Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lionel Dufaye, Lucie Gournay — L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris / Gap : Ophrys (collection « Langues, langage et textes »), 2010, 194 pages, 20 €

Sylvie Mellet
p. 305-312

Texte intégral

1Le prospectus publicitaire de cet ouvrage collectif annonce que « les éditeurs ont conçu ce recueil comme un outil de travail pour les étudiants et chercheurs en linguistique ». Etonnante conception de l’outil de travail, que celle d’éditeurs scientifiques qui ne prennent pas la peine d’offrir au lecteur un chapitre introductif de présentation et qui, par là-même, ne définissent ni ne justifient aucun des termes du titre de l’ouvrage. Pourtant la notion d’altérité est loin d’être obvie : Jean Szlamowicz, rédacteur du dernier article du recueil, montre comment, en linguistique même (sans parler de la philosophie, de la psychologie et de la sociologie), elle peut être déclinée de façon variée. A dire vrai, la grande majorité des contributeurs semble l’entendre dans un sens culiolien ; mais même ainsi restreinte, la notion est suffisamment complexe – comme le confirment entre autres les articles d’Oksana Gayet ou Kazuro Oguma – pour mériter d’être préalablement circonscrite. Quant au pluriel affectant dans le titre les théories de l’énonciation, il reste parfaitement allusif et indéterminé, même après lecture complète de l’ouvrage. Bref, le lecteur trouvera ici quelques études particulières intéressantes ainsi qu’un ensemble de contributions qui, avec bonne volonté, font toutes appel au concept d’altérité, mais ne trouvera sûrement pas un outil de travail efficace et encore moins un outil pédagogique pour les étudiants.

2Le premier article est dû à Tatiana Bottineau et s’intitule « L’emploi de la particule russe bylo, ou l’univocité éclatée » (pp. 1-20). Cette particule s’emploie majoritairement pour signaler qu’au moment de l’énonciation le résultat d’un procès passé n’est plus d’actualité : elle fournit donc un double point de vue sur le procès, puisque celui-ci est présenté à la fois comme advenu (et, donc, à cet égard, comme acquis) et comme révolu (donc absent). Elle souligne souvent « une distorsion entre un procès p posé et la situation à laquelle p aurait dû mener, mais qui n’existe pas au moment de l’énonciation » (p. 2). L’auteur conteste l’analyse traditionnelle en termes de distorsion ou d’échec de p et propose une analyse énonciative qui attribue à la particule une vocation à exprimer l’altérité, soit notionnelle, soit subjective (appréciative). T. Bottineau analyse avec précision les différents cas de figure attestés (trois pour l’expression de l’altérité notionnelle et deux pour celle de l’altérité appréciative), qui ont pour point commun qu’à un moment antérieur à l’énonciation, la valeur p a été posée par anticipation par un énonciateur situé en position décrochée, c’est-à-dire situé hors du domaine de validation et pouvant envisager p aussi bien qu’autre chose que p, voire non-p. C’est à ce niveau de la construction énonciative que l’altérité est sollicitée. Au moment de l’énonciation, l’énonciateur constate que la valeur p qu’il avait visée, anticipée, n’est finalement pas le cas. La particule permet donc en contexte de présenter simultanément les deux valeurs opposées de la relation prédicative et d’exprimer l’hésitation du sujet qui a précédé l’assertion définitive d’une des deux valeurs.

3L’étude suivante « Altérité et complémentation infinitive : le schéma V1 – TO – V2 », d’Alain Deschamps (pp. 21-35), réexamine le fonctionnement de cette structure syntaxique de l’anglais à partir d’un corpus de plus de 30 000 exemples. Il commence par rappeler l’explication syntaxique traditionnelle qui tente d’unifier l’ensemble des structures répondant à ce modèle, mais rappelle que celle-ci échoue à rendre compte des cas où l’absence du sujet devant l’infinitif ne peut pas être rapportée à une co-référence entre les sujets de V1 et de V2. Il souligne ensuite que la relation prédicative à l’infinitif n’est pas validée, mais seulement visée depuis le verbe recteur. En tant que visée, cette opération couvre l’entier du domaine notionnel : là encore on est en position décrochée, ce qui permet de laisser une place, à côté de p, à autre chose que p ou à non-p. Puis l’auteur liste le détail des différents paramètres énonciatifs en jeu dans les différentes constructions étudiées. Cette énumération est rapide, et n’éclaire guère le lecteur, même familier de la théorie des opérations énonciatives (ne parlons pas des autres !). Ainsi, même le paramètre du double repérage, qui a pourtant affaire avec le thème du recueil – l’altérité – n’est ni explicité, ni illustré (p. 25). L’ensemble de l’argumentation tend à rendre compte avant tout des cas de non-coréférence dans la structure où V1 est instancié par le verbe say et où le sujet de l’infinitif qui suit n’est pas instancié.

4L’article suivant, de Catherine Filippi-Deswelle (pp. 37-55), s’intitule « Quand « je » est un « autre » ou quand though, marqueur de relance discursive [d’afterthought], introduit une altérité intrasubjective ». Though, connecteur adverbial transphrastique qui a des propriétés à la fois anaphoriques et déictiques, se charge en contexte d’une fonction de « relance discursive adversative » (p. 38) : « cela lui confère le statut de marqueur d’altérité discursive » (p. 53) ; il permet d’exhiber des dissociations énonciatives qui font place à la pensée de l’autre, que cet autre soit autrui à proprement parler (dissociation intersubjective), ou qu’il soit une autre part de soi-même (dissociation intrasubjective). On est un peu étonné de ne pas voir évoquées ici les différentes formes de dialogisme (interdiscursif, interlocutif et intralocutif) qui rendent bien compte des faits décrits et qui auraient permis d’éviter quelques circonlocutions pesantes. Selon l’auteur, c’est l’opération de bifurcation entre une première représentation et la représentation suivante, adversative, qui induit l’effet « d’après-coup » caractéristique de ce connecteur, dans la mesure où elle fait sortir de l’intérieur du domaine tel qu’il avait été préconstruit (p. 52). Une comparaison avec le connecteur français toutefois, qui porte aussi cet effet « d’après-coup », aurait été ici intéressante.

5On revient à TO, mais dans le domaine nominal cette fois-ci, avec la contribution de Laurence Flucha : « Lucius, son to Titus / son of Titus : to, un marqueur d’altérité pas comme les autres ? » (pp. 57-72). La comparaison des syntagmes du type son to Titus avec ceux du type son of Titus, fait apparaître la différence sémantique suivante, assez prévisible d’ailleurs : alors qu’avec of, le référent de N1 est une occurrence ordinaire de la notion, conforme à l’image donnée par le centre organisateur de celle-ci, avec to, le référent de N1 ne renvoie qu’à un « ersatz » de la notion, c’est-à-dire à une occurrence qui n’est pas à strictement parler identifiable au centre organisateur de celle-ci, mais qui en a certaines propriétés fonctionnelles et dont le référent peut donc remplir le même rôle. Cet emploi est donc réservé à des noms exprimant un lien de parenté ou un lien social. L’auteur conclut qu’il y a là un « maintien de l’altérité notionnelle par rapport au centre de la notion envisagée » (p. 70), ce que confirme la possibilité d’avoir d’autres marqueurs différentiels associés (she was like a sister to me, she was a true sister to me, I’ve been a poor father to you). Nous avouons n’avoir pas compris en quoi to pouvait être « un marqueur d’altérité pas comme les autres »…

6Oksana Gayet étudie les « Différents types d’altérité dans les interrogations fermées en russe moderne » (pp. 73-96). Les interrogations fermées, sont aussi les interrogations totales, celles auxquelles on ne peut répondre que par oui ou pas non. Les énoncés interrogatifs correspondant connaissent en russe moderne plusieurs variations, touchant à la fois l’ordre des constituants et l’intonation, et qui peuvent se combiner entre elles, donnant lieu à un nombre élevé de types interrogatifs différents, tous distincts sur le plan sémantique et pragmatique. L’auteur choisit d’analyser minutieusement quatre d’entre eux, ceux qui correspondent aux différentes combinaisons de l’ordre SVC et SCV et de l’intonation médiane ou finale (accent de phrase sur le constituant central ou sur le dernier constituant). L’étude de nombreux exemples, bien contextualisés, permet de mettre en évidence différentes formes d’altérité : dictale ou dicto-modale, modale (en référence à la célèbre opposition de Ch. Bally), référentielle ou intersubjective. Ces différentes formes d’altérité peuvent se superposer au sein d’un même énoncé. Néanmoins, les oppositions structurantes restent très claires, notamment celle qui oppose l’accent médian à l’accent final. Les valeurs pragmatiques ainsi construites permettent de différencier le préconstruit du visé et des intentions du locuteur.

7Dans « Construction textuelle et régulation co-énonciative : l’altérité comme principe structurant » (pp. 97-113), Gérard Mélis veut montrer que ce qu’il appelle le « dispositif thématique » de l’énoncé, i.e. son organisation en topique et focus n’est pas seulement dû à la structure informationnelle portant sur les contenus, mais sollicite aussi le processus de construction textuelle tel qu’il se met en place à travers l’interaction co-énonciative. Ceci fait de ce dispositif une trace en discours des opérations de construction vs réduction « du hiatus entre les positions des instances différenciées de la co-énonciation » (p. 98). Ainsi, « l’altérité de position énonciative » se superpose à l’altérité notionnelle. Un tel principe général est ensuite mis à l’épreuve dans l’étude de deux de ses manifestations syntaxiques : la dislocation et la variabilité de la position des circonstants.

8On quitte provisoirement la linguistique énonciative d’inspiration culiolienne avec l’article suivant dû à Aliyah Morgenstern et intitulé « JE comme AUTRE. Mise en mots de l’altérité et de l’identité dans le langage de l’enfant » (pp. 115-135). Cette étude est centrée sur l’acquisition du pronom je par les enfants entre deux et trois ans, plus particulièrement à travers le cas de deux enfants dont les productions verbales fournissent, entre 2.3 et 2.7 ans, des occurrences de « renversement pronominal » non systématiques : l’un d’eux emploie durant cette période le pronom il de 3e personne pour parler de lui-même (mais dans 12 % des cas de référence à la première personne seulement) et l’autre enfant emploie, durant la même période le pronom tu de 2e personne, dans une proportion à peu près identique. L’étude précise de ces occurrences suggère que ces renversements pronominaux ne sont ni aléatoires ni insignifiants. Ils correspondent, dans les deux cas, à une stratégie aux caractéristiques bien stabilisées : pour l’enfant qui parle de lui à la troisième personne, les contextes révèlent un « changement de perspective mentale » et une sorte de dédoublement narratif qui permet à l’enfant d’établir une distance avec lui-même et de faire de lui le personnage d’un récit ; il recourt à cette posture énonciative, « en décrochage par rapport à la situation d’énonciation » (p. 125), lorsqu’il a fait une bêtise et se sent obligé de la raconter à sa mère. Le second enfant, qui utilise le tu, opère lui aussi un dédoublement énonciatif mais qui ne relève pas de la narrativité : ce dédoublement lui permet de s’identifier à l’adulte en position dominante et de lui emprunter, sous forme de citations ou de syntagmes phraséologiques, des expressions caractéristiquement associées à la situation : encouragements marqués, congratulations appuyées, réprimandes. En réalité, il ne s’agit pas de citations à proprement parler : l’enfant endosse la posture de l’adulte dans le cadre d’un script prédéfini qui lui dicte les formules figées qu’il reproduit en bloc. On a donc là deux cas d’expression de l’altérité (« je parle de moi comme si ce n’était pas moi qui en parlais », p. 132) à des moments cruciaux de la construction de l’identité de l’enfant.

9Kazuro Oguma ramène le lecteur à une problématique plus strictement linguistique avec une réflexion sur « Ima (maintenant) en japonais : altérité et identification » (pp. 137-156). Après une rapide étude contrastive des deux adverbes, japonais et français, l’auteur se penche sur les spécificités de ima : d’une part, celui-ci peut renvoyer à un instant contigu à T0 – ou construit comme tel par le sujet énonciateur –, ce qui lui permet d’exprimer le passé immédiat ou le futur proche (traduits respectivement en français par « à l’instant » et « tout de suite ») ; d’autre part, ima permet d’exprimer aussi la construction d’une consensualité à partir des deux points de vue, a priori divergents, de l’énonciateur et du co-énonciateur. On le rencontre alors dans des énoncés tels que « Soit un point P », ou bien « C’est justement ce que j’allais dire », « J’allais justement le faire », dans lesquels est construite et pointée la coïncidence des points de vue (projection vers une occurrence fictive, rencontre intersubjective de deux visées). Ima permet donc la résorption d’altérités complexes (notionnelle et subjective). Il connaît aussi des emplois adnominaux qui construisent une continuité notionnelle et discursive. L’auteur conclut « en disant que ima recourt à des repères complexes afin d’intégrer des altérités d’occurrences nominales ou événementielles dans une stabilité référentielle construite […] » (p. 155).

10Enfin, le recueil s’achève par un article de Jean Szlamowicz qui permet de prendre un peu de recul et de hauteur par rapport à la notion qui a été si fortement sollicitée au fil des autres contributions. « Quelle altérité pour le linguiste ? Quelques confluences de l’analyse de discours à la pragmatique, de l’énonciation à la co-énonciation indiciée » (pp. 171-193) évoque « trois domaines linguistiques dans lesquels l’altérité possède un rôle fondateur » (p. 171) : la pragmatique et ses analyses interactionnelles, l’analyse de discours et l’étude de l’argumentation, la linguistique énonciative. Après avoir mis en garde contre la séduction d’un terme et d’une notion actuellement connotés de manière très positive et avec une forte dimension axiologique, l’auteur montre comment l’altérité a été déclinée de manière très différente par les trois champs linguistiques retenus dans l’article, accompagnant par là-même des variations sensibles accordé au statut de l’autre, notamment dans son rôle de co-locuteur ou au co-énonciateur. Au passage sont évoqués quelques-uns des marqueurs linguistiques qui constituent les traces en discours de ce statut et de la gestion de l’altérité par l’énonciateur. En effet, « l’autre ne possède pas la même fonction structurante dans la production langagière » selon que l’altérité est conçue comme réalité sociale, réalité discursive et doxique, réalité intersubjective et co-énonciative (p. 189).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Mellet, « Lionel Dufaye, Lucie Gournay — L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris / Gap : Ophrys (collection « Langues, langage et textes »), 2010, 194 pages, 20 € », Corpus, 10 | 2011, 305-312.

Référence électronique

Sylvie Mellet, « Lionel Dufaye, Lucie Gournay — L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris / Gap : Ophrys (collection « Langues, langage et textes »), 2010, 194 pages, 20 € », Corpus [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://corpus.revues.org/2143

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org