Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pascal Marchand — Le grand oral. Le discours de politique générale de la Ve République

Julien Bonneau
Référence(s) :

Pascal Marchand, Le grand oral. Le discours de politique générale de la Ve République. Bruxelles : Editions De Boeck Université, 2007, 222 pages

Texte intégral

  • 1  Marchand P. & Monnoyer, L. (1998). Les discours politiques d’investiture : une approche statistiqu (...)
  • 2  Mayaffre D. (2004). Paroles de Président. Paris : Honoré Champion.
  • 3  Labbé D. & Monière D. (2003). Le discours gouvernemental. Canada, Québec, France (1945-2000). Pari (...)
  • 4  Ainsi que, dans une moindre mesure, la déclaration de François Fillon, 3 juillet 2007.

1Prolongeant ses propres expertises1, ainsi que les travaux de D. Mayaffre2 et D. Labbé & D. Monière3, sur le discours politique de la Ve République, Le grand oral de P. Marchand, ambitionne de dégager, au moyen de méthodes issues des statistiques textuelles (et de l’analyse de contenu) – et sur un corpus exhaustif de déclarations de politique générale des Premiers ministres de la Ve République devant le parlement français (allant de Michel Debré le 8 janvier 1959 à Dominique de Villepin le 16 mai 20064, soit 35 discours) –, « l’histoire de la représentation que ces Premiers ministres se font de leur auditoire, donc des Français » (page 8).

2Les chapitres 1 à 7 constituent une présentation diachronique des déclarations de politique générale. Par le menu et dans l’ordre chronologique, chacune d’elles est ainsi disséquée par le biais d’outils lexicométriques mettant en valeur ses caractéristiques spécifiques pour, in fine, permettre la mise en contraste de l’ensemble des déclarations du corpus (chapitre 8).

3Illustrons par l’exemple avec les discours de P. Mauroy, le 6 avril 1983 (p. 57) et d’A. Juppé, le 15 novembre 1995 (p. 128). Caractérisé par des indices de spécificité élevés pour les dates et les chiffres, le discours de P. Mauroy est l’un des moins « banals » du corpus. C’est aussi le cas de celui d’A. Juppé où des formes très fréquentes dans l’ensemble du corpus sont absentes (la France, l’Europe, etc.), les termes les plus spécifiques étant milliards de francs, sécurité sociale, dette, etc. Comme l’auteur souligne aussi la sur-utilisation des dates, des chiffres et des pourcentages dans ce discours, il peut mettre en perspective des analogies entre la déclaration de P. Mauroy et celle d’A. Juppé. Dans la même logique comparative, il rapproche aussi la déclaration d’A. Juppé avec celle de R. Barre le 5 octobre 1976 (p. 38), cette fois autour du terme clef responsabilité. En observant le corpus de manière macroscopique, il met ici en valeur une trame intertextuelle dont il tente d’expliciter les raisons situationnelles ; c’est là l’un des principaux enjeux de cet ouvrage : expliquer pourquoi apparaissent, au niveau textuel, de tels rapprochements.

4En conclusion de ses analyses, l’auteur expose deux principaux résultats. Il montre, en premier lieu, une tendance à « un appauvrissement du discours gouvernemental depuis une vingtaine d’années » (p. 178). Il démontre ensuite, qu’au-delà des évolutions chronologico-sociales ou individuelles, l’« opinion publique » (repérée notamment aux travers des sondages d’opinion, des mouvements sociaux et de la légitimité électorale) influe profondément sur la structure textuelle des déclarations de politique générale : les discours prennent alors, tour à tour, une forme directive ou explicative, définitoire ou interactive, et les locuteurs adoptent des attitudes fondamentalement différentes vis-à-vis du langage, que P. Marchand décrit par deux opérations distinctes : « les opérations de choix (rapport paradigmatique) et de combinaison (rapport syntagmatique) » (page 182).

  • 5  Les unités statistiquement significatives étant reportées en gras dans les extraits.

5L’ouvrage prend principalement la forme d’extraits du corpus, choisis sur des arguments lexico-statistiques dûment explicités dans la première partie du livre et dont les traces restent visibles de manière hypertextuelle5. En complément, des éléments de contextualisation – explications institutionnelles, historiques et biographiques – et des commentaires de l’auteur encadrent ces extraits. Ainsi, plutôt que d’imposer un discours trop professoral ou dogmatique, P. Marchand éclaire des parcours de lecture, que le lecteur, autonome, confronte aux extraits proposés – l’auteur laissant à celui-ci le soin d’interpréter pleinement le contenant et la valeur des extraits observés.

6Enfin, ce qui rend l’ouvrage de P. Marchand remarquable, c’est la coprésence de deux volontés, sinon opposées, du moins paradoxales, d’un axe éditorial grand public, proche de la vulgarisation scientifique, et d’un axe analytique rigoureux, réaffirmant la réalité contrastive de l’analyse assistée par ordinateur6 et privilégiant l’ancrage des analyses réalisées dans un corpus, avec une réelle possibilité de retour aux données, permettant la traçabilité du raisonnement et de la démonstration. Ainsi, Le grand oral propose une double lecture, l’une simplement linéaire et principalement chronologique, qui s’arrête aux pages du livre, l’autre plus spécifique, au travers d’un site web7 « dans lequel les analyses sont exposées et les résultats figurés de façon graphique et accessible aux non spécialistes » (page 9). Gageons que cette double lecture, sur support papier pour l’appareil critique et pour les conclusions, et sur support électronique pour les données brutes et l’outillage statistique et informatique fera école en terme d’édition en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Notes

1  Marchand P. & Monnoyer, L. (1998). Les discours politiques d’investiture : une approche statistique. Nice : Actes des Quatrièmes Journées d’Analyse des Données Textuelles, 19-21 février, pp. 431-441.

Marchand P. & Monnoyer, L. (2000). « Les discours de « politique générale » français : la fin des clivages politiques ? », Mots 62 : 13-30.

2  Mayaffre D. (2004). Paroles de Président. Paris : Honoré Champion.

3  Labbé D. & Monière D. (2003). Le discours gouvernemental. Canada, Québec, France (1945-2000). Paris : Honoré Champion.

4  Ainsi que, dans une moindre mesure, la déclaration de François Fillon, 3 juillet 2007.

5  Les unités statistiquement significatives étant reportées en gras dans les extraits.

6  De nombreux corpus complémentaires sont ponctuellement utilisés pour éclairer et contextualiser par des analyses contrastrives telle ou telle déclaration : corpus journalistique sur une période donnée, discours présidentiel, etc.

7  http://pascal-marchand.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bonneau, « Pascal Marchand — Le grand oral. Le discours de politique générale de la Ve République », Corpus [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://corpus.revues.org/1641

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org