian », in L.-O. Delsing et al. (éd.), Grammar in focus. Festschrift for Christer Platzack. Lund : Wallin and Dalholm, 47-55.

Cardinaletti A. & Roberts I. (2003). « Clause Structure and X-Second », in G. Cinque (éd.), Functional Structure in DP and IP. The Cartography of Syntactic Structures, vol. 1. Oxford : Oxford University Press, 123-166.

Charolles M. (1978). « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes », Langue Française 38 : 7-41.

Cinque G., éd. (2002). Functional Structure in DP and IP. The Cartography of Syntactic Structures, vol. 1. Oxford : Oxford University Press.

Cinque G., éd. (2006). Restructuring and Functional Heads. The Cartography of Syntactic Structures, vol. 4. Oxford : Oxford University Press.

Cinque G. & Rizzi L. (2008). « The Cartography of Syntactic Structures », STiL (Studies in Linguistics) 2 : 42-58.

Combettes B. (2006). « L’analyse thème/rhème dans une perspective diachronique », LINX 55 : 75-90.

Combettes B. (2012). « Perspective fonctionnelle de la phrase et diachronie : le passage de l’ancien français au moyen français », Echos des Etudes Romanes VIII.1 : 95-107.

Dupuis F. (1989). L’expression du sujet dans les subordonnées en ancien français. Thèse de Ph.D., Université de Montréal.

Egerland V. (2011). « Fronting, Background, Focus : A comparative study of Sardinian and Icelandic », Working papers in scandinavian syntax 87 : 103-135.

Featherston S. (2005). « Bridge verbs and V2 verbs – the same thing in spades ? », Zeitschrift für Sprachwissenschaft 23.2 : 181-209.

Fischer S. (à paraître, 2014). « Revisiting Stylistic Fronting in Old Spanish », in A. Dufter & Á. O. de Toledo y Huerta (éd.), Left Sentence Peripheries in Spanish : Diachronic, Variationist and Typological Perspectives. Amsterdam : Benjamins.

Fischer S. & Alexiadou A. (2001). « On Stylistic Fronting : Germanic vs Romance », Working Papers in Scandinavian Syntax 68 : 117-145.

Fontana J. M. (1993). Phrase Structure and the Syntax of Clitics in the History of Spanish. Thèse de Ph.D., U. of Pennsylvania.

Franco I. (2009). Verbs, Subjects and Stylistic Fronting. A comparative analysis of the interaction of CP properties with verb movement and subject positions in Icelandic and Old Italian. Thèse de doctorat, Université de Sienne.

Franco I. (2012). « Verbal Stylistic Fronting in Old Florentine » http://ling.auf.net/lingbuzz/001510.

Frey W. (2004). « The grammar-pragmatics interface and the German prefield », Sprache und Pragmatik 52 : 1-39.

Frey W. (2006). « Contrast and movement to the German prefield », in V. Molnár et S. Winkler (éd.), The architecture of focus. Berlin : Mouton de Gruyter, 235-264.

Godefroy F. (1881-1902). Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècles. Paris. http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/

Gundel J. K. & Fretheim T. (2004). « Topic and Focus », in L. Horn & G. Ward (éd.), The Handbook of Pragmatic Theory. Malden, MA : Blackwell Publishing, 174-196.

Holmberg A. (2006). « Stylistic fronting », in M. Everaert & H. van Riemsdijk (éd.), The Blackwell Companion to Syntax. Oxford : Blackwell, 532-565.

Holmberg A. (2012, à paraître). « Verb Second », in T. Kiss & A. Alexiadou (éd.), Syntax – an International Handbook of Contemporary Syntactic Research. Berlin : Walter de Gruyter Verlag.

Hrafnbjargarson G. H. (2004). « Stylistic Fronting », Studia Linguistica 58.2 : 88-134.

Julien M. (2010) « Embedded clauses with main clause word order in Mainland Scandinavian », http://ling.auf.net/ lingBuzz/ 000475.

Krifka M. (2008). « Basic Notions of Information Structure », Acta Linguistica Hungarica 55.3-4 : 243-276.

Kroch A. & Santorini B. (2012). Penn Supplement to the MCVF Corpus of Historical French. University of Pennsylvania. http://www.ling.upenn.edu/hist-corpora/.

Labelle M. (2007). « Clausal architecture in Early Old French », Lingua 117.1 : 289-316.

Labelle M. & Hirschbühler P. (2011). « Topic and Focus in Old French V1 and V2 structures », Diachronic Generative Syntax Conference (DIGS) 13, Philadelphia, June 2-5.

Labelle M. & Hirschbühler P. (2013). « Leftward Stylistic Displacement (LSD) in Old and Middle French », Diachronic Generative Syntax Conference (DIGS) 15, Ottawa, Aug. 1-3. http://www.er.uqam.ca/nobel/r32764/Labelle/Linguistique_files/Labelle%26Hirsch_DIGS15-Ottawa2013.pdf.

Maling J. (1980/1990). « Inversion in embedded clauses in Modern Icelandic », in J. Maling & A. Zaenen (éd.), Modern Icelandic Syntax. San Diego : Academic Press, 71-91. (Réimpression de Íslenskt mál 1980.2 : 175-193).

Martineau F, Hirschbühler P., Kroch A. & Morin Y. Ch. (2010). Corpus MCVF annoté syntaxiquement. Modéliser le changement : les voies du français, Département de français, Université d’Ottawa. CD-ROM.

Martins A. M. (2005). « Clitic Placement, VP-ellipsis and scrambling in Romance », in M. Batllori, M.-Ll. Hernanz, C. Picallo & F. Roca (éd.), Grammaticalization and Parametric Change. Oxford & New York : Oxford University Press, 175-193.

Martins A. M. (2011). « Scrambling and Information Focus in Old and Contemporary Portuguese », Catalan Journal of Linguistics 10 : 133-158.

Mathieu E. (2006). « Stylistic Fronting in Old French », Probus 18 : 219-266.

Mathieu E. (2009). « On the Germanic properties of Old French », in P. Crisma & G. Longobardi (éd.), Historical Syntax and Linguistic Theory. Oxford : Oxford University Press, 344-357.

Mathieu E. (2013). « The left periphery in Old French », in D. Arteaga (éd.), Research in Old French : The State of the Art. Dordrecht : Springer, 327-350.

Molnár V. (2010). « Stylistic Fronting and Discourse », Tampa Papers in Linguistics 10 : 30-61.

Nikolaeva I. (2001). « Secondary Topic as a Relation in Information Structure », Linguistics 39 : 1-49.

Ott D. (2009). « Stylistic Fronting as Remnant Movement », Working Papers in Scandinavian Syntax 83 : 141-178.

Platzack C. (1995). « The Loss of Verb Second in English and French », in A. Battye & I. Roberts (éd.), Clause Structure and Language Change. New York : Oxford University Press, 200-226.

Poletto C. (2006). « Parallel Phases : a study on the high and low left periphery of Old Italian », in M. Frascarelli (éd.), Phases of Interpretation. Berlin : Mouton de Gruyter, 261-295.

Prévost S. (2003). « Détachement et topicalisation : des niveaux d’analyse différents », Cahiers de Praxématique 40 : 97-126.

Prévost S. (2009). « Topicalisation, focalisation et constructions syntaxiques en français médiéval : des relations complexes », in D. Apothéloz, B. Combettes & F. Neveu (éd.), Les linguistiques du détachement. Actes du colloque international de Nancy. Bern : Peter Lang, 427-439.

Rickard P. (1962). « The Word-order Object–verb–subject in Medieval French », Transactions of the Philological Society 61.1 : 1-39.

Rizzi L. (1997). « The fine structure of the left periphery », in L. Haegeman (éd.), Elements of Grammar : A Handbook of Generative Syntax. Dordrecht : Kluwer Academic Publishers, 281-337.

Rizzi L. (éd.) (2004). The Structure of CP and IP. The Cartography of Syntactic Structures, vol. 2. Oxford : Oxford University Press.

Rizzi L. & Schlonsky U. (2007). « Strategies of subject extraction », in U. Sauerland & H.-M. Gärtner (éd.), Interfaces + Recursion = Language ? : Chomsky’s Minimalism and the View from Syntax-Semantics. Berlin : Walter de Gruyter, 115-160.

Rivero M.-L. (1992). « Clitic and NP climbing in Old Spanish », in H. Campos & F. Martínez-Gil (éd.), Current Studies in Spanish Linguistics. Washington, D.C. : Georgetown University Press, 241-282.

Roberts I. (1993). Verbs and Diachronic Syntax : A Comparative History of English and French. Dordrecht : Kluwer Academic Publishers.

Salvesen C. Meklenborg. (2011). « Stylistic Fronting and Remnant movement in Old French », in J. Bern, H. Jacobs & T. Scheer (éd.), Romance Languages and Linguistic Theory. Selected Papers from ‘Going Romance’ Nice 2009. Amsterdam : John Benjamins, 323-342.

Salvesen C. Meklenborg. (2013). « Topics and the left periphery : a comparison of Old French and Modern Germanic », in T. Lohndal (éd.), In Search of Universal Grammar. From Old Norse to Zoque. Amsterdam : John Benjamins, 131-171.

Skårup P. (1975). Les premières zones de la proposition en ancien français : essai de syntaxe de position. Etudes romanes de l’université de Copenhague 6. Copenhague : Akademisk Forlag.

Taraldsen K. T. (2001). « Subject extraction, the distribution of expletives and stylistic inversion », in A. Hulk & J.-Y. Pollock (éd.), Subject Inversion in Romance and the Theory of Universal Grammar. New York : Oxford University Press, 163-181.

Wiklund A.-L., Bentzen K., Hrafnbjargarson G. H. & Hróarsdóttir Þ. (2009). « On the distribution and illocution of V2 in Scandinavian that-clauses », Lingua 119 : 1914-1938.

Haut de page

Notes

1 Pour les exemples tirés du corpus MCVF, des indications comme ‘48.1634’ correspondent à l’adresse de l’exemple dans la base de données.

2 Le terme stylistique reflète le fait que la construction est facultative, qu’il est généralement considéré qu’elle n’affecte pas le sens, et qu’elle est caractéristique d’un registre élevé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Taux d’antéposition de verbes non conjugués en vers et en prose
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/2538/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure 2. Taux d'antéposition de verbes non conjugués (principales/subordonnées)
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/2538/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Labelle et Paul Hirschbühler, « Déplacement stylistique à gauche de verbes non conjugués en ancien et en moyen français », Corpus, 13 | 2014, 191-219.

Référence électronique

Marie Labelle et Paul Hirschbühler, « Déplacement stylistique à gauche de verbes non conjugués en ancien et en moyen français », Corpus [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://corpus.revues.org/2538

Haut de page

Auteurs

Marie Labelle

Université du Québec à Montréal

Paul Hirschbühler

Université d'Ottawa

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org