Navigation – Plan du site

Le corpus heuristique : un outil qui montre mais ne démontre pas

Tobias Scheer

Résumés

Le présent article met en évidence deux fonctions distinctes du corpus : heuristique et validante. Chacun connaît la seconde : un corpus est utilisé afin de démontrer la plausibilité ou la véracité d'une hypothèse qui a une existence indépendante. A la différence de celle-ci, la première fonction montre, plutôt qu’elle ne démontre. Le linguiste ne cherche plus ici à convaincre ; il cherche à comprendre. Il part à la rencontre de l'inconnu avec un questionnement, mais sans solution, même hypothétique, pour le puzzle dont il a identifié quelques pièces. La vertu du corpus ici est consubstantielle à son existence : le classement. Qui dit corpus dit en effet principe de classement. Le corpus heuristique a ceci de particulier qu'il est éphémère : sitôt ses services rendus, il sera transformé par le linguiste en corpus de validation (qui aura vocation à convaincre le monde). Ce changement d'objectif induit alors une organisation et une présentation très différentes de celles qui ont permis la découverte du fonctionnement linguistique en question. En remontant cette opération, le présent article essaie d'isoler les propriétés invariables des corpus heuristiques. Le propos est illustré par un cas particulier tiré de mon expérience personnelle, i.e. les alternances de longueur vocalique dans les itératifs tchèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tobias Scheer, « Le corpus heuristique : un outil qui montre mais ne démontre pas », Corpus [En ligne], 3 | 2004, mis en ligne le 02 décembre 2005, consulté le 29 juin 2017. URL : http://corpus.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Tobias Scheer

« Bases, Corpus et Langage », UMR 6039, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org