Navigation – Plan du site

L’analogie est-elle un fait fonctionnel ou grammatical ? Le cas de l’apophonie portugaise

Joaquim Brandăo de Carvalho

Résumés

Il est couramment admis qu’il existe une corrélation, sinon un rapport de cause à effet, entre la fréquence lexicale d’une dérivation et sa productivité, mesurée à l’aune de sa force d’attraction analogique. Or cette thèse est démentie par l’examen détaillé des faits d’apophonie nominale en portugais. De deux alternances qui se partagent un sous-ensemble de nominaux, c’est la dérivation minoritaire, ainsi que le révèle l’analyse d’un corpus de 238 mots, qui, depuis le XIXème siècle, gagne lentement du terrain dans le standard de Lisbonne, et y exerce une force analogique sur l’alternance majoritaire sans commune mesure avec le phénomène inverse. On déduira de cet apparent paradoxe et de sa spécificité dialectale que le véritable moteur du changement analogique ne réside pas dans le nombre d’entrées voire de sorties lexicales, mais dans l’existence, au sein de la grammaire du locuteur, de « schèmes dérivationnels » pouvant à l’occasion être mis en concurrence sous certaines conditions distributionnelles et sociolinguistiques.

Haut de page

Texte intégral

1Consulter en annexe le texte intégral de l’article au format PDF

21. Introduction

32. Les faits

43. Analyse

  • 3.1. Corpus

  • 3.2. Méthodologie

  • 3.3. Résultats

54. Problématique

65. Conclusion

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joaquim Brandăo de Carvalho, « L’analogie est-elle un fait fonctionnel ou grammatical ? Le cas de l’apophonie portugaise », Corpus [En ligne], 3 | 2004, mis en ligne le 02 décembre 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://corpus.revues.org/194

Haut de page

Auteur

Joaquim Brandăo de Carvalho

UMR 7023, Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org