Navigation – Plan du site

Traiter les abréviations du français médiéval. Théorie de l’écriture et pratiques d’encodage

Nicolas Mazziotta

Résumés

Les abréviations qu’on rencontre dans les textes français médiévaux ont été décrites par les paléographes et les philologues dans la perspective pratique de leur résolution. Elles peuvent par ailleurs être décrites de manière systématique à l’intérieur du système graphique envisagé dans son ensemble. La modélisation qui découle de cette description permet de critiquer les pratiques d’édition traditionnelles et modernes. Il est ainsi possible de sélectionner la solution de transcription la plus appropriée, en combinant et en modifiant légèrement un ensemble de conventions standards formulées par la Text Encoding Initiative (TEI).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Voir Kunstmann, 2000, pour le premier exposé critique sur une partie des ressources disponibles – (...)
  • 2  Segmentation des mots, usage des majuscules, ponctuation, etc. Pour ne citer que les travaux les p (...)

1La constitution de nouveaux corpus électroniques de textes français médiévaux1conduit parfois les éditeurs qui s’intéressent aux phénomènes graphiques2 à « donner à lire » le texte au travers d’une édition imitative du manuscrit. Dans cet article, nous concentrons nos efforts sur les questions soulevées par le traitement informatique des abréviations dans ce type de corpus.

  • 3  Peu d'éditions problématisent la résolution des abréviations ; pour un exemple, voir Monfrin, 1974 (...)

2Pour le linguiste qui se sert d’une édition de texte ancien, la relation entre forme abrégée et forme non abrégée est fondamentale, notamment dans le cadre d’études lexico-graphiques ou scriptologiques ; il est alors essentiel que le lecteur mû par de telles questions puisse faire le départ entre les « données » du texte et les « lettres » suppléées par l’éditeur3. Les recommandations classiques actuelles rencontrent ces préoccupations. Il est ainsi préconisé de marquer les « lettres restituées par de l’italique » (voir par exemple Vielliard & Guyotjeannin, 2001 : 31). D’un point de vue philologique, c’est donc d’abord la manière dont l’éditeur interprète les procédés abréviatifs qui est décrite. Cependant, cette approche fait peu de cas des procédés et de leur fonctionnement, que nous traiterons dans le détail.

3Notre exposé sera divisé en trois parties. Dans un premier temps, nous présenterons la manière dont les abréviations médiévales sont traditionnellement décrites (1). Nous tâcherons ensuite, en partant d’abréviations attestées dans le corpus de chartes que nous éditons, de construire un modèle de description original (2). Nous mettrons ensuite à profit ce modèle pour évaluer les techniques d’encodage électronique proposées par la Text Encoding Initiative (3), qui font office de standard à l’heure actuelle.

1. Approches traditionnelles

4Dans cette première section, nous commençons par résumer le classement que les historiens ont fait des différents types d’abréviations médiévales (1.1) ; nous abordons ensuite brièvement la description grammaticale des abréviations modernes (1.2).

1.1. Approche paléographique

  • 4  Voir par ailleurs Prou 1924 : 109-165, Bischoff 1985 : 169-186 et le dictionnaire d'Adriano Cappel (...)

5Les abréviations présentes dans les manuscrits médiévaux ont longuement intéressé les paléographes, qui en ont décrit le fonctionnement de manière empirique. Nous ne traiterons pas ici l’histoire du classement des abréviations dans les traités, qu’ils soient anciens ou modernes, mais nous nous centrerons plutôt sur la vue traditionnelle actuelle. Selon cette dernière, les abréviations employées dans les manuscrits écrits en latin et dans les écrits romans sont classées en cinq catégories (voir Stiennon, 1991 : 145sv.4). La première de ces catégories comprend les abréviations dites par contraction, lesquelles « consiste[nt] à prélever au sein d’un mot une ou plusieurs lettres, [et] s’accompagne[nt] d’habitude d’un signe d’abréviation placé au-dessus du mot ». Deuxièmement, il existe des abréviations dites par suspension, qui « affecte[nt] la fin du mot, privé ainsi d’une ou plusieurs lettres et muni d’un point, point-virgule ou d’un autre signe qui marque l’arrêt ». Les abréviations par lettres suscrites, ce qui « consiste à placer une lettre de petit module comme exposant ou coiffe à une ou plusieurs lettres principales », forment une catégorie à part. Les abréviations par signes spéciaux sont des « signes d’abréviation de valeur précise ou déterminée ». Enfin, les abréviations par graphismes sont des « symboles représentant un mot ».

  • 5  Nous transcrivons les unités discrètes du système graphique – que nous nommons grammèmes ci-desso (...)
  • 6  Voir cependant 2.3 ci-dessous.

6Adriano Cappelli, dans l’introduction de son dictionnaire des abréviations latines et italiennes (1929), propose par ailleurs de distinguer, parmi les signes spéciaux, ceux dont la résolution est contextuelle (comme c’est le cas du tilde dans les manuscrits français, qui peut être résolu en ‹n›5, ‹ue›, ‹st›, etc. suivant le contexte) et ceux dont la résolution est indépendante du contexte (comme ‹›, qui est toujours résolu par ‹com›6).

7Ce classement paléographique, très concret, permet déjà de distinguer efficacement différents types de procédés, mais ne replace pas ces abréviations dans le cadre de la linguistique de l’écrit. Pour qu’il puisse être opérationnalisé, le classement devrait se baser sur une série de critères descriptifs réduits et formalisés.

1.2. Approche grammaticale

8Sauf erreur de notre part, il n’y a pas eu jusqu’à présent de description linguistique du système abréviatif médiéval. D’autre part, le champ des abréviations du français moderne a également été assez peu exploré dans le cadre du système graphique. On en trouve néanmoins une description dans les différentes éditions du Bon usage (voir, pour la dernière édition, Grevisse & Goosse, 2008 : §§ 111-113). L’approche y est comparable à celle des paléographes, si ce n’est que la notion de norme y est introduite.

9Ainsi, André Goosse, après avoir distingué les abréviations dans les notes « qu’on prend pour soi » (non décrites), caractérisées par la liberté individuelle, et celles « qui n’apparaissent pas dans de véritables phrases », énumère trois procédés d’abréviation : 1/ le mot est réduit à son début, suivi d’un point (si la forme abrégée n’est pas réduite à une lettre, elle doit se terminer par une consonne précédant une voyelle dans la forme non abrégée du mot) ; 2/ le mot est réduit à son début et à sa fin (généralement placée en exposant dans un caractère plus petit) ; 3/ le mot est réduit à la lettre initiale à laquelle est adjointe une lettre intérieure.

10Le classement est donc plus grammatical que linguistique. En conséquence, il convient peu à notre objet, principalement constitué d’unités à décrire.

2. Description systématique des abréviations

  • 7  Voir Anis et al., 1988 : 77, qui situe cette position par rapport à d'autres.

11Dans cette section, nous reprenons progressivement la description des unités graphiques que la tradition a rangées sous l’appellation commune d’abréviation. Nous partons de données concrètes (reproduction de manuscrits) pour analyser ces unités de manière systématique et interne à l’espace graphique, sans référence à la manière dont le texte est oralisé. Cette position correspond à une vision autonomiste de la langue écrite, selon laquelle il est possible de décrire le fonctionnement du système graphique indépendamment de la langue orale7.

  • 8  Voir Mazziotta, 2004 pour une brève présentation.

12Nous partirons toujours de faits attestés dans le corpus que nous étudions et préparons dans le cadre de Khartês8, projet d’édition et d’étude linguistique de chartes originales rédigées en français en Wallonie avant 1300 (dir. Marie-Guy Boutier, Université de Liège), pour en abstraire une modélisation plus générale. La méthode de classement, inductive et empirique, conduira à mobiliser des concepts fondamentaux de description des unités de la langue écrite. Il nous paraît essentiel que cet effort de conceptualisation soit soutenu par une terminologie homogène, c’est pourquoi nous ferons usage de celle que nous avons développée dans notre thèse (Mazziotta, 2007 : ch. 2), à laquelle nous renvoyons le lecteur intéressé par une approche plus complète des unités de la langue écrite. Cette terminologie n’étant pas courante, nous prendrons la peine de la présenter progressivement.

13La présente section est subdivisée en deux parties. Dans la première, nous décrivons les procédés abréviatifs. Dans la deuxième, nous traitons de la relation entre ces procédés et ce que la tradition désigne généralement sous le terme de résolution des abréviations.

2.1. Procédés abréviatifs

14Les abréviations sont des unités particulières à l’intérieur du système graphique, qu’elles contribuent à construire. Elles fonctionnent avec les autres unités dans une relation paradigmatique spécifique (2.1.1). Cette relation est parfois complexe et implique, au plan syntagmatique, des interférences entre unités de fonctionnement différent (2.1.2). Par ailleurs, au delà de la nature des unités discrètes, la manière dont ces dernières sont positionnées contribue également au fonctionnement des abréviations (2.1.3).

2.1.1. L’abréviation dans le plurisystème graphique

15Partons d’une approche intuitive (a), qui nous permettra de mettre en évidence la relation de synonymie qui lie les formes abrégées à celles qui ne le sont pas (b), avant de systématiser nos découvertes (c).

  • 9  Document, 1247-06 : 3. Il faut lire le texte représenté comme suit : les cens [≈ « revenu fonciers (...)

16a) Approche intuitive. Amorçons notre modélisation à partir d’un cas concret, fréquent et relativement simple. L’illustration ci-dessous comporte un signe que les lecteurs habitués à la fréquentation des manuscrits reconnaîtront aisément comme « une abréviation médiévale mise pour et »9 :

  • 10  Plus exactement, ce signe ressemble à un ‹z› moderne barré : la forme du ‹z› dans les mss du corpu (...)

17Il s’agit du signe qui ressemble à un ‹z› barré10, que nous transcrivons ‹›. En reprenant la terminologie présentée par Jacques Stiennon (voir 1.1 ci-dessus), nous qualifierions donc ce signe d’abréviation par graphisme. En effet, il s’agit bel et bien d’un « symbole représentant un mot ». Vu de manière traditionnelle, il y a une relation de représentation qui unit le graphisme présent à un mot absent. Si l’on considère que le signe se définit par l’association d’une forme d’expression à une forme de contenu, cette dernière est un autre signe.

18b) Synonymie et plurisystème. Si nous adoptions cette vision des choses, nous pourrions dire que l’abréviation est une sorte de métasigne au sein du système de la langue écrite : une abréviation est mise pour d’autres signes qu’elle remplace et que l’éditeur restitue. Cependant, cette conception est issue de l’approche philologique ; dans la visée descriptive qui est la nôtre, il ne s’agit pas d’appréhender les opérations qui nous permettent de comprendre le texte (en l’occurrence, le remplacement d’unités par d’autres), mais de décrire le fonctionnement d’une partie de l’espace graphique. De ce point de vue, tout ce que nous pouvons dire est que chaque abréviation intègre un paradigme et peut commuter sans altération sémantique (mais peut-être bien avec une altération sur le plan énonciatif ou pragmatique) avec des groupes d’unités qui ne fonctionnent pas de la même manière (les « lettres »). Il existe une sorte de choix entre deux formes d’expression de contenu similaire, qui peut être lié à des contraintes extralinguistiques. Ainsi, certains scribes abrègent systématiquement les mots de la liturgie par respect ou crainte (Stiennon, 1991 : 145-146). La différence est similaire à celle qui existe entre les deux formes de la première personne de l’indicatif présent de pouvoir (peux et puis), qui sont employées dans des situations différentes, la seconde relevant d’une langue plus affectée. Si l’on reconnaît un signe distinct pour chacune de ces deux formes, il nous semble que les formes ‹et› et ‹› doivent être considérées comme deux signes indépendants, liéspar une relation de synonymie.

  • 11  Cette relation de synonymie est importante pour distinguer les abréviations des symboles intraduis (...)
  • 12  Nous reprenons cette notion à Nina Catach (notamment 1988b : 248 sv.), sans toutefois la suivre da (...)

19D’un point de vue spatial, les unités qui composent ‹et› et celles qui composent ‹› sont très différentes. Les premières, ‹e› et ‹t›, ont deux caractéristiques : 1/ elles ne sont pas intrinsèquement signifiantes ; 2/ elles sont concaténées suivant l’axe sur lequel se déploient et s’enchaînent toutes les unités graphiques signifiantes. Ainsi, ‹et› se décompose en ‹e› et ‹t›, qui se combinent sur le même axe que celui où ‹et› peut lui même s’articuler avec d’autres unités. Par contre, si tant est qu’on veuille décomposer le signe ‹›, on sera forcé de constater que les unités qui le composent ne s’enchaînent pas sur ce même axe. Ces signes, composés d’unités qui s’enchaînent sur un axe différent de celui où se combinent les unités signifiantes, et entretenant une relation de synonymie avec d’autres unités composées suivant ce même axe, correspondent à une partie de ce que nous nommons abréviations11. Il y a donc deux types d’unités distincts, qui fonctionnent ensemble dans un système au fonctionnement mixte qu’on peut nommer plurisystème graphique12.

  • 13  Nous discutons ce terme plus précisément dans notre thèse de doctorat, où nous définissons les gra (...)
  • 14  Nous forgeons également l'adjectif grammémique et procédons similairement pour les termes qui sui (...)
  • 15  Ce diagramme de classes simple est dessiné en suivant la norme UML (voir Hamilton & Miles, 2006 po (...)

20c) Synthèse. Synthétisons cette première approche. Nous donnons aux unités discrètes de la langue écrite le nom de grammème13,14, classe que nous pouvons subdiviser en deux sous-classes : 1/ celle des caténogrammes, comprenant les grammèmes non signifiants organisés suivant le même axe que les unités signifiantes, en chaîne ; 2/ celle des logogrammes,grammèmes signifiants dont les parties constitutives ne sont pas forcément organisées suivant le même axe que celui où s’enchaînent les unités signifiantes. Schématiquement15 :

21La relation d’abréviation lie un caténogramme, significatif, à un logogramme synonyme. Nous pouvons qualifier le rapport paradigmatique par le verbe porter. Nous dirons que la portée des logogrammes impliqués dans un mécanisme d’abréviation consiste en un caténogramme. Schématiquement,

  • 16  La flèche, indiquant une relation orientée dans le diagramme ci-dessus, ne comporte pas d'informat (...)

22Il est important de noter que la notion d’abréviation devient dès lors relationnelle : une abréviation s’envisage toujours par rapport à une autre unité qui n’est pas abrégée. D’autre part, la relation de portée est potentielle et non obligatoire16.

23Pour que cette première synthèse soit tout à fait complète, nous devrions donner un nom aux parties constitutives des caténogrammes et des logogrammes. Nous aborderons le sujet dans la section ci-dessous.

2.1.2. Interférences entre les unités du plurisystème

  • 17  Document, 1285-10-24 : 10. Il faut lire : ki desor [= « ci-dessus »] est nomee.

24a) Approche intuitive. Les « lettres » peuvent se mêler à des formants qui, sans être signifiants, ne s’organisent pas non plus nécessairement sur le même axe. Prenons à présent le cas suivant17 :

  • 18  Document, 1244-01-19 : 13. Lire : mon saignor Oston.

25Dans cette reproduction, un tilde surplombe directement un ‹e›. En d’autres termes, il est commun que les éléments du plurisystème se mélangent. Nous pouvons raisonnablement penser que le ‹e› et le tilde forment ici un signe à part entière, lui-même en relation de synonymie avec ‹est›. Selon la définition proposée ci-dessus, ce signe est un logogramme. Sur le plan de l’expression, on retrouve un élément ‹e› commun aux deux signes et un segment ‹~› qui commute avec ‹st› sans modification de la forme de contenu. De ces deux dernières formes d’expression, seule la seconde n’emploie que des « lettres » en présence. Nous pouvons observer un cas similaire dans la reproduction ci-dessous18 :

26le prénom d’un des protagonistes de la charte citée est représenté par une « lettre » seule entourée de points, que le lecteur rapprochera, au vu du reste du document, du prénom Oston. Au plan du contenu, la relation qui unit ce ‹. O .› à la suite de caractères ‹Oston› est également d’ordre synonymique.

27Il existe une différence importante entre la relation de ‹et› à son abréviation et celle d’‹Oston› ou ‹est› à la leur : dans ces deux derniers cas, une partie de l’abréviation se retrouve dans la forme qui n’est pas abrégée : une « lettre », respectivement ‹O› et ‹e›. Ainsi, ces deux exemples montrent que des unités de nature différente peuvent se combiner à un niveau non signifiant pour construire ensemble des unités qui font sens. Nous verrons plus loin (2.2.1) que cette différence peut être décrite en termes de portée.

  • 19  En règle générale, nous ne traiterons pas des « accidents » de l'écriture manuscrite. Voir cependa (...)
  • 20  Document, 1247-06 : 9. Lire : ki sunt pardevant dites.

28b) Superpositions. La combinaison d’unités de nature différente peut être compliquée par le fait que ces unités peuvent, accidentellement19 ou non, se superposer et se recouvrir les unes les autres. Ainsi, dans la reproduction20,

l

29le troisième mot commence par un ‹p› dont la hampe est barrée. Cette organisation de traits, qui commute en l’occurrence avec ‹par›, ne peut être décrite comme nous venons de le faire que parce que, d’une part, nous avons conscience de la dynamique impliquée dans le tracé et que, d’autre part, nous reconnaissons ‹p›. Ces connaissances qui permettent l’analyse nous paraissent suffisantes pour accepter qu’il ne faut pas considérer ce ‹p› barré comme une unité indécomposable – comme le sont le signe ‹› ou le tilde. Il y a donc une commutation possible entre la barre et la chaîne de linéogrammes ‹ar›.

  • 21  Cette terminologie est issue de Hjelmslev, 1954 : 48-49. Voir Mazziotta, 2007 : 41, note 60 pour u (...)

30c) Synthèse. Les points a et b ci-dessus mettent en évidence les lacunes du schéma de la figure 2, page 8 : pour synthétiser les procédés abréviatifs, nous avons besoin de pouvoir décrire les unités graphiques non signifiantes qui forment les grammèmes. Il est évident que la séparation que nous avons posée dans le schéma, qui permet de discerner les logogrammes des caténogrammes, trouve un écho au niveau purement distinctif. Nous proposons de poser tout d’abord une distinction entre les grammèmes significatifs, que nous nommerons plérégrammes21 (cette classe comprenant les logogrammes et les caténogrammes), et les grammèmes uniquement distinctifs, que nous nommerons cénégrammes. Soit, schématiquement :

31Cette nouvelle séparation mène à une autre : les cénégrammes qui se combinent sur le même axe que celui où s’enchaînent les caténogrammes (comme ‹a›, ‹e›, etc.) sont distincts de ceux qui obéissent à des règles d’organisation spatiale qui ne peuvent être réduites à une concaténation sur un axe unique (comme le tilde). Nous nommerons les premiers linéogrammes et les seconds périgrammes. Nous pouvons donc revoir la hiérarchie des classes comme suit :

32La conceptualisation des mécanismes d’abréviation s’en trouve également légèrement modifiée. Nous pouvons regrouper les périgrammes et les logogrammes dans une même classe comprenant les procédés abréviatifs :

2.1.3. Altérations positionnelles

33Les paragraphes qui précèdent recouvrent également les cas traditionnellement rassemblés dans la classe des abréviations par « lettres suscrites » (a), mais ces dernières posent un problème de modélisation (b).

  • 22  Document, 1265-04-15 : 11. Lire : ki avoit conquis.

34a) Approche intuitive. Partons à nouveau de la réalité concrète : dans la reproduction ci-dessous22,

  • 23  Document, 1280-05-05 : 15. Lire : propre.

35la forme d’expression ‹conqis› est en relation de synonymie avec ‹conquis›, mais comporte moins de linéogrammes. À ce stade, nous pouvons dire que la première abrège la seconde. Ces modifications de taille et de position des linéogrammes renforcent la prégnance du procédé d’expression. Cependant, on ne peut pas dire qu’elles constituent automatiquement des marques d’abréviation. Ainsi, dans23 :

36la position du ‹r› n’est pas un procédé d’abréviation, puisque ‹propre›, synonyme de ‹propre›, ne comporte pas plus de linéogrammes que ce dernier, qui n’est donc pas une abréviation.

37b) Problème de modélisation. Ces deux exemples  montrent que l’on ne peut pas véritablement distinguer les linéogrammes des périgrammes à l’aide d’une opposition intrinsèque. Les deux classes de cénégrammes sont proches. À strictement parler, on devrait plutôt distinguer un processus de combinaison périgrammique d’un processus linéogrammique plutôt que deux types de grammèmes différents.

38Néanmoins, si nous comparons le ‹i› de ‹conqis› à celui de ‹ki›, nous pouvons déceler un surcroît de valeur dans le premier cas, qui n’apparaît pas dans le second : précisément le phénomène d’abréviation. D’autre part, il nous semble raisonnable d’admettre que le premier ‹r› de ‹propre› est accidentellement placé au-dessus des autres linéogrammes, parce qu’il a été omis par inadvertance. Le surcroît de valeur qu’il pourrait comporter est extralinguistique : il renseigne sur la dynamique de l’acte d’écriture. Il faut donc admettre deux notions : 1/ celle de perméabilité des classes (dans des conditions strictement déterminées par une valeur spécifique accordée au changement de classe) ; 2/ celle d’accident (difficilement formalisable, mais inévitable dans le cadre défini par l’écriture manuscrite).

2.2. Portées

39La description des procédés abréviatifs ne suffit pas à épuiser l’analyse. Il faut également expliquer comment la relation de synonymie s’établit entre les procédés et les linéogrammes avec lesquels ils commutent. Cette étude de la portée est ici menée en deux temps. Dans un premier temps, nous opposons les formes signifiantes entièrement abrégées et celles qui ne le sont que partiellement (2.2.1). Ensuite, nous distinguons les portées en fonction de la répartition, contiguë ou non, des linéogrammes commutant avec les procédés (2.2.2).

2.2.1. Portée globale vs portée partielle

40Reprenons l’illustration 1, page 6. Nous avons vu qu’une combinaison de périgrammes était utilisée pour tracer un signe ‹›, synonyme du caténogramme ‹et›. En observant la relation entre le plan du contenu et celui de l’expression, nous constatons que ces deux signes commutent et que la commutation n’est possible que si l’on considère dans les deux cas l’ensemble des deux mots. Les analyses respectives des formes d’expression ‹et› et ‹› ne correspondent pas ; nous dirons que la portée du procédé abréviatif mobilisé est globale. Il n’est pas possible de faire commuter une partie du logogramme avec un des linéogrammes de la forme qu’il abrège. En pratique, une portée ne pourra donc être globale que si l’abréviation est un logogramme.

  • 24  Document, 1265-04-15 : 3. Lire : Warniers, conviers [= « frère convers »] et maiestres.

41À l’inverse, si nous prenons la forme ‹uíers› dans la reproduction suivante24,

42› n’est pas un plérégramme, mais un cénégramme (il n’est pas intrinsèquement signifiant) ; il commute avec la chaîne ‹con› et s’intègre dans le reste du mot graphique. Dans ce cas, nous dirons que la portée est partielle : les procédés mobilisés dans la forme abrégée correspondent à une partie des linéogrammes de la forme non abrégée. Il en est de même pour ‹ O › et ‹ẽ› ci-dessus.

2.2.2. Portée continue vs portée discontinue

43Lorsqu’elle est partielle, la portée d’un procédé n’est pas toujours une simple suite de linéogrammes contigus, même si cela est généralement le cas en ancien français. Par exemple, dans ‹uíers› que nous venons d’examiner, les linéogrammes remplacées par le tilde sont la chaîne ‹con›, c’est-à-dire trois linéogrammes qui se suivent. Nous dirons dans ce cas que la portée du procédé abréviatif est continue.

  • 25  Document, 1260-02-29 : 3. Lire : chevaliers.

44Il existe néanmoins des cas où le procédé commute avec un ensemble de linéogrammes qui ne se suivent pas forcément. Par exemple, dans25 :

45le tilde commute avec le groupe formé par ‹eua› et ‹ie›, la forme non abrégée étant ‹cheualier›. Ce cas s’oppose au précédent et nous parlerons de portée discontinue.

46On pourrait objecter que le logogramme constitué à partir des linéogrammes et du tilde est une seule unité indécomposable, que les lecteurs sont capables d’interpréter comme un synonyme de ‹chevalier›. Ce logogramme, ainsi considéré comme un agrégat de procédés abréviatifs, aurait donc, à l’instar du ‹› étudié ci-dessus, une portée globale. Néanmoins, nous ne pouvons souscrire à une telle description, qui n’est pas compatible avec le modèle que nous proposons. Nous avons en effet reconnu l’existence d’unités purement distinctives (les linéogrammes) que nous retrouvons concaténées sous le tilde de la forme abrégée – ‹c›, ‹h›, etc. sont attestés dans d’autres plérégrammes. Postuler que les linéogrammes en question ne sont pas isolables quand ils sont mobilisés de la sorte est artificiel et sort du système que nous avons exposé. La question de la perception globale des mots, qui relève de la psychologie de la lecture, nous paraît peu pertinente dans le cadre d’une description structurelle de la langue écrite.

2.3. Synthèse

47Les phénomènes abréviatifs peuvent être représentés par le diagramme :

48En accord avec ce schéma, la description d’une abréviation, pour être complète, doit :

  • 1/ identifier les procédés logogrammiques, périgrammiques et positionnels – sans nécessairement préciser le niveau d’articulation (distinctif ou significatif) ;

  • 2/ identifier la portée des procédés, c’est-à-dire la chaîne de linéogrammes avec laquelle ils commutent ;

  • 3/ mettre en relation les procédés et les linéogrammes de manière précise, de façon à ce que chacun des termes de la relation présentée dans la figure 14 soit clairement identifiable.

  • 26  Voir 1.1 ci-dessus ; nous transposons sa description dans les termes que nous proposons.

49D’autre part, nous avons vu ci-dessus qu’Adriano Cappelli distinguait les abréviations en fonction de la prédétermination ou non de leur portée26. En pratique, la situation n’est jamais aussi simple : ‹› peut très bien être résolu par ‹cum›, ‹con›, ‹cun›, etc., en fonction des autres formes attestées dans le manuscrit. Même une abréviation « simple » comme ‹› peut se révéler problématique (voir Monfrin, 1974 : lxix). Nous ne nous étendrons pas sur le sujet, mais cela nous semble suffisant pour souligner que chaque portée d’abréviation doit être traitée de manière contextuelle (en discours) et non a priori (en langue).

3. Encoder les abréviations médiévales

50Dans la mesure où l’éditeur juge nécessaire de traiter les abréviations médiévales, la manière dont il les encode permet plus ou moins bien de reconstituer l’ensemble des termes de la relation représentée dans la figure 14. Il est évident que les objectifs de l’édition (le public auquel elle est destinée) déterminent le degré de précision de l’encodage et la nécessité d’employer l’une ou l’autre des techniques que nous allons présenter. Dans cette section, nous adopterons le point de vue selon lequel nous recherchons à représenter le mieux possible chacun des termes de la figure 14. Les possibilités d’encodage « traditionnel » seront exposées en premier (3.1) ; ensuite, nous montrerons comment les nouvelles techniques d’encodage permettent de traiter le problème (3.2).

3.1. Traitement traditionnel courant

51La philologie traditionnelle a longtemps été amenée à négliger ces phénomènes à cause des restrictions imposées par le medium (le papier), se limitant la plupart du temps à marquer les linéogrammes correspondant à la portée des abréviations par la typographie, voire à ne pas les marquer du tout – malgré les recommandations pratiques désormais en vigueur (Vielliard & Guyotjeannin, 2007 : 31).

52Il en est de même pour un certain nombre de corpus informatisés d’ancien français – même ceux qui essayent de fournir une transcription diplomatique, comme Holtus et al., 2003 ou les éditions en cours du projet Khartês, dont sont tirés nos exemples. Ainsi, nous transcrivons ‹conuíers› le plérégramme qui nous intéresse dans la figure 12.

53La Text Encoding Initiative propose plusieurs alternatives d’encodage, dont une est proche de celle que nous venons d’observer (Burnard & Bauman, 2007 : 343) :

<expan><ex>con</ex>uíers</expan>

54L’élément expan, constitué d’une balise ouvrante <expan>, d’une balise fermante </expan> et de l’ensemble des caractères entre ces deux balises, délimite un mot contenant des linéogrammes correspondant à une portée d’abréviation. Ces linéogrammes sont identifiés et délimités par l’élément ex.

  • 27  Cette distinction, qui touche le problème de la relation entre les objets perçus et la manière don (...)

55Cette solution a l’avantage d’expliciter la distinction entre les données et l’annotation27. Elle décrit l’ensemble comme un caténogramme commutant avec une forme abrégée et délimite les linéogrammes correspondant à la portée par un élément spécifique.

  • 28  Nous verrons ci-dessous que les recommandations de la TEI ne se limitent pas à cette possibilité.

56Dans tous ces cas28, que le format soit traditionnel ou électronique, standard ou non, l’expression de la relation de la figure 14 est mise à mal. Ces éditions permettent en effet au lecteur de repérer les linéogrammes liés à une portée de procédés abréviatifs, mais en aucun cas elles ne permettent de retourner aux procédés mobilisés, et a fortiori de leur lier la portée en question. Nous représentons ces manques par la couleur grisée sur le schéma suivant :

57Cette pratique ne permet pas non plus de comprendre, dans le cas où plusieurs portées relevant de groupes de procédés différentes se suivraient, quels procédés se combineraient pour une seule portée.

  • 29  Voir l'exposé de synthèse qu'Alexei Lavrentev en fera dans sa thèse en préparation.

58La tradition des éditions « diplomatiques » mimétiques de ce qui est observable dans le parchemin29 – reproduisant les procédés par une typographie riche, comme nous l’avons fait plusieurs fois ci-dessus –, a exactement l’inconvénient inverse, limitant l’expression de la relation à celle des procédés :

59Aucune des deux situations n’est satisfaisante dans l’optique d’une représentation complète.

3.2. Encodage synoptique

60Traditionnellement, l’édition peut, plus rarement, être constituée d’une double transcription synoptique, alliant la reproduction « fidèle » du manuscrit à une édition critique. La première reproduit les abréviations, la seconde les résout en explicitant leur portée – voir par exemple l’édition des Serments de Strasbourg d’Albert Henry (1957 : 1-2) ou les pages éditées dans Careri et al., 2001. Les procédés et les linéogrammes remplacés sont ainsi exprimés, mais la relation qui les unit doit encore être faite par l’humain. Voyons comment le medium électronique permet de traiter ce problème.

61Les nouvelles techniques d’encodage, fondées sur XML, rapidement devenu un standard de facto, permettent, par ajout d’annotation, de faire apparaître simultanément des informations de nature différente au niveau de l’encodage des données. Cette expression peut se manifester soit en intégrant les différentes couches d’annotation directement dans les données, soit, par le truchement de pointeurs, dans un autre document qui se réfère à celui qu’il décrit. Pour désigner ces deux pratiques d’annotation, Sylvain Loiseau emploie respectivement les épithètes embarquée et débarqué. Il parle ainsi, par exemple, d’annotation embarquée (voir 2007 : 167-173 pour un exposé très clair). Nous faisons nôtre cette terminologie et abordons successivement ces deux démarches.

3.2.1. Formats embarqués

62Les annotations XML embarquées, directement intégrées à l’édition électronique dans sa linéarité, permettent un enrichissement évident, mais sont intimement liées au format et à ses limitations. La situation varie en fonction du niveau de granularité du codage de la relation qui décrit le phénomène d’abréviation : ce codage peut se faire au niveau plérégrammique ou au niveau cénégrammique.

63a) Niveau plérégrammique. À l’heure actuelle, il est possible d’encoder conjointement procédés abréviatifs et portée de ces procédés. La dernière version des recommandations de la Text Encoding Initiative propose d’autres alternatives d’encodage des abréviations que celle exposée ci-dessus. Ainsi, l’élément exprimant une alternative, choice, est défini comme suit :

groups a number of alternative encodings for the same point in a text (Burnard & Bauman 2007 : 800)

64On encode alors conjointement une forme abrégée (élément abbr), c’est-à-dire l’ensemble constitué des procédés et des linéogrammes qui forment un logogramme, et le caténogramme qui y correspond (élément expan), soit (cf. Burnard & Bauman, 2007 : 343) :

<choice>
  <abbr>ml&#x303;t</abbr>
  <expan>moult</expan>
</choice>

65où le code &#x303; est le code unicode correspondant à un tilde se combinant avec le linéogramme précédent30. D’un point de vue plus général, cette technique se rapproche des techniques d’alignement qui mettent en correspondance différents niveaux d’élaboration éditoriale du manuscrit, de la plus imitative à la plus critique (Haugen, 2004 : § 3).

66Cette pratique permet de traiter précisément les procédés et les linéogrammes commutant. Toutefois, elle n’objective pas clairement la relation entre les deux. Certes, les deux formes synonymes sont encodées conjointement et un humain est capable de mettre en relation les périgrammes de l’abréviation avec les linéogrammes correspondant dans la forme non abrégée, mais le traitement logiciel de ce type d’encodage devient rapidement complexe, en particulier si plusieurs procédés correspondant à des portées distinctes sont présents dans une même forme. Schématiquement, l’encodage conjoint au niveau plérégrammique ne permet pas d’exprimer la portée :

  • 31  Voir de nombreux exemples de cas complexes dans Cappelli 1967.
  • 32  Voir à ce propos Mazziotta, 2004 : 797-798.

67Il est néanmoins vrai que les cas ambigus sont rares dans notre corpus ; les abréviations qu’on rencontre dans les manuscrits français sont généralement d’un niveau de complexité inférieur à celui de celles qu’on rencontre dans les manuscrits latins, où l’interprétation exacte de la portée de chaque procédé peut se révéler plus difficile, même pour un humain entraîné31. Par ailleurs, dans le cas d’une édition en cours, la répétition dans l’encodage des linéogrammes ‹m›, ‹l› et ‹t› peut mener à des erreurs. En effet, chaque correction de lecture de ces unités devant être reportée à deux endroits différents, la probabilité de faire une erreur dans l’une ou l’autre des transcriptions est forcément supérieure32.

  • 33  Similaire à celles prônées dans Haugen, 2004 : § 3.

68Qu’elles permettent ou non d’identifier la portée, ces solutions d’encodage conjoint33 ne fournissent pas de possibilité pour encoder les portées discontinues sans rompre la relation entre les procédés abréviatifs et leur portée.

  • 34  Contrairement aux encodages présentés ci-dessus, la pratique qui suit  n'apparaît pas dans les édi (...)

69b) Niveau cénégrammique. Une ébauche de solution a été proposée récemment34 (cf. Burnard & Bauman, 2007 : 344). Elle consiste à « descendre » l’annotation à un niveau inférieur à celui des unités signifiantes et fait entrer en jeu deux éléments, am et ex, qui balisent respectivement les procédés abréviatifs et les linéogrammes correspondants :

m<choice>
  <am>&#x303;</am>
  <ex>ou</ex>
</choice>lt

70À première vue, tous les éléments impliqués dans la relation qui nous intéresse sont exprimés et l’encodage répond ainsi à nos exigences. Les éléments am et ex ont le même parent, dont la sémantique est précisément assimilable à une possible substitution. Malheureusement, sa structure arborescente empêche de traiter efficacement les portées discontinues. Ainsi, face à la forme abrégée de ‹chevaliers› (examinée sous 2.2.2), on constate que cette méthode rend impossible l’expression d’un seul am correspondant à plusieurs ex, puisque le lien entre les deux éléments est exprimé par leur cointégration au sein de l’élément choice. Par ailleurs, les conventions définies par le consortium unicode obligent les « diacritiques » comme le tilde à se trouver directement à la suite du linéogramme sur lequel ils portent ; il est ici impossible de respecter cette convention.

71Dans la continuité de ce qui précède, nous ne pouvons souscrire à la description qui fait de ‹› un grammème indécomposable sur le plan technique et nous suivons les propositions de MUFI, qui le définit de manière compositionnelle:

LATIN SMALL LETTER P WITH STROKE THROUGH DESCENDER (2006 : 71).

3.2.2. Formats débarqués

72Au contraire des annotations embarquées, les annotations débarquées ne sont pas directement mêlées aux données qu’elles décrivent. Grâce à un mécanisme de pointeur (les éléments XML étant identifiés par leur Uniform Resource Identifier, ou URI, qui est une adresse unique qui permet de retrouver cet élément en question), l’annotation est reportée dans un document indépendant des données, auxquelles elle fait référence.

73a) Expression exacte de la portée et des linéogrammes. L’annotation débarquée permet d’atteindre le niveau d’expressivité nécessaire à la description précise de la portée. Notre proposition s’appuie sur le mécanisme de pointeur adapté à la philosophie de la TEI. Une possibilité pour encoder les procédés à portée multiple serait d’expliciter la relation entre ces procédés et les différentes chaînes de linéogrammes qui leur sont liées. Les recommandations de la TEI permettent de noter cette information à l’aide de l’attribut @corresp, dont la valeur consiste en un lien vers un autre élément identifié. Ainsi, une manière d’encoder serait :

<choice>
  <abbr>
    chlr<am xml:id=‘a1’>&#x303;</am>s
  
</abbr>
  <expan>
    ch<ex corresp=‘#a1’>eua</ex>l
    
<ex corresp=‘#a1’>ie</ex>r
  </expan>
</choice>

74où nous voyons que l’identifiant du procédé (@xml:id) est mis en correspondance avec les linéogrammes qui commutent avec lui.

75En utilisant les éléments de la TEI, le regroupement des procédés et de leur portée doit nécessairement se faire par le biais de l’élément exprimant une alternative. Plus contraignant encore, il est nécessaire de remonter l’encodage au niveau plérégrammique, ce qui mène au même type de problème que ceux que nous rencontrions ci-dessus (3.2.1 b).

76En outre, si la sémantique de l’élément choiceest relativement claire, celle de l’attribut @corresp est on ne peut plus floue :

@corresp (corresponds) points to elements that correspond to the current element in some way. (Burnard & Bauman 2007 : 543, nous soulignons)

77On peut se poser la question de la transparence de l’encodage. Comme la TEI ne propose pas une ontologie à strictement parler, la permissivité et la flexibilité extrême de certaines recommandations sont susceptibles de poser de grandes difficultés d’échange de données. Comment savoir si l’attribut @corresp a la même valeur d’un document à l’autre, voire d’une occurrence à l’autre ? Un humain aura tôt fait de comprendre la relation, mais que dire d’un automate ? Il est de plus imaginable qu’une unité soit liée à plusieurs autres de différentes manières...

78Il y a donc deux objectifs à poursuivre pour résoudre ces problèmes : 1/ redescendre l’encodage au niveau cénégrammique ; 2/ rendre univoque le lien entre les éléments. Nous proposons donc : 1/ de nous débarrasser simplement des éléments choice, expan et abbr, qui deviennent redondants du fait de la mise en relation explicite des éléments am et ex ; 2/ de créer un attribut spécialisé dans la mise en correspondance de ces deux éléments ; il apparaîtrait par exemple dans l’élément ex, porterait le nom @am et contiendrait une URI. En l’occurrence, les données seraient encodées comme suit :

ch
<ex am=‘#a1’>eua</ex>l<ex am=‘#a1’>ie</ex>
r<am xml:id=‘a1’>&#x303;</am>
s

79b) Expression exacte des procédés. La description exacte des procédés peut, dans le cas de périgrammes ou de logogrammes spécifiques, être réduite à la simple utilisation d’entités caractères comportant un code unicode. Il existe en outre un mécanisme débarqué plus complet pour la description de nouveaux « caractères » (Burnard & Bauman, 2007 : ch. 5), qui consiste à définir le grammème quelque part – nous passons le détail de cette description – et à y faire référence par son URI, à l’intérieur d’un élément g. Par exemple, en imaginant que le tilde est défini ailleurs et non comme un caractère unicode :

ch
<ex am=‘#a1’>eua</ex>l<ex am=‘#a1’>ie</ex>
r<am xml:id=‘a1’><g ref=‘#titulus’/></am>s

80l’élément g (mis pour gaiji, mot japonais signifiant « caractère non standardisé », cf. Burnard et Bauman, 2007 : 910) contient une référence à une unité distincte (#titulus).

81Pour que la description tienne compte de nos objectifs, il est absolument nécessaire de distinguer les grammèmes de leur position ; cela permettra non seulement de gérer adéquatement le cas des linéogrammes placés au-dessus des autres, mais aussi de décrire les combinaisons « diacritiques ».

82Ainsi, la forme abrégée reproduite dans la figure 14, p. 15 comporte un linéogramme dont la position a été altérée, cette position constituant le procédé d’abréviation. À notre connaissance, il n’y a à ce jour aucun moyen de décrire une position comme une unité distincte et nous voudrions souligner ce manque. Une possibilité pour contourner le problème serait de faire usage de l’élément rendition, défini comme suit par la TEI :

supplies information about the rendition or appearance of one or more elements in the source text (Burnard & Bauman, 2007 : 1081)

83Cet élément, qui contiendrait la description du changement de position, serait ensuite intégré à l’élément am et ferait référence au linéogramme qu’il modifie par un mécanisme de pointeur (l’élément c entoure le linéogramme auquel il est fait référence) :

conq
<ex am="#a1">u</ex>
<c xml:id="#c1">i</c>
<am xml:id="a1">
  <rendition ref="c1" scheme="free">
    
superscript
  </rendition>
</am>

84De manière plus générale, il nous semble que le format XML atteint ici ses limites. L’expression des relations dans un modèle de données précisément conçu pour gérer ce type d’information, comme le Resource Description Framework (RDF, voir Becket, 2004 pour sa syntaxe XML), permettrait sans doute de s’affranchir de ces difficultés de manière plus efficace.

4. Conclusions

85Nous avons suivi une progression relativement simple, qui nous a permis de voyager des pratiques traditionnelles aux pratiques modernes sans négliger la description théorique de notre objet. Au delà des propositions conceptuelles et pratiques que nous avons présentées dans cet article, nous espérons que notre exposé a mis en évidence l’importance de l’élaboration d’un modèle précis préalablement à la recherche d’un format d’encodage. Dans le champ par trop négligé du système graphique des manuscrits anciens, il nous semble absolument nécessaire que de telles réflexions soient menées à tous les niveaux : ponctuation, forme des linéogrammes, mise en page, etc. Il y a là un travail important à fournir.

86D’autre part, nous espérons avoir réussi à démontrer au lecteur que la modélisation ne peut se faire efficacement que sur une base foncièrement inductive, partant de données attestées dans un système particulier. Les principes dégagés pourront être appliqués de manière déductive, en tentant de les étendre à d’autres systèmes, dont nous savons par ailleurs qu’ils sont relativement proches.

Lorsqu’ils furent amenés à noter les textes vernaculaires, les copistes adoptèrent naturellement le système graphique du latin auquel ils étaient habitués, c’est-à-dire simultanément un alphabet et un code d’abréviations bien rodé et efficace, dont les principes remontaient [xxxi] à l’Antiquité et les outils avaient été perfectionnés par les scriptoria monastiques, avant que la pratique n’en soit bouleversée, au XIIIe siècle, par les méthodes de la scolastique. (Careri et al.,2001 : xxx-xxxi)

87Ainsi, dans le cas des abréviations, il est probable que notre approche servira également à traiter au moins en partie le latin et, a fortiori, d’autres langues romanes que l’ancien français.

Haut de page

Bibliographie

Documents

Tous les documents cités sont conservés aux Archives de l’État à Liège : Document (1244-01-19), 19 janvier, Cathédrale Saint-Lambert. – Document (1247-06), juin, Couvent de Robermont. – Document (1260-02-28), 28 février, Collégiale Saint-Jean-en-Isle. – Document (1265-04-15), 15 avril, Abbaye du Val-Benoît. – Document (1280-05-05), 5 mai, Abbaye du Val-Benoît. – Document (1285-10-24), 24 octobre, Abbaye du Val-Saint-Lambert.

Travaux

Anis J., Chiss J.-L. & Puech Chr. (1988). L’écriture. Théories et descriptions. Bruxelles : De Boeck.

Baddeley B. & Biedermann-Pasques L. (2004). « Histoire des systèmes graphiques du français à travers des manuscrits et des incunables (IXe-XVe siècle) : segmentation graphique et faits de langue », Revue de linguistique romane 68 :181-201.

Becket D. (éd.) (2004). RDF/XML Syntax Specification (Revised). W3C Recommendation 10 February 2004. [en ligne : http://www.w3.org/TR/rdf-syntax-grammar]

Bischoff B. (1993). Paléographie de l’Antiquité romane et du Moyen Âge occidental, Paris : Picard.

Burnard L. & Bauman S. (éds) (2007). Guidelines for Electronic Text Encoding and Interchange.[en ligne : http://www.tei-c.org/release/doc/tei-p5-doc/en/html/index.html].

Cappelli A. (61929, 1899). Lexicon abbreviaturatum. Dizionario di abbreviature latine ed italiane [...] Milano : Ulricho Hoepli. [réimpression anastatique]

Careri M., Fery-Hue F., Gasparri F., Hasenor G., Labory G., Lefèvre S., Leurquin A.-F. & Ruby C. (2001). Album de manuscrits français du XIIIe siècle. Mise en page et mise en texte. Roma : Viella.

Catach N. (éd.) (1988a). Pour une théorie de la langue écrite. Actes de la Table Ronde internationale C.N.R.S.-H.E.S.O. Paris, 23-24 octobre 1986. Paris : C.N.R.S.

Catach N. (1988b). « L’écriture en tant que plurisystème, ou théorie de L prime », in Catach, 1988a : 243-256.

François G. (2006). « L’émergence de la majuscule dans La chanson de Roland », Revue de linguistique romane 70 : 41-52.

Grevisse M. & Goosse A. (142008). Le bon usage : grammaire française. Bruxelles : De Boeck & Larcier.

Hamilton K. & Miles R. (2006). Learning UML 2.0. O’Reilly Media [édition électronique].

Haugen O. E. (éd.) (2004). The Menota handbook  : Guidelines for the electronic encoding of Medieval Nordic primary sources. Version 1.1 [en ligne : http://www.hit.uib.no/ menota/guidelines].

Hjelmslev L. (1954). « La stratification du langage ». In Hjelmslev, 1971 : 45-77.

Hjelmslev, L. (1971). Essais Linguistiques. Paris : Minuit.

Holtus G., Overbeck A. et Völker H. (2003). Luxemburgische Skriptastudien. Edition und Untersuchung der altfranzösischen Urkunden Gräfin Ermesindes (1226-1247) und Graf Heinrichs V. (1247-1281) von Luxemburg. Tübingen : Niemeyer.

Kunstmann P. (2000). « Ancien et moyen français sur le Web : textes et bases de données », Revue de linguistique romane 64 : 17-42.

Lavrentev A. (en préparation). Tendances de la ponctuation dans les manuscrits et incunables français en prose, du XIIIe au XVe siècle [titre susceptible de modifications mineures]. Lyon : thèse de doctorat en cours de rédaction (dir. Christiane Marchello-Nizia).

Loiseau S. (2007). « CorpusReader : un dispositif de codage pour articuler une pluralité d’interprétations », Corpus 6 : 153-186.

Mazziotta N. (2004). « Le texte dans tous ses états. Philosophie d’encodage du projet Khartês », in G. Purnelle, C. Fairon & A. Dister (éds) Le poids des mots. Louvain : Presses universitaires de Louvain, 793-803.

Mazziotta N. (2007). Ponctuation et syntaxe dans la langue française médiévale. Étude d’un corpus de chartes originales écrites à Liège entre 1236 et 1291. Liège : thèse de doctorat inédite (dir. Marie-Guy Boutier) [table des matières et résumé : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-12032007-103637/]

Monfrin J. (1974). « Introduction », in J.-G. Gigot Chartes en langue française antérieures 1271 conservées dans le département de la Haute-Marne. Paris : C.N.R.S, xi-lxxx.

MUFI = Medieval Unicode Font Initiative (2006). Character recommendation Characters in the official Unicode Standard and in the Private Use Area for Medieval texts written in the Latin alphabet. Part 1 : Alphabetical order. Version 2.0 (22 December 2006) [en ligne : http://www.mufi.info/specs/MUFI-Alphabetic-2-0.pdf]

Pellat J.-C. (1988). « Indépendance ou interaction de l’écrit par rapport à l’oral ? Recensement critique des définitions du graphème », in Catach, 1988a : 133-146.

Prou M. (41924). Manuel de paléographie latine et française. Paris : Auguste Picard.

Stiennon J. (21991). Paléographie du moyen âge. Paris : Armand Colin.

Vielliard F. & Guyotjeannin O. (2001). Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule I. Conseils généraux. Paris : École des Chartes.

Haut de page

Notes

1  Voir Kunstmann, 2000, pour le premier exposé critique sur une partie des ressources disponibles – toujours utile malgré son âge, en particulier d'un point de vue méthodologique. Voir en outre le site du Consortium pour les Corpus de Français Médiéval (CCFM, http://ccfm.ens-lsh.fr/), qui rassemble les entreprises d'édition ayant choisi de mutualiser leurs ressources.

2  Segmentation des mots, usage des majuscules, ponctuation, etc. Pour ne citer que les travaux les plus récents, voir notamment l'article de Suzan Baddeley et Liselotte Biedermann-Pasques, 2004 (segmentation), celui de Guillaume François, 2006 (majuscules), ainsi que les thèses sur la ponctuation d'Alexei Lavrentev (en préparation) et de Nicolas Mazziotta (2007).

3  Peu d'éditions problématisent la résolution des abréviations ; pour un exemple, voir Monfrin, 1974 : lxviii-lxix.

4  Voir par ailleurs Prou 1924 : 109-165, Bischoff 1985 : 169-186 et le dictionnaire d'Adriano Cappelli (1929).

5  Nous transcrivons les unités discrètes du système graphique – que nous nommons grammèmes ci-dessous (voir 2.1 c) – entre simples chevrons.

6  Voir cependant 2.3 ci-dessous.

7  Voir Anis et al., 1988 : 77, qui situe cette position par rapport à d'autres.

8  Voir Mazziotta, 2004 pour une brève présentation.

9  Document, 1247-06 : 3. Il faut lire le texte représenté comme suit : les cens [≈ « revenu fonciers »] et lez chapons [= « coq castré »] ; nous négligeons ici toute description graphique pour éviter de compliquer inutilement l'exposé.

10  Plus exactement, ce signe ressemble à un ‹z› moderne barré : la forme du ‹z› dans les mss du corpus est généralement différente.

11  Cette relation de synonymie est importante pour distinguer les abréviations des symboles intraduisibles en langue écrite (par exemple, les manicules) et pour dissocier le problème des abréviations de celui de la description de la ponctuation (voir les références citées dans la note ) et celui des écritures dites idéographiques.

12  Nous reprenons cette notion à Nina Catach (notamment 1988b : 248 sv.), sans toutefois la suivre dans son modèle d'analyse de l'écriture, trop fortement lié à l'oralité pour convenir à notre objet.

13  Nous discutons ce terme plus précisément dans notre thèse de doctorat, où nous définissons les grammèmes de manière négative par rapport à l'organisation spatiale, que nous nommons topème (voir Mazziotta, 2007 : ch 2, en particulier 39-41). Il nous a paru judicieux d'éviter le terme graphème, dont la polysémie est trop importante (voir à ce sujet Pellat 1988) et mène parfois à la confusion concernant l'approche choisie (voir la référence citée dans la note 6, p. 1).

14  Nous forgeons également l'adjectif grammémique et procédons similairement pour les termes qui suivent dans notre exposé.

15  Ce diagramme de classes simple est dessiné en suivant la norme UML (voir Hamilton & Miles, 2006 pour une introduction à la version 2.0 du standard). Les flèches dont la pointe est blanche expriment une relation hiérarchique qui se lit « est un » (op. cit : § 5.1.2).

16  La flèche, indiquant une relation orientée dans le diagramme ci-dessus, ne comporte pas d'information concernant la cardinalité de la relation (Hamilton & Miles, 2006 : § 5.1.5).

17  Document, 1285-10-24 : 10. Il faut lire : ki desor [= « ci-dessus »] est nomee.

18  Document, 1244-01-19 : 13. Lire : mon saignor Oston.

19  En règle générale, nous ne traiterons pas des « accidents » de l'écriture manuscrite. Voir cependant 2.1.3.

20  Document, 1247-06 : 9. Lire : ki sunt pardevant dites.

21  Cette terminologie est issue de Hjelmslev, 1954 : 48-49. Voir Mazziotta, 2007 : 41, note 60 pour une discussion.

22  Document, 1265-04-15 : 11. Lire : ki avoit conquis.

23  Document, 1280-05-05 : 15. Lire : propre.

24  Document, 1265-04-15 : 3. Lire : Warniers, conviers [= « frère convers »] et maiestres.

25  Document, 1260-02-29 : 3. Lire : chevaliers.

26  Voir 1.1 ci-dessus ; nous transposons sa description dans les termes que nous proposons.

27  Cette distinction, qui touche le problème de la relation entre les objets perçus et la manière dont ils sont conçus n'est pas aussi nette que l'on pourrait le penser et mériterait une étude détaillée qui sortirait du cadre de cet article.

28  Nous verrons ci-dessous que les recommandations de la TEI ne se limitent pas à cette possibilité.

29  Voir l'exposé de synthèse qu'Alexei Lavrentev en fera dans sa thèse en préparation.

30  Voir les tables fournies par le consortium, sur le site http://www.unicode.org. La question de la combinaison d'un « diacritique » à plusieurs linéogrammes n'est pas résolue.

31  Voir de nombreux exemples de cas complexes dans Cappelli 1967.

32  Voir à ce propos Mazziotta, 2004 : 797-798.

33  Similaire à celles prônées dans Haugen, 2004 : § 3.

34  Contrairement aux encodages présentés ci-dessus, la pratique qui suit  n'apparaît pas dans les éditions antérieures des recommandations de la TEI.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-2.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Figure 3
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-3.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Figure 4
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 6
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 7
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-7.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Figure 8
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-8.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 9
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-9.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 10
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 11
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 12
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 13
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 14
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-14.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Figure 15
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-15.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Figure 16
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-16.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Figure 17
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/1517/img-17.png
Fichier image/png, 5,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Mazziotta, « Traiter les abréviations du français médiéval. Théorie de l’écriture et pratiques d’encodage », Corpus [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 10 juillet 2009, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://corpus.revues.org/1517

Haut de page

Auteur

Nicolas Mazziotta

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org