Navigation – Plan du site
Compte rendu

Alain ChevrierLe Décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara. Paris : Classiques Garnier, coll. « Etudes romantiques et dix-neuviémistes » 18, 2011, 405 pages, 49 €.

Gérald Purnelle
p. 331-333

Texte intégral

1L’ouvrage d’Alain Chevrier relève de ce qu’il nomme lui-même la « morphologie poétique », c’est-à-dire l’étude des formes poétiques, qui contribue à l’histoire littéraire. Il y trace l’histoire détaillée d’un vers particulier, le décasyllabe à césure médiane (en 5-5). Ce vers est traditionnellement baptisé taratantara, en une onomatopée qui calque la longueur syllabique de ses hémistiches.

2L’intérêt de l’ouvrage réside à la fois dans sa structure linéaire (il s’agit d’une « histoire » de ce vers) et dans ses approches multiples.

3Notons d’emblée que, pour chaque époque, les poètes ayant pratiqué ce vers sont évoqués l’un après l’autre, et que leur usage du vers est illustré par au moins un poème, souvent cité en entier. L’ouvrage est donc aussi, et très plaisamment, une anthologie historique du décasyllabe à césure médiane, qui permet au lecteur curieux de (re)découvrir des noms et des textes peu connus, voire inconnus. Ce seul aspect rend donc déjà l’ouvrage fort utile et agréable.

4Mais histoire et analyse structurent l’ouvrage dans sa dimension scientifique. Fondé sur « de nombreux documents peu connus, méconnus ou inconnus », l’ouvrage commence par l’exploration de la préhistoire du vers et par une esquisse sommaire des « Débuts du décasyllabe », qui paraît plonger ses racines dans des modèles latins médiévaux.

5L’auteur relève les différentes structures attestées pour les vers de dix syllabes (4-6 et 5-5, mais aussi 6-4), mais, sur un plan analytique et méthodologique, on regrettera qu’à ce stade soit posé sans discussion l’objet « décasyllabe », supposé subsumer ces trois schémas ou « vers » morphologiquement différents, sans autre forme de questionnement. Deux schémas aussi différents que 4-6 et 5-5 forment-ils, métriquement parlant, un même vers ? La réponse affleure plusieurs fois dans le corps de l’ouvrage, dans les cas où (chez tel poète, dans tel poème), ils se mêlent (quand des 5-5 apparaissent en contexte de 6-6), mais elle n’est guère examinée pour elle-même.

6Plus longue et intéressante est l’étude de l’origine et du sens du terme étrange qui sert à nommer le 5-5 (décasyllabe à césure médiane), taratantara, de sa première apparition dans un vers du poète latin Ennius, où il désigne le son de la trompette, jusqu’à sa mention dans les traités de versification des xixe et xxe siècles, en passant surtout par ses premières utilisations, pour désigner le vers, par Bonaventure des Périers (xvie s.) et Régnier-Desmarais (xviie s.).

7Le parcours historique commence par un court chapitre consacré au Moyen Age, où domine l’étude de La Cantilène de sainte Eulalie et des chansons médiévales où le vers apparaît. La suite distingue deux moments particuliers et plus importants de l’histoire : la Renaissance et l’âge baroque, d’une part, le xixe siècle d’autre part.

8Pour le premier de ces deux chapitres, un traitement particulier est consacré à un poème de 1367 vers, inséré dans un ouvrage peu connu, paru dans la première moitié du xvie siècle : Le Jardin amoureux de Christophe de Barrouso. La longueur des vers n’y est pas fixe et syllabique, mais variable. Le poème contient néanmoins de nombreux décasyllabes, dont des 5-5. En une longue analyse de trente pages, Alain Chevrier conclut, pour expliquer cette versification complexe, à une adaptation française de l’arte mayor espagnol.

9L’étude de la place du taratantara dans la métrique des vers mesurés de Baïf, issus, notamment, de l’adaptation en français de la strophe saphique, et où apparaissent des 5-5 parmi des 4-6, est également éclairante, tout comme celle de la résurgence ou réinvention du décasyllabe en 5-5 au xixe siècle, attribuable à Marceline Desbordes-Valmore, avant que le Parnasse en fasse un nouvel usage.

10Après un chapitre consacré au xxe siècle, une brève « récapitulation » esquisse une rapide histoire du décasyllabe (tous schémas confondus) puis balise les quelques moments et observations d’une histoire riche, parsemée de creux et de temps forts, de discontinuité et de reprises.

11On doit reformuler le regret exprimé au début de ce compte rendu, pour ce qui touche les conclusions qu’il eût été possible de tirer de cette histoire. La question de la concurrence des différents schémas, 4-6, 6-4 et 5-5, n’est guère abordée, et nullement de façon systématique et synthétique. Or on observe qu’à la Renaissance, des poèmes mêlent ces schémas, notamment les poèmes transposant en français la strophe saphique à base d’hendécasyllabes. A nouveau, sans qu’il y ait de lien, le phénomène réapparaît chez certains poètes à la fin du xixe siècle (Rimbaud). Entre ces deux moments de l’histoire a pesé un interdit à la fois théorique et pratique, excluant, pour le poète, le droit de mêler des schémas pairs (4-6, 6-4) avec un schéma à base impaire (5-5). Cet interdit n’est guère étudié dans l’ouvrage.

12Il y a, théoriquement, plusieurs situations possibles :

13a) des poèmes à schéma unique, obéissant à l’interdit du mélange, ou produits à un moment où ce mélange est tout bonnement impensable ; soit des poèmes entièrement en 4-6 et d’autres entièrement en 5-5 ;

14b) des poèmes où le mélange est jugé possible et pratiqué ; par exemple (sans doute le plus fréquent), un poème où dominent les 4-6, mais où le schéma 5-5 apparaît minoritairement (parfois une seule occurrence) ;

15c) des poèmes où les schémas à base paire et impaire sont mêlés sans qu’une dominante soit perceptible.

16Il eût été utile et éclairant de dresser une chronologie de ces trois types théoriques, d’évaluer diachroniquement leur présence ou leur absence à chaque époque, et de distinguer clairement, récapitulativement et pour chaque période, les poètes « réguliers » (dont les poèmes sont en 5-5) et ceux qui consentent à mêler schémas pairs et impairs. Le tout en mobilisant des notions telles que norme, interdit et transgression. Répétons-le, l’enjeu est théorique : il porte sur la question de savoir si, pour une époque ou pour un poète, le 4-6 et le 5-5 sont deux vers différents ou une même mètre ; si le nombre (10) prime sur la structure ; s’il existe un décasyllabe ou plusieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Alain ChevrierLe Décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara. Paris : Classiques Garnier, coll. « Etudes romantiques et dix-neuviémistes » 18, 2011, 405 pages, 49 €. », Corpus, 12 | 2013, 331-333.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Alain ChevrierLe Décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara. Paris : Classiques Garnier, coll. « Etudes romantiques et dix-neuviémistes » 18, 2011, 405 pages, 49 €. », Corpus [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 14 mai 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://corpus.revues.org/2416

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org