Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédérique Fleck — Interrogation, coordination et subordination, le latin quin

Chantal Kircher
Référence(s) :

Frédérique Fleck, Interrogation, coordination et subordination, le latin quin. Paris : PUPS, 2008, 494 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage a été réalisé à partir de la thèse soutenue par l’auteur le premier décembre 2006 à Paris IV. Le titre met bien en évidence les multiples systèmes de la langue dans lequel intervient le terme étudié, que l’on a pu caractériser de « Protée syntaxique ».

2Dès l’introduction, le problème est bien posé et la démarche bien explicitée avec l’annonce d’un plan justifié par la place donnée à la perspective historique – ce qui ne surprend pas chez un jeune chercheur qui s’est intéressé à plusieurs langues indo-européennes anciennes –, perspective historique qui se rapproche de l’approche cognitive quand il s’agit d’élaborer un modèle de la genèse des divers emplois de quin qui permettent de se demander a priori si l’on a affaire à des homonymes ou à une polysémie à établir.

3Pour ce faire, F.F. a analysé avec beaucoup de précisions un corpus de 3000 occurrences (dont 900 sont commentées dans le texte) qui regroupe la plupart des attestations de quin chez les écrivains latins du IIIe siècle avant Jésus-Christ au IVe siècle de notre ère. Le classement de ces emplois est illustré par le plan en sept chapitres regroupés en deux parties, la première étant consacrée aux emplois de quin non subordonnant et la seconde aux emplois subordonnants. La première partie comporte un chapitre sur « Quin en fonction d’adverbe interrogatif », fonction qui est considérée comme première. Dans ce chapitre F.F. a recours à l’approche pragmatique et à la théorie des actes de langage pour montrer comment quin s’est spécialisé dans les questions rhétoriques à orientation négative : « pourquoi ne pas » conduisant à « il n’y a pas de raison pour que ne...pas ». A la faveur d’une dérivation illocutoire, de l’acte illocutoire littéral interrogatif (qui correspond à la structure formelle de l’énoncé) est ainsi dérivé un acte illocutoire assertif qui correspond à la réponse suggérée. Dans la majorité des cas, il y a une seconde dérivation illocutoire aboutissant à un acte illocutoire jussif : ordre, proposition, suggestion – selon le statut respectif de l’énonciateur et de son ou ses interlocuteur(s) –, plus rarement le regret, le reproche ou le souhait d’accomplir p. Temps, modes et personnes verbales s’accordent avec ces différents effets de sens. Le chapitre s’achève par l’examen de la place de quin dans la syntaxe des interrogations causales négatives (par rapport à quidni, quippini, cur non, quare non, quomodo non, quamobrem non et même unde non). Dans les autres chapitres, quin sera également situé dans le système syntaxique concerné.

4Le second chapitre est consacré à « Quin en fonction de particule énonciative », valeur qu’il prend associé à l’impératif ou au subjonctif d’ordre et de souhait : « eh bien ! ». Il indique alors l’état d’esprit du locuteur (irritation, impatience, etc.).

5Le dernier chapitre de cette première partie est réservé à « Quin en fonction de coordonnant », F.F. montrant fort bien comment ces emplois se rattachent aux précédents. Comme coordonnant extraphrastique, quin marque un renchérissement, « bien plus », et s’intègre aux coordonnants additifs parfois proches des coordonnants adversatifs. A partir du premier siècle avant Jésus-Christ, il fonctionnera aussi, mais rarement, comme coordonnant intraphrastique copulatif : « et même », « et encore ».

6Le chapitre IV, qui ouvre la deuxième partie, fournit un « Classement des emplois de quin subordonnant ». Tout en suivant la nomenclature traditionnelle, F.F. replace chaque type de subordonnées dans la perspective de l’analyse en constituants immédiats telle qu’elle a été développée par C. Touratier. Sont successivement étudiées les conjonctives complétives dépendant notamment de verbes appartenant aux champs sémantiques de l’incertitude et de l’opposition, les conjonctives circonstancielles consécutives mais aussi causales et même comparatives, et les relatives phrasoïdes du type nemo est quin, sortes de relatives à subordonnant invariable. Le chapitre V est consacré aux « Verbes dont dépendent les subordonnées introduites par quin ». Le chapitre VI s’intéresse à un problème fondamental dans la définition des caractéristiques de quin, « Les subordonnées introduites par quin et le problème de la négation ». Le chapitre VII examine la « Place des subordonnées introduites par quin dans le système de la subordination ». Dans la conclusion de cette seconde partie, F.F. résume l’histoire du lexème quin en montrant comment l’interrogatif quin est à l’origine de tous les emplois comme subordonnant : deux propositions indépendantes avec un verbe indiquant l’opposition ou l’incertitude dans la première et quin au début de la seconde ont été réinterprétées comme une phrase complexe et l’ancien interrogatif a été compris comme un subordonnant. De ces emplois complétifs auprès de verbes indiquant l’opposition ou l’incertitude sont issues, ensuite, les autres fonctions du subordonnant.

7Dans la conclusion générale, F.F. résume d’abord les résultats de l’étude relatifs aux divers emplois de quin, à leur origine, à leur évolution au cours de la latinité et à leur place dans les sous-systèmes de la langue. Dès les textes du premier siècle a.C. on constate une désaffection sensible à l’égard de ce lexème dont la formation était devenue opaque pour les locuteurs et dont les emplois complexes étaient limités du fait de sa spécialisation auprès de propositions régissantes négatives, avec, le plus souvent, une négation syntaxique formelle mais parfois des négations de sens. Au troisième siècle p.C., seules les consécutives introduites par quin restent d’emploi courant. On dégage cependant des préférences d’auteurs pour chaque type d’emploi de quin à toutes les périodes de la littérature latine. F.F. dégage ensuite les apports de ce livre à « la linguistique considérée de manière générale » notamment en ce qui concerne les processus évolutifs responsables du changement linguistique (avec quin est illustrée une évolution cyclique, « en spirale » avec un réencodage au niveau du signifiant visant à assurer une plus grande transparence) et en ce qui concerne le fonctionnement de la négation saisie dans son interaction avec l’interrogation et avec la subordination.

8Le volume se termine par quelques annexes, généralement sous la forme de tableaux, précédées d’un Summary, d’une bibliographie, d’un « index des auteurs latins » (c’est-à-dire un index locorum) et d’un index des notions. On peut toutefois regretter que, dans ce dernier index, des « notions-clés » semblent manquer car elles sont placées là où on ne les trouve que si on sait à quoi les rattacher : ainsi préciser la notion de « dérivation illocutoire » suppose que l’on sache que l’on trouvera des indications sur ce sujet dans les références indiquées sous le titre « acte dérivé » situé sous l’entrée « acte de langage ».

9On est frappé d’emblée par la diversité des domaines impliqués par le sujet traité : syntaxe, sémantique, pragmatique mais aussi, dans une moindre mesure, phonétique et morphologie dans l’établissement des étymologies et l’on frôle même parfois la logique. F.F. n’a négligé aucun de ces aspects et a fait preuve d’une bonne connaissance du savoir fondamental dans ces disciplines et également d’une information solide concernant les développements les plus récents de ces divers domaines dont elle maîtrise fort bien les apports théoriques tout en n’hésitant pas à se démarquer de certaines conclusions de ses prédécesseurs (ainsi par rapport à Hofmann et Szantyr 1965 et F. Hoff p. 95 et n. 132, G. Meiser p. 372 n. 3 ou encore A. Orlandini 2003 p. 338) ou à élargir leurs recherches (ainsi p. 356 et suivantes pour A. Orlandini et C. Moussy) pour tenir compte de la perspective qui devait être celle des sujets parlant latin aux différentes époques de la période choisie. C’est ce qui l’amène à donner une place de premier plan à la sémantique et à nuancer les classements syntaxiques en soulignant la « perméabilité des frontières » (p. 257, § central). Elle a bien su, également, dégager ce qui relève du système linguistique et concerne donc le signifié de quin et les effets de sens contextuels.

10L’ouvrage se lit avec un intérêt comparable à celui que l’on éprouve à la lecture des œuvres qui guident le lecteur dans la solution d’une énigme et lui donnent l’impression d’être intelligent quand il devance les questions ou réponses avancées. Plus sérieusement, F.F. est maître dans l’art de conduire une démonstration vers ce qu’il fallait démontrer même si la conclusion est que l’on ne peut conclure à ce point de l’analyse, comme à la fin du chapitre IV (p. 259). Mais la toile se tisse progressivement et sûrement et c’est ainsi que, par exemple, la comparaison des emplois de quin et de quominus (p. 377-391) met en lumière que la différence la plus remarquable est que quominus ne connaît aucune contrainte syntaxique. Cela étaye l’hypothèse de l’origine interrogative de quin dans certains de ses emplois, origine que ne partage pas quominus. Parmi d’autres démonstrations inscrites dans la démonstration d’ensemble, nous signalerons l’excellente analyse du tour Nemo est quin rapproché des relatives phrasoïdes de certaines langues comme l’hébreu ou le grec moderne aux pages 241-246, 258 et 420. Les analyses pragmatiques du chapitre I sont excellentes aussi et c’est la raison pour laquelle nous leur avons consacré un important développement. De même, le recours aux concepts de réencodage et de réanalyse (pour lesquels F.F. se réfère respectivement à C. Hagège et à C. Lehmann) pour expliquer les emplois de quin dont la formation était devenue opaque avant l’époque historique est particulièrement judicieux et entraîne aisément l’adhésion. Nous pensons que le phénomène de grammaticalisation (évoqué notamment p. 425) est à préciser encore sur le plan théorique. En revanche le modèle génétique qui constitue à proprement parler la thèse et qui est développé dans la conclusion de chaque grande partie et dans la conclusion générale est très convaincant : l’adverbe interro-négatif de cause qui est à l’origine de tous les emplois de quin est issu del’agglutination de l’instrumental singulier du pronom interrogatif *kwi-, *kwih1, et de l’ancienne négation *ne-. L’esprit de synthèse de F.F., qui se manifeste notamment dans les transitions ménagées entre chaque partie et sous-partie (ainsi la transition entre 4.1. et 4.2. p. 118), facilite cette lecture.

11La thèse présentée par F.F. dans cet ouvrage manifeste donc une information et une maturité en matière de linguistique latine et de linguistique générale remarquables chez un jeune chercheur et des qualités de rigueur et de discernement qui laissent bien augurer de son apport à ces sciences. On appréciera également le style de F.F., d’une élégante sobriété, et la qualité de l’expression, tout particulièrement dans l’emploi judicieux du vocabulaire, commun et technique. F.F. a l’art de trouver des formulations simples, compréhensibles par le plus grand nombre, pour nommer des phénomènes complexes pour lesquels elle propose des analyses nouvelles et convaincantes (ainsi coordonnant extraphrastique vs coordonnant intraphrastique sont le plus souvent préférés à connecteur vs coordonnant).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Kircher, « Frédérique Fleck — Interrogation, coordination et subordination, le latin quin », Corpus [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://corpus.revues.org/1638

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org