Navigation – Plan du site

La conjecture de Pichon

Marc Plénat, Stéphanie Lignon, Nicole Serna et Ludovic Tanguy

Résumés

L’article fournit un exemple concret des possibilités qu’ouvre l’exploration des données numérisées, et notamment de la Toile, en matière de morphologie dérivationnelle. Il y a une soixantaine d’années, en se fondant sur un exemple unique (silvio-pelliqueste), Edouard Pichon avançait l’hypothèse qu’en contexte vélaire, le suffixe –esque pouvait, par un phénomène de dissimilation préventive, se voir remplacé par la finale –este. Depuis, aucun argument n’était venu étayer cette hypothèse, sinon peut-être des remarques hésitantes de Zwanenburg (1975) et de Björkman (1984) sur la difficulté de trouver des dérivés en –esque après vélaire. Les données réunies confirment que l’adjonction de –esque à une base dont la dernière syllabe comporte une vélaire engendre des tensions dissimi-latives. Lorsque le contexte s’y prête, ces tensions se manifestent tantôt par l’effacement de certaines vélaires finales, tantôt par le maintien inattendu d’une voyelle finale précédée d’une vélaire. Elles se manifestent aussi, comme l’avaient entrevu nos prédécesseurs, par une moindre productivité de cette suffixation après les radicaux en vélaire. Dans l’établissement de ces résultats, l’utilisation d’un outil permettant de récupérer automatiquement sur la Toile des néologismes en fonction de leur terminaison, s’est révélée déterminante. Les recherches automatisées ont joué aussi un rôle capital quand il s’est agi de trouver des dérivés en ‑este et de montrer que ce suffixe n’était utilisé productivement qu’après vélaire, conformément à la conjecture de Pichon.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version du présent article a fait l’objet d’un exposé lors de la journée d’étude « Le statut des contraintes phonologique » (Paris, ILPGA, 12 mars 2001, resp. N. Clements) organisée dans le cadre du GDR de Phonologie.

Texte intégral

Introduction

1Dans un article consacré à l’« attache d’un suffixe à un complexe », E. Pichon commente ainsi l’exemple silvio-pelliqueste :

« Silvio Pellico.
Ce travail quasiment silvio-pelliqueste.
(Verlaine, Mes hôpitaux ; t. IV, p. 348)
Je suppose que c’est par répugnance pour la suite phonétique *-quesque que le sentiment linguistique de Verlaine lui a fourni ici, au lieu du suffixe -esque attendu, le suffixe -este d’agreste et de céleste, par ailleurs bien dépourvu de vitalité à son époque. »
Pichon (1940 : 33), repris dans Pichon (1942 : 65)

2Il ne s’agira pas ici d’évaluer la conjecture elle-même (qui porte sur un événement et qui serait donc passible d’une enquête historique), mais la plausibilité de l’explication que propose Pichon. Celui-ci avait assurément d’excellentes raisons d’avancer son hypothèse. Grâce notamment aux travaux de Grammont (1895, 1971 [1933]), il était bien connu à son époque que la cooccurrence de deux consonnes identiques dans la même lexie est une configuration qui répugne aux langues, en particulier aux langues romanes, et que celles-ci tendent soit à réparer ces dysphonies en altérant ou en supprimant l’un des deux phonèmes (dissimilation proprement dite), soit à les prévenir en bloquant les évolutions phonétiques ou les procédés morphologiques qui risqueraient de les faire apparaître (dissimilation préventive). Grammont (1971 [1933] : 330) signale notamment qu’il arrive parfois qu’un suffixe se substitue à un autre dans ce type de circonstance (cas de -ālis et       -āris en latin, par exemple). Nous ignorons si Pichon admettait les vues de Grammont sur la dissimilation, mais son explication de silvio-pelliqueste fait clairement de cette forme un cas de dissimilation préventive par substitution de suffixe.

3La doctrine de Grammont paraît étonnamment moderne (ou bien peut-être est-ce que la phonologie contemporaine emprunte plus qu’elle ne veut l’admettre à la tradition, ou la retrouve). L’idée qu’il existe dans les langues un principe dissimilatif – connu dans la littérature contemporaine sous le nom de Principe du Contour Obligatoire (PCO) – est de nouveau communément admise depuis notamment les travaux de Leben (1973), de Goldsmith (1976) et de McCarthy (1986). On reconnaît à ce principe la double vertu de déclencher certains processus et de prévenir le déclenchement de certains autres (McCarthy ibid., Yip 1988). Enfin, la diversité de ses manifestations supposées en fait un candidat naturel au rang de contrainte universelle dans la Théorie de l’Optimalité (McCarthy & Prince 1995, Myers 1997, Ito & Mester 1998).

4Le problème n’est donc pas tant d’éprouver la solidité du schéma explicatif sur laquelle se fonde (vraisemblablement) la conjecture de Pichon que de déterminer si ce schéma s’applique effectivement au cas de silvio-pelliqueste. Bien qu’il fît de la dissimilation une loi phonétique (ou, plutôt, un principe regroupant un ensemble de telles lois), Grammont reconnaissait que cette loi ne s’appliquait pas toujours et partout. De même, la Théorie de l’Optimalité admet qu’un principe universel peut rester sans effet dans une langue ou dans un contexte donnés à partir du moment où son rang dans la hiérarchie des contraintes adoptée par cette langue ne lui permet pas de l’emporter sur des principes aux effets opposés. Il n’est pas évident a priori qu’en français l’adjonction du suffixe     -esque à une base se terminant par un /k/ crée une tension dissimilative suffisante pour engendrer des manifestations tangibles. Dans des contextes similaires deux /k/ se sont parfaitement maintenus dans casque et dans kioske. D’autre part, comme le reconnaît implicitement Pichon, il paraît étrange que la finale -este, qui n’est pas un suffixe ou, à tout le moins, pas un suffixe disponible en français, puisse venir pallier une défaillance de -esque. Pour conférer une meilleure plausibilité à la conjecture de Pichon, il faut donc a) montrer qu’à la fin des adjectifs en -esque au moins, des tensions dissimilatives s’exercent, qui bannissent ou tendent à bannir la cooccurrence de deux /k/ dans la même syllabe, et b) qu’en présence d’une base se terminant par /k/ -este peut se substituer à -esque.

5L’idée générale qui sous-tend le présent article, c’est qu’une telle démonstration n’est possible que si l’on dépouille une quantité considérable de données et donc que si l’on se donne les moyens de tels dépouillements. Pour le montrer, nous examinerons d’abord rapidement ce qu’ont dit nos prédécesseurs de l’adjonction de -esque à une base en vélaire. On verra que la nature de leurs conclusions, très prudentes sur l’idée que cette adjonction puisse entraîner des dissimilations, est étroitement liée à la faible quantité de données dont ils disposaient. Dans une seconde partie, nous montrerons qu’à partir du moment où l’on a accès à une grande quantité de données numérisées et où l’on a les moyens d’explorer celles-ci, il est effectivement possible d’établir que l’adjonction de -esque à une base en vélaire entraîne toute une gamme d’effets explicables en termes de dissimilation. La troisième partie sera consacrée à celui de ces effets qui nous intéresse directement ici : la substitution de    -este à -esque dans des contextes vélaires. On verra que le phénomène est, sinon fréquent, du moins assez bien attesté.

6Selon nous, la présente étude a valeur d’exemple. Les avancées technologiques récentes ont comme un effet de loupe. Elles permettent de décrire avec un assez haut degré de finesse des phénomènes que l’intuition, trop souvent peu assurée, permettait seulement de soupçonner. L’un des enjeux des années qui viennent sera, en linguistique comme ailleurs, de maîtriser l’afflux des données.

1. Traitements antérieurs

7A notre connaissance, hormis Pichon (dont la discussion de silvio-pelliqueste est reprise çà et là (cf. Malkiel (1972 : 377) et la citation de Björkman infra), aucun de nos prédécesseurs n’a jamais signalé le moindre phénomène de sandhi interne imputable à une dissimilation entre vélaires dans la suffixation en -esque. La raison en est simple : les cas d’adjonction de ce suffixe à une base en vélaire étaient absents, ou quasiment absents, des données disponibles. C’est cette absence, et plus généralement l’inégale fréquence des différentes consonnes devant -esque qui retient l’attention des spécialistes, mais les conclusions que ceux-ci tirent de cette inégalité sont pour le moins incertaines.

1.1. Zwanenburg (1975)

8Le premier parmi les contemporains à esquisser un traitement morphophonologique de la suffixation par -esque en français contemporain est Zwanenburg (1975). Sa description s’appuie sur une liste de 90 dérivés, tirés principalement d’études antérieures (Nyrop 1908, Giraud 1957, 1962, Marouzeau 1958, Martinon 1962, Dubois 1962, 1969) et de dictionnaires (DFC 1966, Robert 1953-1970). C’était sans doute là l’ensemble de la documentation directement disponible à l’époque (hormis la remarque de Pichon). Un linguiste qui s’intéresserait à la question de nos jours et qui se contenterait d’explorer les dictionnaires ne disposerait pas de données plus nombreuses : nous avons relevé moins de 80 entrées d’adjectifs en -esque dans le TLF, et guère davantage (85) dans le Robert électronique.

9Pas une des formes listées par Zwanenburg n’est construite sur une base en vélaire. Le seul dérivé de ce type mentionné au cours de l’article est, sauf omission, turquesque, un emprunt à l’italien maintenant obsolète. L’auteur ne disposait donc d’aucun indice formel qui plaidât en faveur de la possibilité d’une dissimilation.

10Zwanenburg, cependant, s’interroge sur cette absence des vélaires, et plus généralement, sur l’inégale fréquence des différentes consonnes devant -esque. Son sentiment est que cette répartition est accidentelle :

« Dans l’appendice 4 nous avons classé les sons finals des bases se combinant avec -esque. Il en résulte que dans notre corpus il y a une nette préférence pour les liquides n, l, et r, qu’il n’y a qu’une bilabiale (dans prudhommesque) et que les labiodentales de même que les vélaires manquent. Nous pensons cependant que ce sont là des lacunes accidentelles et qu’il n’y a pas lieu de restreindre la dérivation en -esque à des bases se terminant en certaines classes de consonnes dans la grammaire. »
Zwanenburg (1975 : 225)

11Cette conclusion est sévèrement condamnée quelques années plus tard par Walsh :

« Zwanenburg pays heightened attention to the root-final segments of all his derivatives in -esque finding ‘une nette préférence’ for n, r, and l. But since preferences, powerful as they may be, cannot be reduced to exceptionless formulas, he his forced to conclude that the absolute non-occurrence of certain root-final consonants before -esque is an accidental gap. As a result, his derivational rule contains no information in the favored phonological shape of bases. Zwanenburg can only infer that any noun may have a derivative in -esque. Presumably, for him such unlikely forms as *ionesquesque ‘présentant le caractère spécifique d’Ionesco’, or *becquesque ‘présentant le caractère spécifique de Becque’ would be perfectly acceptable. Pushing the point one step farther, one could even form adjectives such as *arabesquesque ‘présentant le caractère spécifique de l’arabesque’ and *asterixesque ‘présentant le caractère spécifique d’Astérix’ (a French comic-strip character). In fairness to Zwanenburg, one has the feeling that he would deem such outlandish forms highly improbable, if not entirely impossible. Unfortunately, the framework within which he has chosen to work, due to its quasi-mathematical sterility, simply cannot accommodate the facet of language he has opted to study. »
Walsh (1980 : 494)

12D’un certain point de vue, Walsh, qui était très hostile à la grammaire générative, fait là un mauvais procès à Zwanenburg. Rien dans le cadre formel utilisé par celui-ci n’interdisait d’exclure les bases en vélaires ou se terminant par tel ou tel autre type de consonnes de l’ensemble des bases admissibles devant -esque (quitte même à admettre des exceptions). Il est vrai qu’il eût été difficile à Zwanenburg de rendre compte d’une hypothétique échelle de préférences. Mais l’existence d’une telle échelle n’était nullement établie. Walsh lui-même ne considère que les deux extrémités de cette échelle : d’un côté les bases s’achevant par des sonantes dentales, que l’on trouve très fréquemment devant -esque, de l’autre, des formes dont la dernière rime comporte deux ou trois phonèmes qui figurent aussi dans le suffixe (becquesque, astérixesque, ionesquesque, arabesquesque), dont il ne s’aventure même pas à affirmer qu’elles soient franchement impossibles. D’autre part, le corpus de Zwanenburg comportait deux formes bâties sur des bases en sifflante (farcesque et louis-quatorzesque). Il était donc pour le moins difficile d’établir une corrélation entre le degré de ressemblance des phonèmes figurant à la fin d’un dérivé potentiel et la probabilité qu’a celui-ci d’être attesté. Les données, trop réduites en nombre, ne permettaient pas de trancher la question soulevée par Zwanenburg.

1.2. Björkman (1984)

13Publiée une dizaine d’année après l’article de Zwanenburg, la monographie de Björkman (1984) s’appuie (pour ce qui est du français) sur une liste de 371 formes en -esque. L’auteur a étendu la liste donnée par Zwanenburg en y ajoutant des dérivés dénichés dans des dictionnaires comme celui de Huguet pour la langue du XVIème siècle et dans des lectures personnelles. Il a aussi, et surtout peut-être, bénéficié des fichiers de l’ILF. Sa documentation est de l’ordre de celle que pourrait utiliser un linguiste qui interrogerait Frantext, où nous avons relevé un peu moins de 250 dérivés en -esque.

14Malgré ce quadruplement des données, la récolte des dérivés en -esque construits sur une base se terminant par une vélaire reste très maigre. Plus de la moitié d’entre eux (grequesque, greguesque, turquesque, braguesques) sont des formes anciennes tombées en désuétude. A ces quatre formes, s’ajoutent seulement truquesque, qui a tout l’air d’une altération de turquesque, pétrarquesque, qui est senti comme un italianisme (cf. la graphie pétrarchesque), et magiquesque, construit sur l’adjectif magique1. C’est peu, et comme les bases sur lesquelles sont bâties ces formes ne subissent pas d’altération, Björkman n’avait à sa disposition, en dehors de silvio-pelliqueste, aucun indice tangible de dissimilation dans ses données. C’est peut-être donc la connaissance qu’il avait de la conjecture de Pichon qui amena cet auteur à prendre le contre-pied de Zwanenburg.

15Björkman, en effet, confirme en la nuançant la remarque de Zwanenburg sur le peu de succès de -esque après les radicaux en /k/ (et en /s/), mais, contrairement à son prédécesseur, il attribue explicitement cette faible productivité à de possibles tensions dissimilatives, sans s’avancer outre mesure :

« Des 371 cas français, 283 ou 76% se terminent en -nesque, -resque, -lesque ou -tesque. L’appendice 4 de l’article de Zwanenburg montre la même distribution, sur un corpus plus réduit (68 cas sur 90). L’ordre de préférence intérieur entre les quatre consonnes, n, r, l, et t est aussi le même. L’importance de n comme élément intermédiaire est cependant beaucoup plus prononcé dans notre corpus (35% ; Zwanenburg, 26%).
Par contre, les phonèmes consonantiques /s/ et /k/ sont évités comme enchaîneurs, peut-être parce qu’ils figurent déjà dans le suffixe même. Avec /k/, il y a magiquesque et pétrarquesque, tandis qu’on peut constater que même Verlaine, parmi tant de dérivés en -esque hardiment lancés, préféra une forme comme silvio-pelliqueste. »
Björkman (1984 : 93-94)

16Les travaux de Zwanenburg et de Björkman témoignent d’un effort documentaire tout à fait remarquable. A l’époque où ils ont été écrits, il n’était guère possible de réunir davantage de données sur la suffixation en -esque. Mais rien dans ces données (sinon silvio-pelliqueste) n’indiquait que la cooccurrence de deux occlusives vélaires à la fin d’un dérivé pût entraîner un quelconque phénomène de dissimilation. Le fait qui se dégage le plus nettement, c’est l’inégale fréquence des différentes consonnes devant le suffixe et la particulière rareté des consonnes /s/ et /k/, qui entrent dans la composition de celui-ci. Cette rareté suggère aux deux auteurs des conclusions opposées quant à leur contenu mais également prudentes pour ce qui est de leur formulation. La raison de cette prudence réside peut-être en ce que les chiffres dont ils disposaient étaient peu révélateurs en eux-mêmes : tant qu’on n’a pas une idée au moins approximative du nombre des lexies se terminant par un phonème donné qui se prêteraient d’un point de vue sémantique à une suffixation en -esque, il est difficile d’interpréter l’abondance ou la rareté de ce phonème devant le suffixe. L’intuition linguistique suggère bien que les dérivés en /-/ ou en /-/ font difficulté. Mais de telles formes apparaissent et Walsh est obligé de recourir à des exemples extrêmes pour illustrer leur caractère cacophonique. Autrement dit, la conjecture de Pichon, à laquelle Björkman fait allusion, ne pouvait rester qu’à l’état de conjecture.

2. La dissimilation entre vélaires dans les dérivés en -esque

17Notre étude de la suffixation en -esque s’appuie sur des données beaucoup plus nombreuses que celles qui fondaient les travaux antérieurs. Aux formes réunies par nos prédécesseurs, notamment par Björkman, sont venues s’ajouter celles que l’on a pu relever dans environ 175 romans de San-Antonio et au gré de lectures diverses ; celles de la base de données textuelles Frantext et de la base de données lexicales Bornéo ; celles que l’on a trouvées dans les CDROM du Monde, du Monde diplomatique, du Soir, de l’Express, de Libération et du Point ; et, plus récemment, celles que l’on a pu butiner sur la Toile. Nous avons ainsi repéré 1950 dérivés en -esque, dont la base a pu être déterminée avec un assez grand degré de sûreté dans la plupart des cas. Dernièrement, enfin, nous avons mis au point un script qui nous permet d’aller chercher automatiquement des dérivés sur la Toile.

18L’examen de ces données permet d’avancer trois types d’arguments en faveur de l’idée que l’adjonction du suffixe -esque à une base dont la dernière rime comporte un ou plusieurs phonèmes identiques ou similaires à ceux du suffixe, et notamment une occlusive vélaire, est de nature à engendrer une tension dissimilative. Le premier d’entre eux repose sur la constatation que, dans certaines circonstances que l’on connaît maintenant avec assez de précision, l’adjonction de -esque a pour conséquence la chute de la vélaire finale de la base (et de la voyelle qui précède, dont le maintien provoquerait l’apparition d’un hiatus). Pour prendre un exemple, Moby Dick donne mobydesque et non mobydickesque ou mobydiesque. Le second argument repose sur le fait que la présence d’une occlusive vélaire comme attaque de la dernière rime de la base a pour effet, dans certaines conditions que l’on commence à pouvoir déterminer, de prévenir la chute d’une rime qui devrait tomber devant le suffixe. Ainsi est-ce très probablement à cause du /g/ initial de sa dernière syllabe que Chicago donne chicagotesque et non chicaguesque. Enfin, bien que les dérivés issus d’une base s’achevant par une vélaire que l’on a recueillis soient désormais assez nombreux (une cinquantaine, compte non tenu des formes anciennes et obsolètes), leur proportion par rapport à l’ensemble des dérivés n’a guère augmenté. L’existence de bases de données lexicales, qui donnent une idée du nombre des bases virtuelles, et la possibilité que l’on a maintenant d’estimer la fréquence dans les textes des formes en cause permettent d’interpréter d’une façon plus assurée cette rareté relative : toutes choses égales par ailleurs, on a moins de chances de trouver -esque après une base en vélaire qu’après une base dont la dernière rime ne comprend pas d’élément identique ou similaire à ceux qui entrent dans sa composition. Il est, par exemple, beaucoup moins probable que l’on rencontre un dérivé comme chiraquesque qu’un dérivé comme jospinesque. Ces trois arguments permettent d’affirmer que les séquences // et // sont dysphoniques et qu’une contrainte bannissant ce type de dysphonie en prévient l’apparition, quand du moins les circonstances le permettent.

19Dans les paragraphes qui suivent, nous décrirons rapidement les faits qui nous permettent d’avancer ces trois arguments, avant d’essayer de mesurer les conséquences que pourraient avoir pour les recherches en morphophonologie la généralisation de la recherche automatique d’attestations de formes nouvelles.

2.1. La troncation des vélaires finales

20La consonne finale d’une base, qu’elle soit fixe ou latente, demeure généralement en place devant le suffixe -esque. Les exceptions les plus notables concernent celles d’entre elles qui suivent une voyelle moyenne antérieure (comme la voyelle du suffixe) ou qui sont identiques, ou identiques au voisement près, à l’une des consonnes du suffixe (/s, z, k, g/). Le conditionnement de ces accourcissements est plutôt complexe, car la chute d’une consonne finale dépend aussi de son statut fixe ou latent et de la longueur de la lexie dont elle constitue l’élément final. Ainsi, par exemple, pour le dire vite, les bases dont la dernière voyelle est un /e/ ou un /ε/ subissent une troncation dès qu’elles atteignent trois syllabes quand la consonne finale est latente (cf. Récamier > récamiesque vs Garnier > garniéresque), mais seulement quand elles sont tétrasyllabiques si la consonne finale est fixe (cf. Polichinelle > polichinesque / polichinellesque vs coccinelle > coccinellesque). Ces disparitions de phonèmes identiques ou similaires à ceux de -esque plaident puissamment en faveur de l’idée qu’il existe bien des tensions dissimilatives à la jointure de la base et du suffixe.

21Les nouvelles données trouvées dans notre liste de 1950 formes confirment en partie les descriptions que nous avons données précédemment (Plénat 1997, 2000) du comportement des occlusives vélaires finales. Ces phonèmes restent stables si la base fait une ou deux syllabes2. Goulag ne fait pas goulesque, ni, bien entendu, flic : flesque3. Mais, aux trois exemples que nous avions trouvés de troncations de bases tétrasyllabiques (kremlinolesque, panégyresque, moldo-valesque, cf. 2b), se sont ajoutés maintenant deux exemples concernant des bases trisyllabiques (goldoresque, mobydesque, cf. 1b) et ces derniers sont maintenant aussi nombreux que les cas de maintien (1a)4 :

(1)

Dérivés de bases trisyllabiques 

a.

hindenburguesque

< Hindenburg

maeterlinckesque

< Maeterlinck

b.

goldoresque

< Goldorak

mobydesque

< Moby Dick

c.

titaniesque

< Titanic (?)

(2)

Dérivés de bases tétrasyllabiques

a.

vidéo-gaguesque

< vidéo-gag

outre-atlantiquesque

< Outre-Atlantique

b.

kremlinolesque

< kremlinologue

panégyresque

< panégyrique

moldo-valesque

< moldo-valaque

outre-atlantesque

< Outre-Atlantique

22Vu le petit nombre des exemples, il est impossible de décider si la variabilité du comportement des bases trisyllabiques est aléatoire ou non. En revanche, en ce qui concerne les bases tétrasyllabiques, on note que la variation est le fait de celles d’entre elles qui sont composées. Il semble en effet que, dans leur cas, la taille prise en considération soit tantôt celle du dernier composant (cf. vidéo-gaguesque et outre-atlantiquesque en (2a)), et tantôt celle de l’ensemble (cf. moldo-valesque et outre-atlantesque en (2b))

23Il reste nombre d’incertitudes de détail, mais la quantité des données accumulées permet au moins de tracer les grandes lignes du comportement des occlusives vélaires devant -esque : inefficace quand la base est courte (1 ou 2 syllabes), la tension dissimilative peut l’emporter quand la base fait 3 syllabes et l’emporte régulièrement quand elle atteint quatre syllabes.

2.2. Les vélaires et la prohibition de l’hiatus

24S’il est vrai que le français supporte mal que deux consonnes identiques ou similaires figurent à proximité l’une de l’autre dans une forme de surface, on s’attend à ce que certains processus de troncation attendus, notamment la troncation des voyelles finales des bases à finale vocalique devant la voyelle initiale de -esque, ne se produisent pas ou se produisent moins souvent lorsque cette chute provoquerait la cooccurrence de deux sifflantes ou de deux vélaires dans la syllabe finale du dérivé. Soit par exemple Kafka. L’adjonction de -esque à cette forme donne nécessairement lieu soit à un hiatus ou à une épenthèse (kafkaesque, °kafkatesque), soit à la cooccurrence de deux /k/ dans la finale du dérivé (kafkesque). S’il veut construire un dérivé en -esque, le locuteur doit choisir entre ces trois maux. L’hypothèse que la cooccurrence de deux phonèmes identiques dans une même syllabe est de nature à engendrer des tensions dysphoniques permet de prédire qu’une forme comme kafkesque (où deux /k/ figurent dans la même syllabe) a moins de chances d’apparaître qu’une forme comme goyesque ou zolesque (< Goya et Zola), où l’évitement de l’hiatus n’entraîne pas les mêmes inconvénients.

25Le comportement des voyelles devant -esque est sensible à de très nombreux facteurs, parmi lesquels la longueur de la base et le timbre de la voyelle finale jouent un rôle notable : la voyelle finale se maintient sensiblement plus souvent lorsque la base est égale ou inférieure à deux syllabes et lorsqu’elle se termine par une voyelle fermée (Plénat 1997, 2000). Le rôle de l’attaque finale de la base a pu être mis en évidence grâce à des tests de production (Plénat 1996). Mais, jusqu’à présent, les données corporales fournissaient des résultats peu concluants (Plénat 2000).

26Voici ceux que donne notre liste de 1950 formes. Ces résultats sont classés selon la longueur (2 vs 3 syllabes) et le timbre de la voyelle finale (voyelles ouvertes ou moyennes vs voyelles fermées) de la base et suivant que l’attaque qui précède cette voyelle est une sifflante, une vélaire, une fricative (non sifflante), une occlusive (non vélaire) ou une sonante :

Voyelles ouvertes ou moyennes :

Voyelles ouvertes ou moyennes :

Voyelles fermées :

Voyelles fermées :

Tableau 1 : Chute des voyelles finales devant -esque en fonction de trois paramètres

27On peut constater que les chiffres ci-dessus tendent à confirmer la prédiction. D’une façon générale, les vélaires donnent lieu a plus de maintiens (hiatus ou épenthèse) que les autres catégories de phonèmes5. Les formes comme kafkesque sont plus rares que les formes comme goyesque ou zolesque. Seule, la classe des formes issues de bases trisyllabiques à voyelle finale fermée ne confirme pas l’hypothèse ; mais le nombre des dérivés formés sur des bases à dernière attaque en vélaire est si faible dans ce cas, que l’interprétation devient plus que hasardeuse.

28Si les chiffres présentés sont favorables à l’hypothèse, c’est que la dernière récolte sur la Toile a apporté un certain nombre de formes attendues, comme par exemple chicagotesque (de Chicago) ou amiganesque (de Amiga) pour les épenthèses. Mais c’est aussi parce que, contrairement à ce que nous avions fait dans (Plénat 2000), nous n’avons tenu compte ici que des attaques simples. Lorsque l’attaque est complexe, il s’avère que la chute de la voyelle finale est de règle, même lorsque la base a pour dernière attaque une vélaire (Pinocchio > Pinocchiesque), et même quand elle ne fait que deux syllabes (Viagra > viagresque). Les deux seules exceptions à cette règle, gargantuanesque et gargantualesque (de Gargantua) sont isolées et anciennes (elles remontent au XIXème siècle). Cette constatation est probablement importante pour résoudre la question de savoir si la dissimilation est locale ou non, mais nous ne pouvons pas aborder ce point ici.

29L’évitement de l’hiatus n’est pas le seul conditionnement susceptible de provoquer la chute d’une rime finale devant -esque. Comme on l’a vu ci-dessus à propos de l’effacement des vélaires finales, la dissimilation peut également favoriser ce type de phénomène. Sont atteintes les bases longues dont la dernière voyelle est une voyelle antérieure moyenne comme la voyelle du suffixe (Polichinelle > polichinesque, Récamier > Récamiesque), et les bases se terminant par une sifflante fixe ou latente (Olibrius > olibriesque, Rabelais > Rabelesque) ou une vélaire. Dans notre liste, les seuls exemples de formes bâties sur une base présentant l’une ou l’autre de ces propriétés et ayant pour dernière attaque une vélaire sont trois dérivés de bases polysyllabiques se terminant par une sifflante fixe :

Boccace > boccacesque
Las Vegas > las-vegas-esque
Roucas > roucassesque

30Dans ce cas de figure, la règle veut que la sifflante tombe et que la voyelle qui la précède l’accompagne dans sa chute si du moins elle est orale (Phidias > Phidiesque) et non nasale (Brassens > brassinesque). Les principales exceptions concernent des bases composées dont le dernier composant est monosyllabique (Jours de France > Jours-de-Francesque) et des cas où la dernière attaque de la base est identique à l’une des consonnes du suffixe. Ainsi Onassis donne-t-il onassiesque. On est tenté de ranger les trois exemples ci-dessus dans la même catégorie : Roucas ne donnerait pas rouquesque parce que la suppression de la tension dissimilative en /s/ aboutirait soit à un hiatus (roucaesque), soit à l’instauration d’une tension dissimilative en /k/. Mais Boccacesque et las-vegas-esque ont toutes les chances d’être des emprunts. Aussi doit-on considérer que l’on n’a dans ce cas qu’un indice.

2.3. La productivité dans le lexique

31Comme on a pu le constater (cf. note 3 et exemples (1a) et (2a)), les dérivés en -esque bâtis sur une lexie de base se terminant par une occlusive vélaire et qui conservent cette vélaire ne manquent pas. Mais cela ne veut nullement dire que ces dérivés ne soient pas dysphoniques. Dans un précédent article, nous avons (sans doute après d’autres) avancé l’idée que la productivité des modes de formation était liée à l’euphonie en ceci qu’un dérivé virtuel – nous entendons par là un dérivé sémantiquement bien formé – aurait d’autant moins de chances d’apparaître que les contraintes phonologiques qu’il enfreint sont plus fortes ou plus nombreuses. Nous avions (Plénat 2000 : 41-43), à titre d’argument, comparé la fréquence des différentes consonnes à la fin des bases à finale consonantique des dérivés en -esque dont nous disposions alors (866 bases se terminant par une consonne fixe ou latente) à leur fréquence à la fin des quelques 16.000 substantifs à finale consonantique de BRULEX (cf. Content et alii 1990). Nous n’avons pas cherché à répliquer exactement ce résultat sur nos nouvelles données. La comparaison que nous présentons ici est établie entre les 213 dérivés de bases monosyllabiques se terminant par une consonne extraits de notre liste de 1950 formes et les 2602 substantifs monosyllabiques de BDLEX (cf. Pérennou & de Calmès 1997)6. Ce choix des monosyllabes est guidé par l’idée qu’il permet de faire abstraction des dérivés abstraits en -age, -isme, -ment, -tion, etc., que leur sens rend très peu propices à une dérivation en -esque et dont la présence gauchit nécessairement la comparaison.

32Si la nature de la consonne finale n’intervenait pas dans l’aptitude d’une base à recevoir le suffixe -esque, le rapport entre la fréquence des différentes consonnes à la fin des bases monosyllabiques et leur fréquence à la fin des monosyllabes du lexique général tournerait autour de 1 pour chaque consonne. Comme le montre le tableau 2 ci-après, ce n’est nullement le cas. Si on les compare à ceux qui ont été donnés dans l’article cité supra, les résultats ci-dessous ne manquent pas de surprendre sur certains points : l’ordre des labiales (/p, b, f, v, m/) y apparaît comme le plus propice à une suffixation de -esque, et les sonantes continues (/l, r, j/) et les palatales (/, j/) font des scores relativement faibles. Ce n’était pas le cas dans l’étude précédente. Certaines différences, au contraire, étaient attendues : l’absence de dérivés en -age, -ment et     -isme parmi les monosyllabes fait monter le score de //, /t/ et /m/. Mais, en tout état de cause, certains traits de la répartition des consonnes restent constants. Parmi ces constantes, on relève notamment le fait que les consonnes finales identiques à l’une des consonnes du suffixe (/s/ et /k/) sont parmi les moins bien représentées, que les fricatives sont moins bien traitées que les occlusives correspondantes, et que (hormis le /z/) les sonores font des scores plus élevés que les sourdes7. Comme précédemment aussi, la sonore /g/ est relativement bien représentée, mais moins bien tout de même que les autres occlusives sonores.

Tableau 2 : Productivité de la suffixation en -esque sur base monosyllabique en fonction de la nature de la consonne finale de la base (ch = //, ge = //, gn = //)

33Cet ensemble de résultats plaide en faveur de l’idée que les caractéristiques phoniques des dérivés virtuels jouent bien dans la probabilité qu’ont ceux-ci d’apparaître effectivement, et que, parmi les contraintes que tendent à respecter les dérivés effectifs, figure en bonne place l’obligation d’éviter dans la même syllabe la cooccurrence de phonèmes identiques ou similaires. Une échelle des préférences s’esquisse, fondée sur le lieu d’articulation et sur les oppositions obstruant / sonant, sourd / sonore et continu / momentané. L’hypothèse de Björkman voulant que l’apparente inaptitude de /k/ à servir d’« enchaîneur » devant -esque résulte d’une tendance à éviter les tensions dissimilatives est confirmée.

2.4. La productivité dans le discours

34Le type de mesure qui vient d’être proposé est très loin d’être optimal. Même restreint au sous-ensemble réduit des substantifs monosyllabiques, le lexique rassemble des formes qui, du fait de leur sens et de leur fréquence ont, indépendamment de leurs caractéristiques phoniques, des chances très inégales de donner des dérivés en -esque. La possibilité que l’on a d’explorer rapidement de grandes quantités de textes permet de corriger partiellement ce défaut.

35On trouvera ci-dessous le résultat d’une petite expérience qui a consisté à comparer, pour des paires de mots proches par la nature du référent auquel ils renvoient mais se terminant l’un par une occlusive vélaire, l’autre par un phonème plus propice, le nombre d’occurrences de ces mots et le nombre de dérivés en -esque auxquels ils donnent lieu dans le corpus des textes francophones explorés le même jour par trois moteurs de recherches différents (Google™, Northernlight™ et Altavista™). On a choisi les noms de deux hommes politiques (Chirac et Jospin), de deux jeux électroniques (Duke Nukem et Doom), de deux genres musicaux contemporains (rock et rap), et de deux sous-vêtements (slip et string).

Tableau 3 : Productivité en discours de la dérivation en –esque en fonction de la nature de la consonne finale

36Au delà de la diversité des rappels des différents moteurs (avec un avantage sensible pour Google) et des différences de productivité de la suffixation en -esque selon la nature du référent de la base (noter les scores élevés des jeux électroniques), ce qui frappe dans ces résultats, c’est leur homogénéité. Quand il y en a d’attestés, le pourcentage de dérivés sur la base en vélaire est toujours très inférieur au pourcentage de dérivés sur l’autre base. Compte tenu du nombre des attestations respectives des deux bases, il y a en moyenne environ moitié moins de dérivés sur la base en vélaire que sur l’autre.

37Ces résultats mériteraient une critique attentive. Une même séquence graphique ne renvoie pas constamment à la même classe de référents, ou au même référent dans le cas d’un nom propre : string ne renvoie probablement pas toujours à un sous-vêtement. La notoriété de la base, évaluée indirectement ici par le nombre de ses occurrences, n’est pas le seul facteur qui influe sur la probabilité que lui soit associé un dérivé en -esque. Ce suffixe s’adjoint de préférence à une base dont le référent est conçu comme le porteur prototypique d’une qualité donnée, et de ce point de vue Doom est certainement plus prototypique d’une classe de jeux (« doom-like ») que Duke Nukem. Enfin tous les types de discours ne font pas preuve de la même inventivité verbale, et il est possible que le discours de la droite soit plus enclin aux néologismes mordants que celui de la gauche, ce qui pourrait expliquer en partie le bon score de jospinesque. La méthode demande assurément à être affinée et généralisée. Mais nous aurions du mal à nous laisser persuader que les résultats ci-dessus soient dénués de toute signification touchant le rôle des contraintes dissimilatives dans la productivité des suffixations.

38Une autre façon d’exploiter les données textuelles consiste à examiner la répartition des variantes d’un même dérivé. On a vu ci-dessus que la chute des voyelles devant -esque était un phénomène variable. Une attaque en vélaire (ou en sifflante) devant la voyelle finale de la base n’empêche pas toujours la chute de celle-ci, et, inversement, la présence d’une autre consonne dans cette position n’entraîne pas toujours cette chute. Une seconde petite expérience a consisté à déterminer la répartition des variantes des dérivés des quatre dissyllabes en -a de notre liste qui donnent lieu à plusieurs dérivés. Deux de ces dissyllabes ont pour dernière attaque une vélaire : Kafka (qui fait kafkaesque et kafkesque) et manga (qui donne mangaesque, manganesque, mangatesque, mangagesque8 et manguesque) ; les deux autres ont pour dernière attaque une sonante : Goya (goyatesque et goyesque) et Zola (zolaesque, zolatesque et zolesque). Le tableau suivant donne l’ensemble des formes que l’on a trouvées le même jour à l’aide d’un même moteur de recherche (Google en l’occurrence) :

Base

Dérivés

 

 

Base

Dérivés

 

 

Kafka

kafkaesque(s)

11

85%

Goya

goyatesque(s)

0

0%

 

kafkesque(s)

2

15%

 

goyesque(s)

92

100%

manga

mangaesque(s)

6

94%

Zola

zolaesque(s)

1

 33%

 

manganesque(s)

5

-

 

zolatesque(s)

0

-

 

mangatesque(s)

3

-

 

 

 

-

 

mangagesque(s)

1

-

 

 

 

-

 

manguesque(s)

1

6%

 

zolesque(s)

2

66%

Tableau 4 : Répartition en discours des chutes de la voyelle finale devant -esque en fonction de la consonne pénultième

39Comme on peut le constater, très fréquente lorsque la dernière attaque est une sonante, la chute du /a/ final de la base est au contraire très rare lorsque c’est une vélaire. La nature de la dernière attaque n’est peut-être pas le seul facteur qui explique cette répartition : mangaesque peut être un emprunt à l’anglais (où l’hiatus semble être de règle), et inversement goyesque pourrait être une francisation de l’espagnol goyesco. Mais il nous est difficile de croire que cette répartition ne relève pas au moins en partie d’un conditionnement phonologique : l’évitement de la cooccurrence de deux occlusives vélaires dans la même syllabe.

2.5. L’automatisation de la recherche sur la Toile

40Comme nous l’avons dit plus haut, une des expériences menées pour la recherche de formes non encore répertoriées est d’aller interroger la Toile. Ce recours au Web comme corpus linguistique est une pratique qui commence à se répandre, mais qui possède de nombreuses particularités à prendre en compte. Comme le dit Grefenstette (1999), la Toile a tout pour faire fuir les linguistes travaillant sur corpus : une absence complète de contrôle sur le contenu, une hétérogénéité flagrante, et une absence totale de validation. Toutefois, sa masse et sa constante évolution en font un lieu privilégié de la recherche concernant la dynamique lexicale.

41La recherche automatique de nouvelles formes sur le Web (voir Tanguy & Hathout 2002, Hathout & Tanguy 2002) est une opération qui nécessite l’utilisation, par l’intermédiaire d’un programme, d’un moteur de recherche générique : dans notre cas, Altavista™. Ce moteur est en effet l’un des seuls qui autorisent l’usage de jokers (*), permettant ainsi de rechercher des formes en n’en précisant que le début et la fin (dans notre cas, les formes se terminant par este ou esque)9. Il est de même possible d’exclure certaines formes de la recherche, ce que nous avons fait en excluant toutes les formes finissant par ces suffixes répertoriées dans la nomenclature du Trésor de la Langue Française informatisé.

42Cependant, la technique utilisée par les moteurs de recherche génériques du Web est très sommaire, ce qui nous a posé de nombreux problèmes.

43Premièrement, il n’est pas possible de demander directement à Altavista les occurrences des formes recherchées à l’aide d’une requête comme "*esque"10. Le moteur impose qu’on lui fournisse un minimum de trois lettres à l’initiale du mot recherché. Nous avons donc du diviser notre requête en plusieurs milliers de sous-requêtes. Toutefois, plutôt que de rechercher toutes les possibilités (i.e. toutes les combinaisons de trois lettres à l’initiale), nous nous sommes limités aux seuls triplets de lettres pour lesquels le TLF donne une attestation (quelconque). La liste finale est constituée de 3117 triplets (de ‘aal’ à ‘zyt’). Ce choix est critiquable, car il laisse échapper certaines créations lexicales avec des combinaisons très novatrices de lettres, comme dans les cas de suffixation sur base acronymique11. Pour information, l’ensemble des combinaisons possibles des lettres du français serait d’environ 64000, soit vingt fois plus que notre liste. Pour information également, l’interrogation du Web pour un seul suffixe nous a pris environ 35 heures de calcul, et aurait donc pris plusieurs mois de calcul ininterrompu si nous avions envisagé tous les cas possibles.

44Deuxièmement, un moteur de recherche du Web indexe toutes les chaînes de caractères trouvées dans une page, que celles-ci soient des noms propres, des segments d’adresses WWW, des mots étrangers, des fautes de frappe, des variables d’un programme informatique, etc. Il est donc nécessaire de filtrer les résultats bruts donnés par ces moteurs. Ainsi, pour chaque page donnée comme réponse à une requête sur Altavista, notre programme procède à une analyse automatique afin de filtrer certains des cas précédents. Les contraintes sont les suivantes :

  • pas de tirets ou de majuscules dans les mots-cibles,

    pas de contexte immédiat correspondant à une adresse mail ou un lien hypertexte (caractères ‘@’ ou ‘/’ à proximité)12.

45Troisièmement, si les moteurs du Web indexent les pages en fonction de la langue dans laquelle elles sont écrites, le fait de demander au moteur de ne chercher que dans les pages en français n’est pas suffisant. En effet, de nombreuses pages sont multilingues, et seule la langue majoritaire est prise en compte : un segment en anglais ou en allemand dans une page majoritairement écrite en français va donc rendre des termes étrangers. De plus, certaines langues comme l’occitan, le latin ou l’ancien français ne sont pas prises en compte par les moteurs de recherche, qui les classent généralement comme relevant de la langue française. Afin d’éviter trop de bruit, nous procédons donc à un filtrage local des pages, en analysant la présence dans le voisinage proche de mots-outils étrangers discriminants (comme of, das, el, etc.).

46Enfin, les pages Web sont truffées de fautes de frappe et d’orthographe, et peuvent ainsi contenir des séquences finissant par  -este ou -esque qui ne sont pas des mots de la langue. La correction automatique n’est pas une solution pour le filtrage, car il existe généralement des formes proches qu’un correcteur peut proposer, même si les mots trouvés sont de véritables créations lexicales. Nous nous contentons donc d’éliminer les fautes d’accents et la répétition de plus de 2 lettres identiques dans les chaînes. Ces deux règles ne suffisent pas, loin s’en faut, à éliminer les autres types d’erreurs, et les résultats nécessitent donc une validation manuelle. Celle-ci est cependant facilitée par le fait que l’exploration par le programme des pages Web contenant la nouvelle forme permet l’extraction d’un contexte « à la volée », qui est disponible immédiatement pour la validation.

47La récolte de dérivés en -esque ainsi obtenue confirme nos observations précédentes et permet même de les affiner sur certains points.

48Pour ce qui est du comportement des vélaires finales, les formes nouvelles apparaissant dans le corpus constitué automati-quement confirment que ces phonèmes se maintiennent toujours quand la base est monosyllabique (on a relevé : banque > banquesque, bogue (bug) > boguesque (bugesque), Clark > clarkesque, CUIC > CUICesque, Dong > dongesque, fugue > fuguesque, GRAUG > graugesque, Hulk > hulkesque, prog (apocope de progressif) > progesque, thug > thugesque, tong > tonguesque). Pour ce qui est des bases dissyllabiques, on note trois cas de maintien (Big Bang > big-banguesque, Gros Quake > gros quakesque, (Le) Hortec (anthroponyme) > hortekesque) et une chute (Cherek (nom d’une île imaginaire) > cheresque). Cette chute suggère que la présence devant le suffixe de deux phonèmes identiques à des phonèmes entrant dans le composition de celui-ci est plus difficilement supportable que la présence d’un seul ; cet exemple ne contredit pas directement les observations faites précédemment13. Les deux seules bases trisyllabiques nouvelles conservent leur vélaire finale (catalogue > cataloguesque, synecdoque > synecdoquesque), mais on a vu que, dans ce cas, la chute est variable. Pour ce qui est des bases tétrasyllabiques enfin, on a la satisfaction d’enregistrer un nouvel exemple de chute : soporifique donne sauporifesque (sic). Il est vrai qu’un exemple de maintien vient perturber la belle régularité observée précédemment : apparatchik donne apparatchikesque et non apparatchesque ; mais cette dernière forme, qui mettrait en présence deux fricatives coronales sourdes dans la dernière syllabe, serait sans doute tout aussi dysphonique que la première. Ces nouvelles données confirment l’idée que la longueur de la base est un facteur déterminant dans le conditionnement de la chute des rimes en vélaire devant -esque. Mais elles suggèrent aussi que ce conditionnement ne se réduit nullement à la longueur, et que d’autres facteurs peuvent entraîner la chute des vélaires finales des bases courtes (cas de cheresque) ou l’empêcher dans les bases longues (cas de apparatchikesque).

49Pour ce qui est des phénomènes de dissimilation préventive, les formes nouvelles confirment les tendances enregistrées dans le reste du corpus. En ce qui concerne les bases dissyllabiques à voyelle finale précédée d’une vélaire, le taux de maintien de la voyelle est de 70% lorsqu’elle est moyenne ou ouverte (gogo > gogoesque, Gorgo > gorgoesque, Hugo > Hugoesque, méga > mégatesque, shunga > shungatesque vs (Oingo) Boingo > boingesque, Guga > guguesque) et de 50% seulement lorsqu’elle est fermée (Ziggy (Stardust) > ziggyesque vs Nagui > naguesque) ; dans le reste du corpus, les pourcentages étaient respectivement de 83% et de 100%. Lorsqu’on passe aux bases trisyllabiques, le taux de maintien baisse : seul le cas où la voyelle finale n’est pas fermée est représenté, et la voyelle se maintient dans 2 cas sur 3 (escargot > escargoesque et escargolesque 14 vs Malaga > malagesque), ce qui est tout à fait comparable aux 62,5% observés dans le reste du corpus. Enfin, lorsque la base fait quatre syllabes, la conservation de la voyelle se fait encore plus rare : 1 cas (karaoké > karaokéesque) contre 2 (Alechinski > alechinskesque, Gagagogo > gagagogesque)15, proportion identique aux 33% de maintiens (toutes voyelles confondues) observés précédemment. Nous n’avons pas eu le temps d’établir les chiffres pour les autres consonnes, mais la correspondance des chiffres pour les vélaires est suffisamment frappante pour être tenue pour une confirmation.

50La dernière question qui sera examinée ici est celle de l’influence de la nature de la consonne finale des bases potentielles à consonne finale sur la probabilité qu’ont ces bases de donner un dérivé en -esque. Nous avons identifié parmi les formes récoltées automatiquement par notre script 164 dérivés bâtis sur des bases monosyllabiques se terminant par une consonne (qui ne soit pas le second élément d’un groupe en obstruante + liquide). Parmi ces dérivés, 119 n’avaient pas été rencontrés précédemment. Cette moisson peut être considérée comme très abondante : en deux nuits, notre script nous a permis de relever l’équivalent des 2/3 des formes qui avaient été relevées jusque là16! Pour prendre un point de comparaison, les formes du type de celles dont nous parlons étaient au nombre de 8 dans la liste de Zwanenburg. Nous avons conscience du fait que 164 formes constituent une base de données trop maigre pour une étude statistique fiable, mais voici, pour les différentes consonnes finales, les indices de productivité calculés de la même façon que nous l’avons fait pour les formes amassées antérieurement :

Tableau 5 : Productivité de la suffixation en -esque sur base monosyllabique en fonction de la nature de la consonne finale de la base

51La ressemblance avec l’histogramme du tableau 2 est frappante. Nous avons de nouveau la surprise de constater que, contrairement à ce qui se passait dans nos études précédentes, les palatales font un score très faible et les labiales (hormis le /m/) un score très élevé. Certes nous constatons quelques différences : d’un graphique à l’autre, les nasales régressent, tandis que le /l/ progresse. Mais ce que nous devons souligner ici, c’est, de nouveau, le très faible score des consonnes finales identiques à l’une des deux consonnes du suffixe (/s/ et /k/) et le fait, qu’en règle générale, les sonores font des scores plus élevés que les sourdes correspondantes. Certes, la productivité des bases en /g/ paraît, de nouveau, très peu gênée par le caractère vélaire de cette occlusive. Mais cette constatation n’est pas de nature à nous faire renoncer à l’idée qu’à la jointure d’un radical et d’un suffixe, une contrainte bannit les ressemblances trop fortes et que les traits de lieu d’articulation et de voisement entrent dans le calcul de ces ressemblances. Autrement dit, la récolte automatique de néologismes en -esque suggère, pour ce qui est du comportement des différentes finales, des conclusions très analogues à celles que suggéraient les données récoltées à la main.

52L’exploration systématique de bases textuelles numérisées pérennes (comme les CDROM de journaux) ou éphémères (comme les pages web) permet d’amasser en très peu de temps des données incomparablement plus nombreuses que l’antique lecture. Il y a un quart de siècle, on ne pouvait repérer au plus qu’une demi-douzaine de dérivés en -esque bâtis sur une base à finale en vélaire. Et encore ces dérivés étaient-ils anciens et obsolètes. On dispose maintenant, en comptant ces curiosités, de plus d’une cinquantaine de formes. Au fur et à mesure que s’accumulent les données, des régularités se dégagent, avec plus ou moins de netteté. Nous avons commenté ci-dessus le cas de la troncation des vélaires finales devant -esque et montré comment, peu à peu, nous avions dû passer d’une description où toutes les bases tétrasyllabiques17, et uniquement ces bases, étaient accourcies à une description où l’accourcissement devenait possible dès que la base comporte deux syllabes (si sa dernière voyelle est identique à celle du suffixe) et où l’accourcissement des tétrasyllabes peut être empêché par la présence d’une dernière attaque incompatible avec les consonnes du suffixe. Des commentaires du même ordre auraient pu être faits sur le sort des voyelles finales. Zwanenburg (1975) n’était en mesure de déterminer que l’un des facteurs entrant dans le conditionnement de leur chute devant -esque : la longueur de la base. Nous avons montré dans des travaux ultérieurs, que le timbre de la voyelle finale de celle-ci devait aussi être pris en considération. Enfin, nos dernières données font apparaître avec assez de netteté que la nature de la dernière attaque de la base doit entrer en ligne de compte : les vélaires, en particulier, empêchent parfois la chute de la voyelle, même quand la base est longue et la voyelle labile. Il ne fait pas de doute que cette peinture est encore très grossière et que le conditionnement des phénomènes de sandhi interne est beaucoup plus fin et complexe. Il n’y a, par exemple, aucune raison de supposer que le timbre de la voyelle pénultième de la base n’intervient pas dans le conditionnement de la chute de la voyelle ou de la rime finale. Cette finesse du conditionnement morphophonologique est particulièrement visible quand on considère les phénomènes de productivité. La mise en évidence de phénomènes de dissimilation proprement dite et de dissimilation préventive a permis de donner un sens aux remarques de nos prédécesseurs sur le faible nombre des dérivés en -esque construits sur une base en /k/ : c’est là, comme le supposait Björkman, une manifestation négative de la répugnance à la cooccurrence de deux consonnes identiques dans la même syllabe. Mais les chiffres tendent à montrer qu’il n’y a pas une opposition binaire entre, d’un côté, les consonnes finales identiques aux consonnes du suffixe et, de l’autre côté, toutes les autres, mais que la probabilité pour une base potentielle donnée de fournir un dérivé en -esque dépend du degré de ressemblance de la consonne finale de la base avec les consonnes du suffixe. Il apparaît ainsi que, bien qu’elles aient permis à notre sens des progrès notables, les données accumulées jusqu’à présent sont très loin de suffire à l’établissement des régularités les plus fines. Le fait que l’automatisation des recherches soit en passe de faire sauter le goulot d’étranglement que constituait jusqu’à présent la collecte des formes est, de notre point de vue, capital18.

3. La substitution de -este à -esque

53Les analyses ci-dessus valident la première partie de l’argumentation sous-jacente à la conjecture de Pichon : la présence de deux vélaires entraîne bien des tensions dissimilatives dans les finales /gsk/ et /ksk/. Ces tensions, on l’a vu, sont susceptibles d’entraîner toute une gamme d’effets. Mais sont-elles susceptibles d’entraîner la substitution de -este à -esque ? C’est là une question de fait. Pour le montrer, il faut disposer d’attestations indiscutables en nombre suffisant. Dans les paragraphes qui suivent, nous énumérons et analysons les exemples que nous avons relevés.

3.1. Premières attestations

54Avant que nous ne lancions nos recherches sur la Toile, nous ne disposions, en dehors du silvio-pelliqueste de Verlaine, que de trois exemples écrits, tous trois rencontrés dans San-Antonio :

Alors il clame que ça suffit comme ça, le commissaire. Classe à la fin, des cousinages débusqués, des effusions grandiloquestes, des remèdes à base de bave de vieux birbe.
San-Antonio, Tire-m’en deux, c’est pour offrir, Paris : Fleuve Noir, 1979, p. 59.

Mon Dieu, mes frites ! s’égosille l’aimable personne digne des loges en disparaissant dans ses brouillards astraquestes.

San-Antonio, Viva Bertaga !
Paris : Fleuve Noir, 1975, p. 44.

Une période d’intense confusion succède. Radinage de la mère El Djam et de son petit-fils. Découvrant son harki en fâcheux état, la vioque se met à goualer arabe. Ses lamentos montent dans la nuit. L’enfant y joint ses appels désespérés : « Pépé ! Pépé ! » Tout ça grimpe en mayonnaise. Scène dingueste sur les bords.

San-Antonio, Napoléon Pommier,
Paris : Fleuve Noir, 2000, p. 67.

55Ces trois exemples ne nous semblent pas mauvais, dans la mesure où ils sont aisément interprétables comme le seraient des dérivés en -esque. Il arrive en effet que ce suffixe soit adjoint à des bases adjectivales et fonctionne comme une sorte de modalisateur de l’adjectif (on a trouvé par exemple drôlesque, sénilesque et magiquesque, sans compter abracadabrantesque) ; grandiloqueste prend le sens d’ ‘exagérément grandiloquent’ et dingueste celui de ‘plutôt dingue’. Il n’est pas rare non plus que les dérivés en -esque aient un usage quasiment relationnel (exemple : la saga pagnolesque = ‘la saga de Pagnol’) ; astraqueste indique que les brouillards dont il est question sont des fumées résultant de l’échauffement de matières grasses et, plus précisément, de margarine (Astra était la margarine par excellence). Mais la description des deux formes grandiloqueste et astraqueste soulève un certain nombre de problèmes. Il semble arriver que, lorsqu’il est adjoint à une base adjectivale longue, -esque se substitue à la finale de celle-ci19 ; mais ce genre de substitution n’est pas constant (cf. abracadabrantesque) et l’on peut se demander pourquoi l’auteur a choisi de prévenir les tensions dissimilatives qui auraient résulté du rapprochement du /k/ de grandiloquent et de celui de -esque en remplaçant le suffixe plutôt qu’en maintenant la finale de la base. Pour ce qui est de astraqueste, d’autre part, il est de fait que l’épenthèse est très fréquente après les dissyllabes se terminant par /a/, mais on peut s’étonner du fait que la consonne épenthétique choisie soit un /k/.

56Nous disposions aussi de deux formes saisies à l’oral : langueste (de (Jack) Lang) et marqueste (de Marc). Mais nous étions trop intéressés à entendre une dentale pour être certain de n’avoir pas été victime d’une illusion. En un mot silvio-pelliqueste n’apparaissait pas comme une forme tout à fait isolée et aberrante, mais la majorité des attestations recueillies pouvaient prêter à controverse. Le plus rassurant, c’est que nous n’avions relevé dans San-Antonio, qui fait pourtant un usage très prolifique de la suffixation en -esque, qu’un seul cas de dérivé de cette classe bâti sur une base s’achevant par une occlusive vélaire : panégyresque, du tétrasyllabe panégyrique. Cette circonstance permet de conjecturer que cet auteur était très sensible au caractère dysphonique de la finale /kεsk/ ou /gεsk/ et l’évitait systématiquement.

3.2. Recherches systématiques sur la Toile

57Nos recherches automatiques sur la Toile nous ont permis de dénicher une demi-douzaine de cas où la présence d’une finale    -este peut assez légitimement être analysée comme un phénomène de dissimilation préventive. Les meilleurs exemples que nous ayons trouvés sont trois attestations de titaniqueste20, qui renvoie soit au naufrage du Titanic (dans « cette faillite titaniqueste »), soit au film récemment tiré de l’histoire de ce naufrage (dans « qualifier cette semaine de titaniqueste » et « film d’aventure post-titaniqueste »). Dans ce troisième exemple, -este remplit une fonction d’« intégrateur paradigmatique » (Corbin, à paraître), ce qui est un peu surprenant dans la mesure où c’est à l’ordinaire un suffixe non-marqué qui joue ce rôle ; mais nous avons trouvé quelques exemples de -esque dans cet emploi.

Toujours à propos de cette faillite titaniqueste, signalons l’article de Transfert qui dévoile l’étude de Pricewaterhouse-Coopers. Selon Pricetruc, « la plupart des sociétés dotcoms cotées à la bourse de Londres seront en panne de trésorerie d’ici août 2001. Le sursis ne serait même que de six mois pour un quart d’entre elles ».
http://www.lalsace.presse.fr/​
coups_de_coeur/netdecheznet/270500.html
Thomas et moi avons vécu ensemble seulement qu’une semaine, mais je dois qualifier cette semaine de « titaniqueste » !!! Ce fut une aventure fantastique, sans mot pour la décrire à sa hauteur, et tellement rempli de bonheur.
http://pages.infinit.net/​tribute/​
Bonjour à tous, voici la dernière mise à jour du site Séance Libre...Elle concerne les films suivants : ‘LA PLAGE’, film d’aventure post-titaniqueste et ‘FISH AND CHIPS’, une comédie britannique...
http://groups.google.com/​groups?q=titaniqueste&hl=fr&safe
=off&rnum=1&selm=89esd8%24f00%241%40news1.skynet.be21

58Nous avons trouvé aussi un exemple de punkeste, qui paraît tout à fait bon :

COUPS D’BARRES N Réédition. Zik punkeste bien pétante. 5 titres…
http://www.multimania.com/​trauma/​trauma/​lp.shtml

59Le cinquième exemple, langueste, dont la base est langue, apparaît dans un emploi relationnel, mais -esque, on l’a dit, apparaît parfois dans cet emploi :

La coquerelle en beau crisse, installée solidement sur la langue, commença sa besogne de vendetta. Avec ses mandibules affilées comme des rasoirs, elle trancha et trancha et trancha et trancha (ok, ça va faire, je pense que le lecteur à compris) rageusement la chaire langueste de la vache. Le sang gicla à grand jets de la bouche de la malheureuse...
http://www.contact.net/​memtroni/​forum-histoire.html

60Le dernier exemple enfin, pragmatiqueste, pourrait être un de ces dérivés déadjectivaux dont on a parlé ci-dessus, mais son auteur le récuse comme étant une coquille :

La France a toujours ce défaut de créer des écarts énormes entre les discours et les pratiques. Il y a eu moins de traumatismes dans d’autres pays dont l’approche est plus pragmatiqueste, comme chez nous en Suisse où, depuis 1985, nous équipons les écoles petit à petit.
http://tecfa.unige.ch/​tecfa/​publicat/​
mendel-papers/interview-bloc-note.htm

61Il nous paraît tout à fait probable qu’une exploration encore plus systématique de la Toile fournirait bien d’autres dérivés en ‑este en contexte vélaire. A preuve, cet exemple trouvé récemment par hasard dans une page indexée par Google, mais qu’Altavista ignore :

Tapie en Ravaillac, tapi pour tuer Mitterrand qui l’a plus ou moins trahi, abandonnant cyniquement à des crimes trop voyants, mais non pour des raisons morales, je trouve que c’est un bon scénario hagueste, iagueste
http://www.dtext.com/​raphael-cohen/​ondees/​ondees1351.html

62Iaguesque dérive de Iago (nom d’un personnage d’Othello) et hagueste de Hagen (nom d’un héros des Nibelungen)22. L’analyse de iagueste est claire : c’est là une solution qui évite la répétition de iaguesque, l’hiatus de iagoesque et l’épenthèse de iagotesque. Ce n’est pas la solution majoritaire dans ce type de contexte, mais c’est celle que l’on trouve dans notre exemple initial silvio-pelliqueste. L’effacement de la rime finale -en de Hagen dans hagueste est plus mystérieux. Mais on a aussi dans le corpus nibelunguesque, qui est mystérieux aussi, dans la mesure où l’on s’attendrait à ce que la présence du /g/ empêche la chute de la rime, même si celle-ci est très labile en fin de tétrasyllabe. Quoi qu’il en soit, ces formes sont bien de celles que l’on s’attend à trouver si la conjecture de Pichon est exacte.

3.3. Discussion : coquilles et lapsus

63Mais on ne peut pas accepter ce résultat sans le soumettre à discussion. Le fait que l’on trouve la finale -este après des radicaux en vélaire ne prouve pas que la vélaire conditionne la finale. Il se trouve que notre exploration automatique de la Toile, nous a permis de recueillir des dizaines et des dizaines de formes en -este. Cette récolte ouvre deux possibilités, ruineuses l’une et l’autre pour la conjecture de Pichon. La première consisterait en ce que -este soit une variante libre de -esque, une variante qui pourrait se substituer à cette finale quel que soit le contexte phonique. La seconde serait que -este ne soit qu’une graphie fautive de -esque, une de ces coquilles comme on en ramasse à la pelle sur la Toile.

64Une très grande majorité des formes recueillies automatiquement ne peuvent en aucun cas constituer des dérivés en -este légitimes ou des coquilles pour -esque. On pense ici aux fausses coupes (e.g. librairieste Thérèse pour librairie Ste-Thérèse, Bridgeste pour Bridge Suites), aux formes étrangères (e.g. port. Nordeste, roum. romaneste) ou archaïques (e.g. tempeste, conqueste), aux graphies phonétisantes (e.g. dailledjeste pour digest, founeste pour funeste avec un accent italien) et aux mots-valises (e.g. méphistocéleste, calculeste ‘calculette leste’). On pense aussi à la grande ribambelle des fautes par substitution (e.g. direste pour directe, architeste pour architecte, robusteste pour robustesse, puruleste pour purulente, robespierreste pour robespierriste, fleureste pour fleuriste), par insertion (e.g. écologieste pour écologiste, naturalieste pour naturaliste), par omission (e.g. équeste pour équestre, semeste pour semestre, orcheste pour orchestre, monotheste pour monothéiste) ou par répétition (e.g. fonda-mentalisteste pour fondamentaliste, descenteste pour descentes). Aucune de ces coquilles n’a à intervenir dans la discussion.

65Dans un petit nombre de cas, cependant, -este peut, avec plus ou moins de vraisemblance, être analysé comme un substitut de -esque sans que le radical se termine par une vélaire. Il s’agit :

    de variantes en -este d’adjectifs en -esque fréquents. On a ainsi trouvé 13 giganteste23, 3 groteste et 1 picareste.

    de quelques formes isolées interprétables comme des dérivés en -esque : fantômeste, huîtreste, pandoteste, géanteste et rappeste)24.

66L’existence de ces formes pourrait, à première vue du moins, faire penser que -este peut remplacer -esque dans tous les contextes phoniques à titre de variante libre ou de coquille par substitution.

67Un examen plus attentif suggère qu’en fait, la distribution de -este dans ces formes n’est nullement aléatoire. Dans une très grande majorité d’entre elles (giganteste, groteste, huîtreste, pandoteste, géanteste et fantômeste), cette finale suit un radical qui se termine par un /t/ ou qui, à tout le moins, en contient un ; les deux seules exceptions sont, d’une part, picareste, et d’autre part, rappeste, où l’apparition de -este obéit probablement à une nécessité d’ordre poétique (cf. n. 26 in fine). Cette distribution fait penser que la présence d’un /t/ dans le radical, de préférence à la fin de celui-ci, constitue un second contexte où -este peut se substituer à -esque. Cette nouvelle hypothèse est plus aisée à vérifier que la conjecture de Pichon, dans la mesure où, devant -esque, les radicaux contenant un /t/ sont légion.

68Nous avons recherché systématiquement dans les pages francophones de Google les éventuelles formes en -este correspondant aux dérivés en -esque les plus fréquents25. Le tableau suivant donne les résultats de cette investigation (la première colonne indique le nombre d’attestations de chacun des dérivés en -esque, la seconde le nombre des formes en -este correspondantes et la proportion de ces formes) :

-esque(s)

-este(s)

picaresque(s)

2543

5

(0,196%)

gigantesque(s)

86600

90

(0,104%)

dantesque(s)

3420

3

(0,088%)

abrancadabrantesque(s)

1259

1

(0,079%)

titanesque(s)

8770

3

(0,034%)

grotesque(s)

24940

7

(0,028%)

chevaleresque(s)

7060

2

(0,028%)

rocambolesque(s)

7620

1

(0,013%)

pittoresque(s)

61200

3

(0,005%)

burlesque(s)

18870

0

(0,000%)

arabesque(s)

12320

0

(0,000%)

cauchemardesque(s)

5900

0

(0,000%)

livresque(s)

4730

0

(0,000%)

mauresque(s)

4633

0

(0,000%)

carnavalesque(s)

4300

0

(0,000%)

ubuesque(s)

2773

0

(0,000%)

soldatesque(s)

1677

0

(0,000%)

Tableau 6 : Concurrence de -esque et de -este dans les dérivés les plus usuels

69On constate que la plupart des dérivés dont le radical se termine par un /t/ ou même contient seulement un /t/ admettent des variantes en -este (cf. giganteste, danteste, abracadabranteste, groteste, titaneste et pittoreste ; la seule exception est soldatesque). En revanche, la majorité des dérivés dont le radical ne contient pas de /t/ n’admettent pas de telles variantes. Les seules exceptions sont chevalereste, dont nous n’avons rien à dire, et rocamboleste et picareste, lequel est relativement bien attesté. Nous reviendrons sur ces deux formes. De façon à vérifier qu’il s’agit bien là d’une répétition de /t/ et non d’une substitution aléatoire, nous avons aussi recherché systématiquement dans les mêmes pages de Google d’éventuelles variantes où la séquence qu de gigantesque, le mieux attesté des dérivés en -esque sur base en /-t/, serait remplacé par un graphème autre que t. Nous n’avons trouvé de cette manière que giganteske (6 fois) et gigantesqe (3 fois), où k et q sont de simples variantes graphiques de qu ; gigantesgue (2 fois), qui tendrait à confirmer qu’un phonème interne au radical peut être répété dans le suffixe ; et gigantesme (1 fois), qui doit s’expliquer par la proximité de gigantisme. Il ne fait ainsi pas de doute que la présence d’un /t/ dans le radical, de préférence à la fin de celui-ci, favorise la substitution de -este à -esque.

70Notre réflexion sur ce phénomène reste embryonnaire. Il nous semble néanmoins qu’il relève bien de la phonologie et non d’une simple inertie de la mécanique gestuelle qui imposerait la répétition du /t/. D’une part, en effet, des formes comme giganteste sonnent bien à notre oreille ; d’autre part, il faut prendre en considération qu’il ne s’agit pas du simple remplacement d’une lettre par une autre, mais d’un graphème par un autre (qu est un graphème complexe). En toute hypothèse, il convient surtout de souligner que c’est un phénomène beaucoup moins fréquent que la substitution de -este à -esque après un radical en vélaire. Cette dernière n’est certes pas très fréquente : dans notre récolte automatique sur la Toile, nous n’avons trouvé que 5 formes en -este représentées par 6 attestations, dans ce contexte, alors que l’on y dénombre 27 formes en /-ksk/ ou en /-gsk/, représentées par 66 attestations. C’est peu, mais, en nombre d’attestations, les formes dissimilées préventivement représentent environ le dixième du total, alors que, comme on peut le voir dans le tableau 6 ci-dessus, la fréquence du remplacement de -esque par -este après /t/ est de l’ordre du millième ou de quelques dix-millièmes. Nous serions tentés de dire que, sans être des coquilles comme les formes discutées au début de ce paragraphe, les formes comme giganteste constituent des lapsus, tandis que les dérivés comme titaniqueste sont des formes authentiquement grammaticales.

71Une discussion complète de la conjecture de Pichon devrait aborder bien d’autres points. Il conviendrait par exemple de s’interroger sur la répartition des formes en /-kst/ et en /-gst/, qui n’apparaissent certainement pas dans tous les dialectes, ni dans tous les registres (cf. leur absence dans Frantext et dans la presse sérieuse, et, au contraire, leur relative abondance dans San-Antonio). On devrait se demander aussi si ces formes résultent d’une substitution de suffixes comme le veut Grammont, ou si elles sont le résultat d’une dissimilation purement phonologique de /k/ en /t/. Notre opinion sur ce point est qu’il s’agit bien là d’une substitution de suffixes, dans où la mesure les suffixes semblent en général conserver leur intégrité phonologique et où il existe d’autres cas clairs de substitution suffixale résultant de tensions dissimilatives en français (cf. par exemple Lignon 2000, Plénat 2000). Mais pourquoi -este et pas -ien, par exemple ? Une troisième question, enfin, concernerait la définition du contexte phonologique dans lequel la substitution, si substitution il y a, prend effet. Nous avons sur ce point considéré qu’elle advenait après un radical se terminant par une vélaire. Mais des formes comme picareste ou même rocamboleste semblent suggérer que -este peut parfois (rarement) remplacer -esque après une vélaire interne au radical. La discussion est donc très loin d’être achevée, mais nous considérons que la conjecture voulant que, par dissimilation préventive, -este puisse se substituer à -esque après un radical s’achevant par une vélaire a un très haut degré de vraisemblance, puisque – abstraction faite des lapsus en -teste – on ne trouve pratiquement -este en lieu et place de -esque qu’après des radicaux en vélaire.

Conclusions

72Les analyses ci-dessus confèrent à la conjecture de Pichon un haut degré de plausibilité. Le raisonnement qui sous-tendait l’hypothèse du grand grammairien consistait à supposer que la présence de deux /k/ dans *silvio-pelliquesque eût engendré une tension dissimilative et que le recours à la finale adjectivale -este, proche de -esque tant par la forme que par le sens, fait partie des moyens fournis par la langue pour prévenir cette fâcheuse rencontre. Ce raisonnement pouvait se prévaloir de sa conformité à un schéma explicatif qui avait fait ses preuves et que la phonologie moderne ne désavouerait pas : des processus divers peuvent conspirer pour éviter l’apparition de configurations transgressant une contrainte de non-répétition en vigueur dans de nombreuses langues sinon dans toutes. Pour ce qui est des faits, néanmoins, Pichon n’avait à proposer que sa seule intuition du caractère dysphonique de la finale /kεsk/.

73Nous avons montré ici que cette finale et, dans une moindre mesure, la finale /gεsk / étaient effectivement évitées en français. Par des dissimilations : les occlusives vélaires tombent épisodi-quement devant -esque quand la base fait trois syllabes et plus régulièrement quand elle en fait quatre. Par des dissimilations préventives : le chute des voyelles finales est moins fréquente devant le suffixe quand l’attaque qui les précède est une occlusive vélaire. Et par une plus faible productivité des bases qui se terminent par un /k/ et, dans une moindre mesure, par un /g/. Enfin, nous avons produit un nombre non négligeable d’exemples d’adjectifs en -este construits sur des bases en vélaire et montré que seul ce type de base admet régulièrement ce suffixe. Ce qui rend très vraisemblable l’idée que la substitution de -este à -esque fait partie des moyens utilisés par le français pour éviter la consécution de deux vélaires.

74Pour établir ces faits nous avons constitué une liste de dérivés plus de vingt fois plus abondante que celle que l’on peut extraire d’un grand dictionnaire et nous avons présenté quelques statistiques (encore très rudimentaires) sur la fréquence des dérivés en /kεsk/ et en /gεsk/ dans les textes. Ce détour était indispensable pour plusieurs raisons. Les conditions nécessaires à l’apparition des phénomènes de sandhi que l’on a décrits sont trop complexes pour être susceptibles d’apparaître en dehors de circonstances exception-nelles (combien, par exemple, y a-t-il en français de tétrasyllabes s’achevant par /k/ dont le sens se prête à une dérivation en -esque ?). Ces phénomènes sont, dans une certaine mesure, variables (cf. outre-atlantesque et outre-atlantiquesque, kafkaesque et kafkesque, titaniquesque et titaniqueste). Les textes, enfin, qui répètent à satiété les configurations faciles, livrent très peu de cas de figure critiques, de ceux où l’intuition hésite. La faible productivité des bases en vélaire est l’aspect du problème que nos prédécesseurs avaient le mieux perçu. Mais l’utilisation de bases de données lexicales informatisées permet de mieux entrevoir l’échelle de préférence des différents « enchaîneurs » consonantiques devant     -esque.

75Dans ce travail, l’utilisation des outils informatiques a été déterminante. On a vu en particulier qu’un petit outil de recherche automatique des néologismes sur la Toile permet d’amasser en quelques heures des récoltes que plusieurs années de lectures n’auraient pas permis d’engranger. La liste des dérivés en -esque récoltés par cette méthode ne donne pas toutes les indications que fournit la liste complète (elle ne comporte par exemple que deux cas de chute de la vélaire finale). Mais seul cet outil a permis de confirmer que la substitution de -este à -esque en contexte vélaire n’était pas limité à l’idiolecte san-antoniesque ou verlainien. D’une façon plus générale, nous entrevoyons désormais la possibilité de construire une morphophonologie expérimentale, dans laquelle les hypothèses pourront être vérifiées ou infirmées par des expériences et des calculs aisément répliquables.

76Dans l’état actuel de nos connaissances et de nos moyens, cette morphophonologie peut difficilement être une linguistique de corpus au sens classique du terme (cf. Habert & alii 1997). Il serait certes tout à fait légitime de se poser la question de savoir si les phénomènes observés ne seraient pas plus caractéristiques de tel ou tel type de textes ou de discours que d’autres. Mais, encore une fois, le conditionnement phonologique fait intervenir un tel nombre de facteurs qu’on n’a pas trop de l’ensemble ouvert des textes numérisés accessibles pour déterminer ce qui se passe dans chaque cas de figure concevable.

Haut de page

Bibliographie

a. Etudes

Boersma P. (1998). « The OCP in functional phonology ». Manuscrit [ROA-283-0998].

Björkman S. (1984). ‘L’incroyable, romanesque, picaresque épisode barbaresque’. Etude sur le suffixe français -esque et sur ses équivalents en espagnol, italien et roumain. Stockholm : Almqvist & Wiksell.

Corbin D. (à paraître). Le lexique construit. Paris : Armand Colin.

Dubois J. (1962). Etude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain. Paris : Larousse.

Dubois J. (1969). Grammaire structurale du français : la phrase et les transformations. Paris : Larousse.

Giraud J. (1957). « Quelques néologismes récents dans la langue du cinéma ». Le Français Moderne 25 : 212-216.

Giraud J. (1962). « Sur les suffixes -esque et -ien ». Le Français moderne 30 : 115-118.

Goldsmith J. (1976). Autosegmental Phonology. Ph. D., MIT.

Grammont M. (1895). La dissimilation consonantique dans les langues indo-européennes et dans les langues romanes. Dijon : Imprimerie Darantière.

Grammont M. (1971 [1933]). Traité de phonétique. Paris : Delagrave.

Grefenstette G. (1999). « The WWW as a Resource for Example-Based MT Tasks ». Proceedings of the ASLIB conference, London.

Habert B., Nazarenko A. & Salem A. (1997). Les linguistiques de corpus. Paris : Armand Colin & Masson.

Hathout N. & Tanguy L. (2002). « Webaffix : Discovering Morphological Links on the WWW ». LREC 2002, Third International Conference on Language Resources and Evaluation, Las Palmas 29th, 30th & 31st May 2002, Proceedings, vol. V, pp. 1799-1804.

Huguet E. (1925). Dictionnaire de la langue française du seizième siècle. Paris : Champion, 1925-73.

Ito J. & Mester A. (1998). « Markedness and Word Structure : OCP Effects in Japanese ». Manuscrit [ROA-255-0498].

Leben W. R. (1973). Suprasegmental phonology. Ph. D., M.I.T.

Lignon S. (2000). La suffixation en -ien. Aspects sémantiques et phonologiques. Thèse de doctorat, Toulouse.

Marouzeau J. (1958). « Note sur la valeur du suffixe -esque ». Le Français Moderne 26 : 1-2.

McCarthy J.J. (1986). « OCP Effects : Gemination and Anti-gemination ». Linguistic Inquiry 17, 2 : 207-263.

McCarthy J.J. (1994). « The phonetics and phonology of Semitic Pharyngeals ». In P. Keating (ed.), Papers in laboratory phonology III, Cambridge : Cambridge University Press, pp. 191-283.

McCarthy J.J. & A. Prince (1995). « Faithfulness and Reduplicative Identity ». In J. Beckman, L. Walsh Dickey & S. Urbanczik (eds.), University of Massachusetts Occasional Papers 18, pp. 249-384.

Malkiel Y. (1972). « The pan-european suffix -esco, -esque in stratigraphic projection». In A. Valdman (ed.), Papers in linguistics and phonetics to the memory of Pierre Delattre, La Haye – Paris : Mouton, pp. 357-387.

Myers S. (1997). « OCP Effects in Optimality Theory». Natural Language and Linguistic Theory 15 : 847-892.

Nyrop K. (1908). Grammaire historique de la langue française. Tome Troisième : Formation des mots. Copenhague : Gyldendalske Boghandel, Nordisk Forlag.

Pichon E. (1940). « Attache d’un suffixe à un complexe ». Le Français moderne 8 : 27-23.

Pichon E. (1942). Les principes de la suffixation en français. Paris : Editions d’Artrey.

Plénat M. (1996). « De l’interaction des contraintes. Une étude de cas ». In J. Durand & B. Laks (eds.), Current Trends in Phonology : Models and Methods, ESRI, University of Salford, Salford, pp. 585-615.

Plénat M. (1997). « Analyse morpho-phonologique d’un corpus d’adjectifs dérivés en -esque ». Journal of French Language Studies 7 : 163-179.

Plénat M. (2000). « Quelques thèmes de recherche actuels en morphophonologie française ». Cahiers de lexicologie 77 : 27-62.

Plénat M. (à paraître). « JEAN-LOUIS FOSSAT : FOSSATISSIME. Note sur la morphophonologie des dérivés en –issime ». A paraître dans les Cahiers d’Etudes Romanes (CERCLiD).

Tanguy L. & Hathout N. (2002). « Webaffix : un outil d’acquisition morphologique dérivationnelle à partir du Web ». Actes de la conférence TALN 2002, Nancy, juin 2002.

Walsh T.J. (1980). « Two Contrastable Approaches to Suffixal Derivation : The Case of Romance -esco / -esque ». Romance Philology XXXIII, 4 : 489-496.

Zwanenburg W. (1975). « Le suffixe -esque en français ». In A. Dees, A. Kibedy Varga & R. Stuip (éds.), Mélanges de linguistique et de littérature offerts à Lein Geshiere, Amsterdam : Rodopi, pp. 209-237.

Yip M. (1988). « The Obligatory Contour Principle and Phonological Rules : A Loss of Identity». Linguistic Inquiry 19-1 : 65-100.

b. Données

Bornéo = Base Ordonnée de Néologismes. Nancy : INaLF.

Content A., Mousty Ph. & Radeau M. (1990). « Brulex : une base de données informatisée pour le français écrit et parlé ». L’Année psychologique 90 : 551-555.

DFC = Dubois, J. et alii (1966). Dictionnaire du français contemporain. Paris : Larousse.

L’Express. Collection 1993. CDROM. Paris : Infoprint, 1995.

Frantext = Base textuelle FRANTEXT. Nancy : INaLF.

Le Grand Robert électronique : disque optique compact CD-ROM : outil d’aide à la rédaction sur la base du Grand Robert de la langue française. Paris : Dictionnaires Le Robert, 1994.

Libération. Les archives 1995-1999. Paris : Libération, CEDROM-SNI.

Martinon Ph. (1962). Dictionnaire des rimes françaises, édition revue et complétée par R. Lacroix de Lisle. Paris : Larousse.

Le Monde sur CD-ROM. 1987-89, 1990-92, 1993-1994, 1er janvier 1995 – 30 septembre 1996. Paris : Le Monde, CEDROM-SNI.

Le Monde diplomatique, novembre 1989 à septembre 1996. Paris : CEDROM-SNI.

Pérennou G. & de Calmès M. (1997). BDLEX 50000. French lexical database. Paris : ELDA, 1997.

Le Point. Les archives intégrales 1995-1999. Paris : Le Point, CEDROM-SNI

Robert P. (1953-1970). Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Paris : Le Robert.

Le Robert électronique DMW. Paris : Le Robert, 1994.

Le Soir. Toute l’actualité 1994 (et 1995, 1996, 1997). Bruxelles : Le Soir, CEDROM-SNI, 1995 (et 1996, 1997, 1998).

Le TLF informatisé. Nancy : ILF.

Haut de page

Notes

1 Noter que l’on ne trouve pas plus de renseignement dans Frantext, qui ne contient ni grequesque ni greguesque, et qui ne permet d’ajouter que la forme, obsolète elle aussi, tunequesque à la liste de Björkman.
2 Nous restreignons ici notre propos aux vélaires fixes. Nous n'avons pas trouvé de dérivé en -esque bâti sur une base en vélaire latente, sinon peut-être dutronesque (< Dutronc (Jacques)) et ferblantesque (< fer blanc).
3 Outre les formes anciennes et obsolètes déjà citées (braguesque, grequesque, greguesque, turquesque et truquesque, tunequesque), les exemples relevés sont les suivants : casquesque (< casque), cirquesque (< cirque), cliquesque (< clic), fliquesque (< flic), punkesque (< punk), rockesque (< rock), soukesque (< souk) ; banguesque (< bang), blaguesque (< blague), bouyguesque (< Bouygues), gaguesque, (< gag), languesque (< Lang (Jack)) ; caraquesque (< caraque (?)), chiraquesque (< Chirac (Jacques)), magiquesque (< magique), pétrarquesque (Pétrarque), pipikesque (< Pipik (Moishe)) ; goulaguesque (< goulag), kingkonguesque (< King Kong).

Noter aussi grotesquetesque (< grotesque), mis dans la bouche de Jacques Chirac dans le Canard enchaîné. C'est là une réminiscence du fameux abracadabrantesque, auquel il emprunte peut-être la finale ‑tesque. La consonne finale vélaire est maintenue, mais l'identité de la rime finale de la base et du suffixe rendait sans doute difficile une pure et simple adjonction.

4 Noter aussi l'attestation de titaniesque (1c), sans doute issu de Titanic. Dans ce cas, la chute de la rime finale aurait provoqué une collision homonymique avec titanesque.
5 Liste des formes : caca > cacatesque, Carco > carcoesque, coucou > coucouesque, gogo > gogotesque, haïku > haïkuesque, Hugo > hugolesque, hugotesque, Kafka > kafkaesque (mais aussi kafkesque), Kinski > kinskiesque, manga > mangaesque, manganesque, mangatesque, mangagesque (mais aussi manguesque), Mocky > mockyesque, Nagui > naguiesque, Saint Guy > saint-guyesque ; Amiga > amigaesque, amiganesque, Chicago > chicagotesque, Del Duca > delducatesque, virago > viragoyesque vs carioca > carioquesque, Guernica > guerniquesque, hidalgo > hidalguesque, (Monica) Lewinski > lewinkesque (sic) ; Ceausescu > ceausesculesque, Victor Hugo > victor-hugoesque, vs cocorico > cocoriquesque, gloubi boulga > gloubiboulguesque, karaoké > karaokesque, Villalonga > villalongesque. (Nous considérons que dans cette dernière forme et dans plusieurs autres, le g note l’occlusive vélaire et non la chuintante.)
6 Autres différences : nous dissocions ici les groupes consonantiques finaux des consonnes simples et nous calculons la fréquence des différentes consonnes à la fin des monosyllabes par rapport à l'ensemble des phonèmes finaux et non par rapport à l'ensemble des consonnes finales.
7 Noter que, dans deux cas (Gates > gatesque, Stones > stonesque), la sifflante finale, qui se trouve en position post-consonantique dans la base, disparaît devant le suffixe dans le dérivé.
8 Cette forme fait difficulté, dans la mesure notamment où le g épenthétique a de bonnes chances de devoir être interprété comme un /g/ (devant -esque, les consonnes épenthétiques sont ordinairement des dentales (/t/, /n/ ou /l/, ou, plus rarement, une seconde occurrence de la dernière consonne de la base, comme par exemple dans alibababesque).
9 Notre choix s’est porté sur Altavista plutôt que sur Northernlight™ parce que ce dernier exige la présence de quatre caractères avant les jokers, alors qu’Altavista n’en exige que trois. L’utilisation de Northernlight aurait multiplié le nombre des requêtes.
10 Comme le permettent la plupart des éditeurs de texte et les outils de recherche automatique sur corpus électronique.
11 Comme °SNCFesque par exemple (terme attesté), que nous ne trouverions pas avec cette méthode car aucun mot du TLF ne commence par 'snc'.
12 Lors d’un premier test, ces contraintes n’avaient pas été mises en place. D’où en particulier quelques dérivés de sigles dans les données récoltées. D’où aussi la récolte d’un certain nombre de formes en -este qui nous ont donné un moment de faux espoirs. Une absence de ponctuation entre un mot se terminant par -que devant l'abréviation de Sainte (dans bibliothequeste-eulalie@simpatico.ca, et dans http://www.cliniquepediatriqueste-foyqc.ca/ comment.htm), ou de Société (dans 3615BOUYGUESTE) nous a fait croire un instant à des attestations de dérivés en -este après base en vélaire. Il est courant aussi qu'un espace ayant sauté, la finale -ques précède immédiatement le relatif que, d'où des séquences comme remarquesque ou publiquesque.
13 Le cas de Cherek > cheresque doit être rapproché de celui de grotesque > grotesquetesque (cf. n. 12). Si les résultats sont différents, c'est probablement que la chute de la rime finale de grotesque masquerait la dérivation. Plusieurs explications viennent à l'esprit pour expliquer hortekesque, mais il faudrait beaucoup plus d'exemples pour que ces explications ne soient pas des conjectures gratuites. Nous avons observé ailleurs (Plénat à paraître) que, devant le suffixe -issime, les bases en /i/ + sifflante perdaient leur rime finale à partir du moment où elles faisaient deux syllabes, alors que, lorsque la sifflante est précédée d'une autre voyelle, les bases ne sont accourcies que lorsqu’elles font trois syllabes au moins.
14 Escargot donne aussi escargotesque, où le /t/ peut être analysé comme une consonne latente (cf. escargotière). En dehors de l'orthographe, les locuteurs ont peu d'indices pour déterminer l'existence d'une consonne latente à la fin de escargot, et il est donc normal que ce mot soit traité comme une base à voyelle finale.
15 Noter aussi le cas de Roudinesco, qui donne roudinesque, forme qui confirme, si besoin était, la répugnance de la langue pour la répétition de séquences identiques.
16 Des circonstances indépendantes de notre volonté nous ont empêché de consulter immédiatement les pages dans lesquelles figuraient les formes identifiées. Quand nous avons pu le faire, un certain nombre d'entre elles avaient disparu. Nous avons en outre été incapables de déterminer sur quelle base était construit le dérivé dans un nombre non négligeable de cas. Un examen plus prompt et plus patient nous aurait donc sans doute permis d'identifier un plus grand nombre de formes.
17 Sauf les bases composées comme vidéo-gag.
18 Mais nous allons nous heurter – en fait, nous nous heurtons déjà – à un autre goulot d'étranglement : le traitement philologique des collectes, qui requiert une main d'œuvre extrêmement qualifiée et qui prend un temps considérable.
19 Par exemple, Björkman (op. cit.) explique mercantesque à partir de mercantile (bien qu'une influence de l'italien ne soit pas exclue).
20 L'un des exemples a été trouvé indirectement, en recherchant sur Google les formes fournies par le script.
21 Article du groupe de discussion news1.skynet.be.
22 Nous remercions l’auteur de ces néologismes de nous avoir confirmé cette interprétation.
23 Giganteste apparaît aussi dans le Monde.
24 Cf. « Autour du poêle à bois rougis de chaleur, dans ces interminables soirées de fin d'automne; la lampe à l'huile de charbon faisant des ombres fantomestes sur les murs, mettait une ambiance sinistre aux récits des «jaseux», leur permettant de colorer leurs anecdotes. » / http://www.efb.net/equipe.html / Elle renifle un son de bouillonnement misqueux,  / Retournant, détournant la matière huitreste dans son emphase buccale, / Elle mordille les morceaux, les décomposent, / Les délaye dans une bave salvatrice, / Et avale, ingurgite (sans pain) d’un seul trait, ah, s’effraie et ces fait. / http://www.asso.ups-tlse.fr/asso/ADA/articles/article08.html / Nous voilà parti en visite à Sarlat, les paysages étaient beaux mais un peu rapide, juste le temps de trouver un lieu paisible ou se rafraîchir le téléphone sonne : pando était en train de se calmer (cf. l'épopée de pando a Cahors) sur un parking avec 2 videurs. Départ précipité dans la goofmobile et la nous rencontrons un mec assis sur le capo de sa... heu...son truc une bière a la main et les 2 videurs qui le regardait de loin. Embrassades pandoteste et nous voilà de retour. / http://perso.wanadoo.fr/kamikase/felibre.htm / Disiz La Peste / Le Poisson Rouge / Genre: rappeste / Label/Distr.: Barclay / http://www.mcm.fr/news/index.php/20503/ / En portant au bureau de l'ONEm une paire de lunettes géantestes et un cahier de revendications, des chômeurs du Hainaut occidental rappellent avec force qu'il est temps de changer le regard sur les chômeurs, pour en finir avec une citoyennetée 2ème zone. / http://www.acv-csc.be/Ho/752-1.htm / 0n notera que géantestes de bonnes chances d’être une coquille par répétition pour géantes et que le dérivé rappeste apparaît dans un contexte où il rime avec peste.
25 Fréquence déterminée sur la base d’un CDROM du Monde. Aux formes ainsi déterminées, nous avons ajouté abracadabrantesque, dont on sait la fortune récente.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Voyelles ouvertes ou moyennes :
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/15/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Titre Voyelles fermées :
Légende Tableau 1 : Chute des voyelles finales devant -esque en fonction de trois paramètres
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/15/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Légende Tableau 2 : Productivité de la suffixation en -esque sur base monosyllabique en fonction de la nature de la consonne finale de la base (ch = //, ge = //, gn = //)
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/15/img-3.png
Fichier image/png, 3,1k
Légende Tableau 3 : Productivité en discours de la dérivation en –esque en fonction de la nature de la consonne finale
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/15/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Légende Tableau 5 : Productivité de la suffixation en -esque sur base monosyllabique en fonction de la nature de la consonne finale de la base
URL http://corpus.revues.org/docannexe/image/15/img-5.png
Fichier image/png, 2,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Plénat, Stéphanie Lignon, Nicole Serna et Ludovic Tanguy, « La conjecture de Pichon », Corpus [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 28 mars 2017. URL : http://corpus.revues.org/15

Haut de page

Auteurs

Marc Plénat

ERSS, UMR 5610, CNRS & Université de Toulouse II

Stéphanie Lignon

ERSS, UMR 5610, CNRS & Université de Toulouse II

Nicole Serna

ERSS, UMR 5610, CNRS & Université de Toulouse II

Ludovic Tanguy

ERSS, UMR 5610, CNRS & Université de Toulouse II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org