Navigation – Plan du site

Les clitiques sujets dans les variétés occitanes et francoprovençales italiennes

Leonardo M. Savoia et M. Rita Manzini
p. 165-190

Résumés

Dans cet article, nous examinerons quelques aspects de la syntaxe du sujet dans les dialectes occitans du Piémont occidental, dans les dialectes francoprovençaux du Piémont occidental et du Val d’Aoste, y compris les parlers de Celle di Faeto (francoprovençal) dans les Pouilles et de Guardia Piemontese (occitan) en Calabre : l’existence de clitiques sujets, l’absence de l’accord entre verbe et sujet post-posé, l’inversion du verbe et du clitique sujet dans les constructions interrogatives. Toutes ces propriétés morphosyntaxiques qui apparaissent dans les dialectes occitans et francoprovençaux caractérisent également les autres dialectes de l’Italie septentrionale (Bracco, Brandi et Cordin 1985, Poletto 1993, 2000, Rizzi 1986). En revanche, les dialectes occitans et francoprovençaux ne forment pas un groupe identifiable d’une manière univoque, mais ils se subdivisent en typologies grammaticales différentes.

Haut de page

Texte intégral

1. Le clitique sujet

1Les dialectes occitans et francoprovençaux italiens, ainsi que les variétés de l’Italie du nord, présentent des paradigmes de clitiques sujets qui, dans la plupart des dialectes, redoublent le sujet lexical en position préverbale. En l’absence d’un sujet lexical, le clitique sujet est tout de même présent. Les verbes non-argumentaux, comme les verbes météorologiques, sont généralement précédés d’un clitique sujet qui peut correspondre soit à la forme du clitique sujet de la 3e personne du masculin ou du féminin, soit à une forme non différenciée marquée pour la personne, le genre et le nombre.

2Le redoublement systématique du sujet lexical par un clitique sujet est illustré par les exemples ci-dessous en (1). Le verbe s’accorde normalement avec le sujet et avec le clitique. (1a) illustre le dialecte francoprovençal de Coazze, (1b) le dialecte occitan de Fontane, tandis que l’exemple (1c) relatif à un dialecte considéré comme italien septentrional met en lumière les correspondances qui relient les variétés occitane et francoprovençale aux autres dialectes de l’Italie du Nord.

3Le clitique sujet peut être omis en combinaison avec un sujet lexical préverbal dans quelques dialectes occitans (Prali, Pomaretto), en (2a), ainsi que dans les variétés vénitiennes centrales (Benincà & Vanelli 1982), comme Chioggia en (2b) ; en l’absence d’un sujet lexical, nous trouvons le clitique sujet, comme indiqué sous cf. en (2).

4En (3), nous exemplifions les systèmes clitiques en nous limitant aux variétés de types occitan et francoprovençal. Les paradigmes des clitiques sujets présentent des variations internes considérables, selon deux typologies fondamentales : le nombre de clitiques dans le paradigme verbal et la nature de ces clitiques. En ce qui concerne la nature des clitiques, nous avons distingué les clitiques différenciés, c’est-à-dire marqués morphologiquement pour une personne particulière, le nombre et le genre, et les clitiques non différenciés. Les paradigmes du clitique sujet sont illustrés aussi bien dans le contexte où ils précèdent un verbe lexical, argumental avec dormir et non argumental avec pleuvoir / neiger, que dans le contexte où ils précèdent une construction avec l’auxiliaire, c’est-à-dire généralement avoir dans le cas de dormir, étant donné que les paradigmes des clitiques, tout particulièrement les formes spécialisés de 3p, diffèrent souvent dans les deux contextes. Il faut noter que l’ensemble des variétés de l’Italie du Nord atteste de beaucoup d’autres systèmes (une exemplification complète, qui comprend les autres dialectes de l’Italie du Nord aussi, est fournie dans Manzini & Savoia 2005). De plus, les deux regroupements en (3) caractérisent également des dialectes non occitans / francoprovençaux, comme le montrent les paradigmes de Varese Ligure en (a’) et de Villareggia en (b’).

5En (4) sont présentées les données concernant les dialectes occitans ou francoprovençaux avec une variation interne au système pour les personnes 1 et 2. Les groupes sont établis sur la base du nombre et de la nature des exposants morphologiques de la dénotation P(ersonne). Là aussi, les mêmes propriétés typologiques peuvent caractériser des dialectes italiens septentrionaux, par exemple Livo (Trentin) en (c’) et Bonifacio (Corse) en (d’).

6Dans la littérature sur les systèmes de clitiques, les différents types observés sont habituellement ramenés à des considérations de marquage. Renzi & Vanelli (1983) proposent quelques généralisations distributionnelles relatives aux paradigmes des clitiques sujets, parmi lesquelles : (i) si une variété a au moins un « pronom sujet » ce dernier est celui de 2ps ; (ii) si elle a deux pronoms, ces derniers sont de 2ps et 3ps ; (iii) si elle a 3 pronoms, ils sont de 2ps, 3ps et 3pp. En outre, ils soulignent que le pronom de 2ps, qui, sur la base de leurs données, est celui qui est toujours présent, a une forme particulièrement stable. Cependant, la comparaison avec une base de données plus importante remet en cause les conclusions de Renzi & Vanelli (1983) (cf. Manzini & Savoia 2005). En particulier, les variétés en (4c) contredisent les généralisations en (i-iii) étant donné qu’elles ne présentent pas de clitique différencié de 2ps, mais plutôt des clitiques différenciés pour la 3ps, ou pour la 3ps et la 3pp. Une variation semblable, qui va également à l’encontre de ces prédictions, est décrite par Oliviéri (2009) à partir de données des dialectes de la vallée de la Roya et du nord de l’Occitanie.

7Calabrese (sous presse) analyse les données de Manzini & Savoia (2005) dans le cadre théorique de la Morphologie Distribuée (Halle & Marantz 1994). Il affirme que, dans la grammaire d’une langue, il y a des contraintes qui excluent certaines combinaisons de traits et que les combinaisons interdites sont réparées par les règles du composant morphologique qui effacent les traits incompatibles. La conséquence en est que seuls les exposants pourvus d’un ensemble de traits compatible avec le nœud ainsi manipulé peuvent s’insérer (principe de sous-ensemble). Par exemple, la situation de Fontane en (3b), où le même élément u lexicalise la 3ps, la 1pp et la 2pp, peut être traitée sur la base d’une contrainte qui exclut la combinaison des traits *[+participant, +augmented (=plural)], de sorte que la règle de Impoverishment s’applique en effaçant cette combinaison. Cela implique l’insertion de l’exposant morphologique le moins marqué, de défaut, qui par hypothèse dans cette grammaire est u. Cette approche assigne un rôle crucial à une hiérarchie implicationnelle du type *tu < *ille < *illi < *io < *vo < *no (Calabrese sous presse : 36) dans laquelle la spécification de 2ps est la moins marquée et la présence d’un clitique dans un paradigme implique la présence des clitiques à sa gauche dans la hiérarchie. En particulier, cet ordre, dans lequel la spécification de 2ps est la moins marquée, devrait rendre compte du fait que le clitique de 2ps est le plus systématiquement présent dans les paradigmes clitiques.

8Notre traitement est différent ; nous excluons en principe aussi bien la notion de « défaut » (default), que la manipulation des traits par les règles de la Morphologie. Nous soutenons (cf. Manzini & Savoia 2005, 2010) qu’il n’y a pas d’insertion d’éléments lexicaux sous des nœuds indépendamment spécifiés (Late Insertion) – mais plutôt que les structures syntaxiques sont une projection des propriétés lexicales, bien sûr positivement spécifiées. Ainsi, les phénomènes de syncrétisme dérivent de la capacité d’un élément à lexicaliser des dénotations partiellement différentes – c’est-à-dire que le syncrétisme est conçu comme une ambiguïté à l’interface interprétative. Dans ce cadre théorique, la distribution de u à Fontane provient du fait que cette entrée lexicale correspond à un pur morphème de classe nominale (traditionnellement « masculin »). Donc, il est compatible avec la dénotation de 1pp et 2pp, étant donné que ces personnes se réfèrent au « locuteur et d’autres » et à l’« auditeur et d’autres » – c’est-à-dire qu’elles n’ont pas une dénotation propre ancrée dans le discours.

9En ce qui concerne les formes à dénotation spécialisée P, si une seule de ces formes est lexicalisée, elle correspond à la 2ps, cf. encore (3b). Nous pouvons penser que cette propriété de la 2ps soit liée à l’interface entre le système des catégories grammaticales et le système de référence du discours. Le fait est que entre le locuteur (1ps) et l’auditeur (2ps), ce dernier est lexicalisé par une forme spécialisée. Nous proposons que la dénotation de locuteur soit immédiatement établie par rapport à la situation de communication, le discours. Cela explique pourquoi les propriétés de sujet de la phrase se référant au locuteur sont lexicalisées par un morphème non spécialisé, de type vocalique, généralement syncrétique avec d’autres personnes, comme i de Fontane en (3b), qui est utilisé pour la 1ps, la 3psf et la 3pp. La même propriété peut aussi rester non lexicalisée, comme dans beaucoup des variétés en (3)-(4). En revanche, la dénotation de l’auditeur est généralement lexicalisée. De manière intuitive donc la lexicalisation de la 2ps dépend de sa proéminence moindre plutôt que plus accentuée. Ce traitement est confirmé par le fait que dans les contextes d’inversion interrogative (cf. § 4), la 2ps (l’auditeur) peut ne pas être lexicalisée par un clitique (spécialisé) : au contraire, la 1ps demande la réalisation de la forme spécialisée pour la dénotation P. Notre idée est que dans le contexte modal interrogatif, la référence à l’auditeur est fournie directement par le contexte du discours, tandis que la référence au locuteur doit être lexicalisée.

2. La structure de la phrase et du mot

10Dans l’approche de Manzini & Savoia (2005, 2007, 2008), le même ensemble de catégories est à la base des structures syntaxiques de la phrase comme du syntagme nominal. Au niveau syntaxique, les éléments prédicatifs comme les verbes et les noms projettent plusieurs positions argumentales telles que D(éfinitude), Q(uantifieur), P(ersonne), Loc(atif), N(om, c’est-à-dire classe nominale) et qui donnent lieu à des structures du type (5). En (5), I (flexion) correspond à la position fondamentale de la phrase et du syntagme nominal, où la base lexicale du verbe (ou du nom) s’associe à ses spécifications fonctionnelles. Ces spécifications lui permettent de se combiner avec le sujet de la phrase dans le cas du verbe, et avec la clôture référentielle (article, démonstratif, ou quantificateur) dans un syntagme nominal. La séquence de positions D, Q, P, N correspond au domaine de la position I, et elle est lexicalisée dans la phrase par exemple par les clitiques, et dans le syntagme nominal par les déterminants, les quantifieurs et les autres spécifieurs du nom.

11(5) [D [Q [P [Loc [N [I

12Dans cette séquence, la catégorie P est réservée aux 1/2 personnes (singulier et pluriel) traditionnelles. La catégorie Loc est introduite par les clitiques locatifs. La catégorie Q correspond à la lexicalisation de propriétés de quantification, comme le clitique si de l’italien, analysable comme une variable dont la dénotation peut être fixée soit par un opérateur générique (si impersonnel) soit par un antécédent (si réfléchi). Les objets de 3p (et le partitif que nous assimilons ici aux accusatifs) apparaissent également dans une position qui leur est réservée, N, associée à l’argument interne (du nom ou du verbe). Finalement, nous pouvons faire l’hypothèse que la catégorie fonctionnelle D dominant immédiatement la flexion verbale I est réalisée morphologiquement par le clitique sujet, comme cela est illustré en (6) dessous. Cette catégorie D correspond à un trait catégoriel D, qui est le trait responsable de la lexicalisation du sujet en position préverbale, le trait EPP de Chomsky (2000, 2001).

13Au niveau morphologique, la structure interne des noms et des verbes peut être associée à une hiérarchie du même type, dans laquelle la base lexicale, qui exprime le contenu prédicatif, se combine avec la flexion, qui fixe la dénotation de son argument. La flexion du verbe peut être analysée comme une position D réalisée par un élément morphologique interne du verbe, qui se combine avec la base verbale, insérée sous , et lexicalise l’argument EPP de la phrase (Manzini & Savoia 2004, 2005). La flexion nominale correspond à la lexicalisation de l’argument interne du nom, N, comme illustré en (6).

14Ainsi, dans ce modèle, les flexions verbales ou nominales, qui spécifient les propriétés référentielles fondamentales, représentent de vrais arguments. Dans cette perspective, l’accord entre les flexions et les autres éléments dénotationnels se réduit à la condition que les propriétés qu’ils introduisent soient référentiellement compatibles.

15Nous adoptons en effet l’idée usuelle selon laquelle la périphérie gauche de I est articulée en plusieurs domaines associés à des propriétés modales et illocutives (Rizzi 1997) qui, par exemple, accueillent le verbe dans les interrogatives, où le verbe inverse sa position avec le sujet ou dans d’autres structures modales. Dans cette perspective, nous pouvons assumer que chaque domaine verbal, y compris les domaines de type C au-dessus de I, reproduit la séquence de positions argumentales spécifiées en (6), comme en (7).

16(7) [D … [C [D … [I [D … [ V

17De la sorte, le sujet lexical préverbal pourra donc recourir dans une position D dans le domaine C immédiatement à gauche du domaine I, plus haute que la position D qui contient le clitique sujet.

18Il faut aussi remarquer que même si les structures en (5) et (7) sont introduites ici pour justifier l’analyse de variétés romanes, nous supposons qu’elles identifient des universaux linguistiques. En particulier, nous suivons Chomsky (1995) dans la conjecture que D représente la catégorie projetée de l’argument EPP en GU.

3. Morphologie du clitique explétif

19Le terme d’explétif est généralement réservé en grammaire générative aux éléments pronominaux, en particulier au sujet, auquel on n’associe pas une référence individuelle ; cela vaut dans le cas des verbes traditionnellement appelés « impersonnels » comme les verbes météorologiques, ou bien lorsque l’explétif occupe la position de sujet préverbal avec la présence d’un sujet lexical postverbal (3p). Dans beaucoup de ces dialectes, dans cette construction le verbe ne s’accorde pas en nombre avec le nom post-posé et apparaît à la 3ps.

20Comme cela est illustré dans les exemples relatifs aux verbes météorologiques dans les paradigmes en (3) et (4) dans les variétés à clitique sujet, le clitique explétif peut être lexicalisé ou non, et s’il est lexicalisé il peut correspondre à des formes différentes. Par exemple, dans les dialectes italiens septentrionaux, on trouve fréquemment une forme explétive a qui peut coïncider avec le clitique sujet non différencié de 1ps et 1/2 pp, comme en (8a) ; nous avons proposé qu’il s’agit là d’un indicateur de classe nominale. Dans d’autres variétés, l’explétif est identique au clitique sujet spécialisé de 3ps du masculin, comme à Fontane en (9a), cf. (3b). Cette possibilité confirme l’idée que l’élément explétif et le clitique sujet argumental ne peuvent être différenciés en termes de propriétés lexicales ; en d’autres termes, il n’existe pas une propriété lexicale [+explétif]. Les exemples en (8)-(9) illustrent aussi le contraste entre la séquence sujet lexical - clitique sujet - verbe en (a) et la séquence clitique sujet de 3ps - verbe de 3ps - sujet lexical pluriel en (b), en mettant ainsi en évidence les différences d’accord entre les deux constructions.

21L’explétif peut aussi avoir la même forme que le clitique de 3ps féminin. Ce système caractérise quelques variétés toscanes ainsi que francoprovençales et occitanes, comme le montrent les données de Mezzenile en (10), cf. (3b).

22Dans les dialectes occitans en (11), y compris la variété de Guardia Piemontese, le clitique explétif a une forme spécialisée, c’est-à-dire la, différente aussi bien de celle du masculin que de celle du féminin de 3ps. Cette forme la coïncide par ailleurs avec l’article féminin singulier et avec le clitique objet de 3psf.

23Dans d’autres systèmes, la morphologie de l’explétif ne coïncide avec celle d’aucun clitique sujet, comme dans le cas de quelques variétés francoprovençales, illustrées en (12).

24La littérature descriptive a abordé la morphologie et la distribution des clitiques de 3p et explétifs dans les dialectes occitans et francoprovençaux du point de vue de la distribution géographique et typologique des formes différentes (cf. Dalbera 1991, Kaiser & Hinzelin sous presse) ou dans une perspective étymologique (Ronjat 1930, 1937, Bouvier 1971, Martin 1974). En particulier, Ronjat (1937) fait l’hypothèse que l’explétif la de l’aire francoprovençale soit lié à un élément adverbial *illac. Dans la perspective internaliste que nous suivons ici, la est clairement analysable, à l’intérieur du système, de la même façon que l’article défini et le clitique objet, comme la combinaison de la base lexicale définie l- avec la morphologie de classe nominale -a. Ainsi l’explétif rentre tout simplement dans le type exemplifié indépendamment par des variétés comme Mezzenile en (10) où il y a syncrétisme entre le clitique de 3psf et l’explétif.

25En ce qui concerne l’accord partiel exemplifié en (8)-(12), il peut alors s’expliquer comme un type de syntaxe spécialisée pour une interprétation de focus, que Chomsky (1977 : 203-4), (1981 : 196) ramène à une structure à opérateur - variable de type existentiel. Si nous appliquons cette analyse aux phrases comme a vinat li meina en (12), l’accord partiel de l’explétif et du verbe avec le sujet post-verbal pluriel peut être expliqué. Nous pouvons affirmer en effet que la structure logique de la phrase est « il y a un tel x qui vient (x) et x=les enfants » où la flexion de la 3ps du verbe et le clitique sujet de 3ps introduisent une variable, dont la référence individuelle est fixé par le syntagme nominal pluriel. Donc les formes comme la en (11) ou celles qui coïncident avec la 3ps etc. seront des lexicalisations spécialisées de cette variable.

4. L’inversion interrogative

26Dans les interrogatives, l’inversion entre le verbe fléchi et le clitique sujet se manifeste dans les variétés occitanes et francoprovençales ainsi que dans une grande partie des variétés de l’Italie du Nord. L’ordre verbe - clitique sujet suggère que le verbe dans ces contextes est placé dans un domaine haut, C, associé à des spécifications de modalité. L’inversion donne lieu à au moins deux types, tous deux bien représentés dans les variétés du Nord : verbe - clitique sujet, et clitique sujet - verbe - clitique sujet, avec une sorte de redoublement. Les variétés occitanes et francoprovençales qui connaissent cette inversion, appartiennent généralement à ce deuxième type, malgré quelques différences dans la distribution des clitiques, comme on le voit en (13). En particulier, le clitique sujet préverbal peutmanquer à la 1ps et à Stroppo / Macra, le redoublement est limité à la 3p.

27Dans les interrogatives avec inversion de Prali et Pomaretto présentées en (14), le clitique sujet placé après le verbe peut prendre une forme non différenciée -lO, qui n’apparaît pas en position préverbale.

28Ces données (14) montrent que ce formant est admis à la 1p et à la 3p. L’existence de ces formations interrogatives a été observée pour Prali par Morosi (1890 : 360) ; Ronjat (1937 : 622) note l’existence d’un élément interrogatif lo correspondant au clitique neutre dans les variétés vaudoises.

29La comparaison entre les paradigmes interrogatifs et les paradigmes non interrogatifs (en (3)-(5)) met en lumière quelques asymétries entre le système des clitiques préverbaux et celui des clitiques postverbaux. En premier lieu, certains clitiques sont insérés en position postverbale dans les interrogatives tandis qu’ils n’apparaissent pas en position préverbale, comme le clitique de 2ps dans la variété de Stroppo, en (15) :

30Une autre possibilité est celle de l’insertion d’une flexion verbale spécialisée pour le contexte interrogatif, comme en (16) :

31Une illustration claire de la différence entre les paradigmes déclaratif et interrogatif est fournie par le dialecte francoprovençal de Sarre. Dans le paradigme assertif en (4d), il n’y a aucun clitique préverbal sauf celui de 2ps, t2;au contraire en enclise on observe une lexicalisation -no à la 1pp, -vo à la 2pp et -i à la 3p aussi bien au singulier qu’au pluriel, comme on le voit en (17). En outre, Sarre présente une flexion du verbe plus riche dans les interrogatives que dans les déclaratives, qui prévoit en particulier les formants -t et -nt à la 3p.

32De nouveau, il faut souligner que ces mécanismes morphosyntaxiques sont très répandus dans les variétés du Nord. Cela vaut pour l’insertion de clitiques spécialisés dans les contextes inversés, comme en (18a) à Castellazzo, ou de flexions spécialisées comme en (18b) à Chioggia, et pour l’insertion de formes généralisées de clitiques postverbaux comme à Castellinaldo (18c) (cf. aussi les données de Stroppo / Macra en (13)) :

33Le contraste entre la modalité interrogative et la modalité assertive peut être conçu en termes de différence de quantification. Les formes assertives réfèrent à une situation définie (state of affairs), tandis que les formes modales (en particulier interrogatives) induisent une quantification sur les mondes possibles. La morphologie interrogative spécialisée peut être vue comme la lexicalisation des propriétés modales de l’interrogation. En termes syntaxiques, on peut ramener l’insertion des flexions et des clitiques sujets spécialisés en (15)-(18) à la position du verbe dans le domaine haut de la phrase, c’est-à-dire C, comme en (19), où il a portée sur ces éléments.

5. Interactions entre le clitique sujet et le clitique objet

34Plusieurs dialectes italiens septentrionaux montrent une alternance entre un clitique vocalique devant l’initiale consonantique du verbe ou devant le verbe lexical, et un clitique l devant l’initiale vocalique du verbe auxiliaire. Dans certains parlers, l’absence du formant l devant le verbe lexical à initiale vocalique est la preuve que ce phénomène dépend du contexte syntaxique induit par l’auxiliaire. De plus, dans certains contextes, le clitique sujet l peut être exclu par certains clitiques objets. Cette distribution caractérise de nombreuses variétés occitanes et francoprovençales.

35Ainsi, à Fontane en (3b), l’élément l apparaît dans les trois formes du paradigme de l’auxiliaire qui présentent le clitique sujet u, c’est-à-dire la 3ps du masculin et la 1/2pp. Ce formant ne se combine pas avec le clitique sujet à dénotation de personne comme t. Le paradigme en (20a) montre que l n’apparaît pas devant le verbe lexical même avec initiale vocalique. En outre l est en distribution complémentaire avec les clitiques objets comme en (20b).

36Le parler de Cantoira illustre un autre phénomène d’exclusion réciproque entre le clitique sujet et le clitique objet présenté en (21), qui est bien attesté dans les variétés francoprovençales, comme le montre Roberts (1993) pour les dialectes de la Vallée d’Aoste. A Cantoira le clitique de 1p, dans la forme dZ@, est inséré avec l’auxiliaire, mais il est exclu avec le verbe lexical, comme le montrent les paradigmes (3b). Dans les interrogatives avec inversion du clitique sujet, on observe que ce dernier est systématiquement lexicalisé en position postverbale, où apparaît la variante dZu, comme en (13). Dans les chaînes de clitiques, dZ- ne se combine pas avec les formes l- comme on le voit en (21a, b). En revanche, il se combine avec les clitiques objets à dénotation de 1p ou 2p, et avec les clitiques consistant uniquement d’un élément morphologique de classe nominale (et de nombre) comme la 3ppf @z, cas de figure exemplifié en (21a’, b’). Nous remarquons, en (21a-a’) et (21b-b’), que ces contraintes sont identiques qu’il s’agisse d’un verbe lexical ou de l’auxiliaire.

37Les données en (20)-(21) introduisent deux questions différentes. La première concerne la lexicalisation de certains clitiques sujets seulement devant l’auxiliaire (comme l à Fontane ou dZ dans les dialectes du type de celui de Cantoira). Manzini & Savoia (2005) proposent que ces phénomènes dépendent du fait que l’auxiliaire peut avoir une position différente de celle du verbe lexical dans la structure de phrase, et en particulier une position plus haute, c’est-à-dire modale. Considérons donc Cantoira. Le verbe lexical dans la position I de la phrase détermine des conditions de sujet nul à la 1p, qui est lexicalisée simplement par la flexion du verbe. Au contraire, le verbe auxiliaire en C demande la lexicalisation de la position D clitique par la morphologie spécialisée dZ, comme en (22a).

38Il en va de même pour l’interrogation, où le verbe en C (cf. (22b)) demande la lexicalisation du clitique sujet dZ dans sa portée (en enclise). Ainsi, dans les deux cas, dZu lexicalise les propriétés référentielles interprétées dans la portée d’un opérateur modal, c’est-à-dire le verbe en C ou un opérateur abstrait dans les contextes auxiliaires.

39Nous pouvons étendre la même analyse à (u)l de Fontane, où en présence du verbe lexical il est suffisant de lexicaliser la position D clitique par la morphologie de classe nominale u. Par contre, cela ne suffit pas pour l’auxiliaire qui, en tant que forme modale, demande la lexicalisation de la morphologie définie l.

40Considérons enfin l’interaction avec les clitiques accusatifs. A Fontane, tous les clitiques objets excluent le formant sujet l. Manzini & Savoia (2005) expliquent l’exclusion mutuelle entre clitiques sujet et objet par le fait que le clitique objet prend portée sur la séquence de clitiques et donc suffit à lexicaliser les propriétés D qui seraient autrement associées au clitique sujet. Ce modèle s’applique directement à Fontane.

41A Cantoira, l’interaction du clitique sujet dZ- avec l’objet prend une forme plus complexe. En effet la présence de clitiques objets peut déclencher l’insertion de dZ- avec le verbe lexical. Nous en concluons donc que le phénomène du sujet nul de la 1p avec le verbe lexical est absent s’il y a une lexicalisation indépendante dans la séquence de clitiques. D’autre part, comme nous l’avons vu dans le cas de Fontane, la compatibilité entre clitiques objet et sujet dans la même séquence est gouvernée par des propriétés référentielles des éléments impliqués. Ainsi, il y a exclusion mutuelle entre dZ- et les clitiques accusatifs du type l-, mais il y a compatibilité entre dZ- et les clitiques de personne t/m ainsi que le clitique -«z de féminin pluriel.

6. Conclusions

42La perspective mentaliste (Chomsky 2000a, b) dans laquelle s’inscrit cette recherche suppose que la variation linguistique est le résultat de l’interaction d’un système grammatical universel et inné avec les propriétés des éléments lexicaux, apprises individuellement par chaque locuteur pour chaque langue. La comparaison linguistique met en lumière le fait, connu mais également intéressant, que les langues varient, c’est-à-dire qu’elles se différencient, même en reproduisant un ensemble constant de propriétés fondamentales (Hauser, Chomsky & Fitch 2002). Si toutes les langues reflètent le même ensemble de principes à partir d’une même base cognitive, nous pouvons ramener la variation linguistique aux différences des lexiques. Chomsky (2000a : 79) observe que

It may be that the computational system itself is (virtually) invariant, fixed by innate biological endowment, variation among languages and language types being limited to certain options in the lexicon ; quite restricted options…

43Cette conclusion suggère une réflexion sur les typologies traditionnelles, fondées sur des considérations géographiques et historiques. L’établissement arbitraire de frontières linguistiques sur des critères non linguistiques et les classifications qui en découlent satisferont des attentes et des attitudes socioculturelles et identitaires mais ne seront jamais le reflet d’une différence irréductible entre les variétés linguistiques. Cela est particulièrement manifeste quand les propriétés qui devraient rapprocher ou distinguer les différents dialectes considérés ont une distribution qui ne coïncide pas avec celle des regroupements prévus, comme nous l’avons illustré ici.

Haut de page

Bibliographie

Benincà P. & Vanelli L. (1984). « Aspetti sintattici del portogruarese tra veneto e friulano », in R. Sandron (éd.), L’area portogruarese tra veneto e friulano, Comune di Portogruaro, 39-52.

Bouvier J.-C. (1971). « Le pronom personnel sujet et la frontière linguistique entre provençal et francoprovençal », Revue de Linguistique romane 35 : 1-16.

Bracco C., Brandi L. & Cordin P. (1985). « Sulla posizione soggetto in italiano e in alcuni dialetti dell’Italia centro-settentrionale », in A. Franchi De Bellis, L.M. Savoia (éd.), Sintassi e morfologia della lingua d’uso. Teorie e applicazioni descrittive. Roma : Bulzoni, 185-209.

Calabrese A. (sous presse). Investigations on markedness, syncretism and zero exponence in morphology, on line

Chomsky N. (1977). Essays on Form and Interpretation. Amsterdam : North Holland.

Chomsky N. (1981). Lectures on Government and Binding. Dordrecht : Foris.

Chomsky N. (1995I). The Minimalist Program. Cambridge Mass : The MIT Press.

Chomsky N. (2000a). New Horizons in the Study of Language and Mind. Cambridge : Cambridge University Press.

Chomsky N. (2000b). « Minimalist inquiries : The framework », in R. Martin, D. Michaels, J. Uriagereka(éd.), Step by Step, Cambridge, Mass : The MIT Press.

Chomsky N. (2001). « Derivation by phase », in M. Kenstowicz (éd.), Ken Hale : A life in language. Cambridge, Mass : The MIT Press, 1-52.

Dalbera J.-Ph. (1991), « Les pronoms personnels atones dans les parlers des Alpes-Maritimes. Champ et mécanismes de variation », in D. Kremer (éd.), Actes du XVIIIe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes. Tübingen : Niemeyer, 599-613.

Halle M. & Marantz A. (1994). « Some Key Features of Distributed Morphology », in A. Carnie, H. Harley, T. Bures (éds), Papers on Phonology and Morphology. MIT Working Papers in Linguistics 21 : 275-288.

Hauser M. D., Chomsky N. & Fitch W. T. (2002). « The faculty of language : what is it, who has it and how did it evolve ? », Science 298 : 1569-1579.

Kaiser G. & M.-O. Hinzelin (sous presse). « Les paramètres du sujet nul dans les variétés dialectales de l’occitan et du francoprovençal », in T. Scheer (éd.), GalRom07. Paris : Presse Universitaire de Vincennes.

Manzini M. R. & Savoia L. M. (2005). I dialetti italiani e romanci. Morfosintassi generativa. Alessandria : Edizioni dell’Orso.

Manzini M. R. & Savoia L. M. (2007). A unification of morphology and syntax. Studies in Romance and Albanian dialects. London : Routledge.

Manzini M. R. & Savoia L. M. (2010). « Syncretism and suppletivism in clitic systems : underspecification, silent clitics or neither ? », in R. D’Alessandro, A. Ledgeway, I. Roberts (éds), Syntactic variation. The dialects of Italy. Cambridge : Cambridge University Press, 86-101.

Martin J.-B. (1974). « Le pronom personnel de la 3e personne en francoprovençal central (formes et structures) », Travaux de Linguistique et Littérature, Université de Strasbourg, XII, 1 : 85-116.

Morosi G. (1890). « L’odierno linguaggio valdese del Piemonte », Archivio Glottologico Italiano 11 : 309-415.

Oliviéri M. (2009). « Syntactic Parameters and Reconstruction », in G.A. Kaiser & E.-M. Remberger (éd.), Null-subjects, Expletives and Locatives in Romance. Konstanz : Konstanz Working Papers of the Department of Linguistics, 27-46, http://ling.uni-konstanz.de/pages/publ/PDF/ap123.pdf.

Poletto C. (1993). La sintassi del soggetto nei dialetti italiani settentrionali. Padova  : Unipress.

Poletto C. (2000). The Higher Functional Field. Oxford : Oxford University Press.

Renzi L. & Vanelli L. (1983). « I pronomi soggetto in alcune varietà romanze », in P. Benincà, M. Cortelazzo, A.L. Prosdocimi, L. Vanelli, A. Zamboni (éd.), Scritti linguistici in onore di G.B. Pellegrini. Pisa : Pacini, 120-145.

Rizzi L. (1986). « On the Status of Subject Clitics in Romance », in O. Jaeggli, C. Silva-Corvalan (éd.), Studies in Romance Linguistics. Dordrecht : Foris, 391-419.

Rizzi L. (1997). « The fine structure of the left periphery », in L. Haegeman (éd.), Elements of grammar. Dordrecht : Kluwer, 281-337

Roberts I. (1993). « The nature of Subject Clitics in Francoprovençal Valdotain », in A. Belletti (éd.), Syntactic Theory and the Dialects of Italy. Torino : Rosenberg et Sellier, 319-353.

Ronjat J. (1930). Grammaire historique des Parlers Provençaux Modernes. t. I. Montpellier : Société des Langues Romanes.

Ronjat J. (1937). Grammaire historique des Parlers Provençaux Modernes. t. III, Montpellier : Société des Langues Romanes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-1.png
Fichier image/png, 5,6k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-2.png
Fichier image/png, 3,3k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-3.png
Fichier image/png, 9,0k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-4.png
Fichier image/png, 15k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-5.png
Fichier image/png, 13k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-6.png
Fichier image/png, 17k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-7.png
Fichier image/png, 13k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-8.png
Fichier image/png, 17k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-9.png
Fichier image/png, 26k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-10.png
Fichier image/png, 9,2k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-11.png
Fichier image/png, 5,4k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-14.png
Fichier image/png, 17k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-15.png
Fichier image/png, 11k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-16.png
Fichier image/png, 27k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-17.png
Fichier image/png, 13k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-18.png
Fichier image/png, 3,5k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-19.png
Fichier image/png, 7,2k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-20.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-21.png
Fichier image/png, 4,5k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-22.png
Fichier image/png, 11k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-23.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-24.png
Fichier image/png, 11k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-25.png
Fichier image/png, 18k
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1904/img-26.png
Fichier image/png, 7,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leonardo M. Savoia et M. Rita Manzini, « Les clitiques sujets dans les variétés occitanes et francoprovençales italiennes », Corpus, 9 | 2010, 165-190.

Référence électronique

Leonardo M. Savoia et M. Rita Manzini, « Les clitiques sujets dans les variétés occitanes et francoprovençales italiennes », Corpus [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 03 juillet 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://corpus.revues.org/1904

Haut de page

Auteurs

Leonardo M. Savoia

M. Rita Manzini

Università di Firenze

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org